" Une brève histoire des inégalités " par Thomas Piketty ou comment ne pas attaquer le problème à la racine

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Une brève histoire des inégalités " par Thomas Piketty ou comment ne pas attaquer le problème à la racine

L’économiste Henri Houben analyse le dernier livre de Thomas Piketty, " Une brève histoire des inégalités ". Dans la lignée de ses ouvrages précédents, Piketty apporte quantité d’informations éclairantes sur l’écart " riches-pauvres ". Il situe utilement le tout dans un contexte historique.

Manque, hélas, une analyse rigoureuse des mécanismes d’exploitation, si bien que ses appels à plus d’égalité prennent des allures de voeux pieux.

Explications. (IGA)

" Bref " est généralement une notion peu usitée par l’économiste français Thomas Piketty. Ses ouvrages majeurs, que ce soit " Les hauts revenus en France au XXème siècle " publié en 2001, " Le Capital au XXIème siècle " sorti en 2013 ou le dernier " Capital et Idéologie " paru en 2019, avoisinent chacun le millier de pages, voire les dépassent.

De quoi rebuter plus d’un lecteur qui aurait pu être intéressé par ses propos.

Sur ce plan, la " Brève Histoire " [1] permet de corriger ces longueurs, utiles pour approfondir un débat, mais qui peuvent se révéler peu accessibles au grand public.

Le livre se présente clairement comme une synthèse des trois " pavés " livrés précédemment. De fait, il se parcourt aisément et permet de se faire une idée précise des thèses avancées par Thomas Piketty.

Il en a les qualités, mais aussi les défauts.

L’œuvre de l’économiste, centrée sur les inégalités sociales, se décompose habituellement en deux parties liées, mais qu’on peut facilement séparer.

Il y a d’abord son analyse, la plupart du temps précise, détaillée, émaillée de nombreuses preuves chiffrées, de tableaux évocateurs montrant l’évolution des revenus et des patrimoines depuis la fin du XVIIIème siècle. Il est évident que l’auteur est dépendant de la qualité des sources statistiques, qui s’améliorent avec les périodes, mais qui doivent donc être prises avec prudence pour les époques les plus anciennes.

Il en tire un portrait qui paraît assez réaliste de la situation en Europe et aux Etats-Unis : un enrichissement global et progressif des catégories sociales les plus fortunées au cours du XIXème jusqu’à la « Première Guerre mondiale » ; ensuite, une chute des avoirs en particulier pour ces strates à cause des guerres et de la crise des années 30 ; une stabilisation de cette situation durant les " Trente Glorieuses " ; enfin, une remontée des inégalités depuis la fin des années 70.

A partir de là, il souligne deux facteurs qui expliquent cette évolution, notamment après la « Révolution française », ce qui pourrait paraître paradoxal, puisque cette dernière affichait sa volonté " égalitaire " : le colonialisme et l’esclavagisme.

" La répartition des richesses en vigueur aujourd’hui entre pays du monde comme à l’intérieur des pays porte la trace profonde de l’héritage esclavagiste et colonial " (p. 138).

Dans ce capitalisme « libéral », il ne pouvait y avoir - tout du moins au début - de libération pour ceux qui étaient enchaînés. Sur les quinze présidents américains qui ont précédé l’élection d’Abraham Lincoln en 1860, onze étaient propriétaires d’esclaves (pp. 119-120).

Et Thomas Piketty de rappeler le cas emblématique d’Haïti, cette ancienne colonie française.

Au moment de la « Révolution française », il y avait environ 450 000 esclaves à Saint-Domingue du côté français [2]. Cela représentait 90 % de la population de ce territoire (p. 105).

En 1789, environ 40 000 Africains arrivaient dans les ports antillais pour remplacer la " force de travail " qui mourait des conditions de travail épouvantables infligées.

Cela montre le degré de surexploitation des travailleurs à cette époque sur l’île.

Avec les événements à Paris, les " Noirs " demandent à participer à la nouvelle démocratie qui s’installe dans la métropole, notamment à travers le droit de vote.

Cela leur est refusé.

Ils se révoltent donc à partir d’août 1791 et la France envoie immédiatement des troupes pour mater les insurgés. Deux ans plus tard, les révolutionnaires de la métropole acceptent de décréter l’émancipation des esclaves, mesure étendue à l’ensemble des colonies en février 1794 (p. 107). Mais ils n’ont pas réellement les moyens de faire respecter cette décision.

En 1802, Napoléon rétablit l’esclavage. Mais il ne peut l’appliquer à Haïti qui se déclare indépendant en 1804. Toutes les interventions militaires pour reconquérir la moitié de l’île échouent.

Aussi, en 1825, Charles X reconnaît cette souveraineté (p. 109).

Mais il y a une condition que le nouveau gouvernement haïtien se doit de respecter : l’indemnisation des propriétaires d’esclaves. Cela implique pour le nouvel Etat un endettement de 150 millions de " francs-or ", soit 300 % du revenu national du pays en 1825 (p.110).

Entre 1840 et 1915, celui-ci doit verser annuellement 5 % de ce produit pour rembourser les créanciers français. La dette représentait en données actuelles 30 milliards d’euros (p.111). Pour un pays qui affiche un PIB [3] de 13,6 milliards d’euros en 2020.

Cette créance ne sera soldée qu’en 1950. Mais, là, d’autres problèmes surgiront qui maintiendront Haïti dans une situation de dépendance.

Les propos de Thomas Piketty sont clairement accusateurs et à raison.

Il estime à 5 % le revenu supplémentaire par an obtenu par la France grâce aux placements internationaux et près de 10 % pour la « Grande-Bretagne » avant la « Première Guerre mondiale » (p. 208). Des montants sans doute sous-évalués. Pas étonnant que ces deux pays ont pu s’enrichir largement durant le XIXème siècle.

Mais l’auteur est aussi un des rares économistes qui reconnaissent l’importance des luttes sociales dans les réalités économiques. Il écrit ainsi que " l’inégalité est avant tout une construction sociale, historique et politique " (p. 20).

Il ajoute qu’il y a une tendance lente, non linéaire vers l’égalité, en fonction des combats politiques, idéologiques et sociaux : « Cette " marche vers l’égalité " est la conséquence des luttes et des révoltes face à l’injustice, qui ont permis de transformer les rapports de force et de renverser les institutions soutenues par les classes dominantes pour structurer l’inégalité sociale à leur profit, afin de les remplacer par de nouvelles institutions, de nouvelles règles sociales, économiques et politiques plus justes et émancipatrices pour le plus grand nombre. » (pp. 20-21).

C’est là que l’analyse de Thomas Piketty, qu’on peut trouver excellente jusqu’à maintenant, montre une lacune non comblée.

Le spécialiste des statistiques et de l’inégalité arrive à un constat justifié, mais il semble un peu démuni lorsqu’il s’agit d’examiner les rapports du travail. Tant qu’il reste au niveau des chiffres, des données, il est brillant et déteint par rapport à bon nombre de ses confrères. Mais la tradition économique d’en rester " à la surface " et de ne pas approfondir les relations structurelles, qui se cachent derrière ces statistiques, reste prégnante et Piketty ne s’en est pas complètement détaché.

Ainsi, le concept " d’exploitation " lui est quasiment étranger, car il ne ressort pas directement des données chiffrées. Ce qui apparaît, ce sont les inégalités sociales et il en reste à ce stade. Sans voir que ce sont justement ces relations dans le processus de production, entre des propriétaires d’entreprises, d’une part, et des salariés, d’autre part, qui provoquent ces discriminations humainement inacceptables.

Ce sont les détenteurs de titres, comme le montrent très bien les livres de Piketty, qui s’enrichissent.

Ce sont les ouvriers et employés qui fournissent le travail de production, sans en tirer les profits, à quelques rares exceptions près.

De là réside le problème que posent les propositions de l’économiste français.

Sa perspective centrale est d’étendre la tendance vers l’égalité qu’il a remarquée à travers l’Histoire. Pour lui, « l’Etat social et l’impôt progressif constituent bel et bien une transformation systémique du " capitalisme " » (p. 225).

Il poursuit : " Poussés jusqu’au bout de leurs logiques, ces institutions représentent une étape essentielle vers une nouvelle forme de socialisme démocratique, décentralisé et auto-gestionnaire, écologique et métissé, permettant de structurer un autre monde, autrement plus émancipateur et égalitaire que le monde actuel. " (p. 225)

Mais ceci relève de la " profession de foi ". Il est évident qu’un univers où les riches paient de lourds impôts en regard de leur fortune, les mécanismes de sécurité sociale sont approfondis, la lutte contre les discriminations scolaires est poursuivie avec acharnement, l’égalité démocratique est recherchée, les dérives environnementales sont éliminées, serait infiniment plus acceptable que la situation actuelle où les inégalités s’accentuent et où la guerre et le conflit se trouvent régulièrement à nos portes.

Mais ceci est-il possible sans changer les structures du capitalisme ?

Thomas Piketty partage, sur ce point, les vues qui circulent, dans les partis " socialistes " ou " sociaux-démocrates ", en rejetant les expériences dites " communistes ".

Il relève : « Historiquement, le mouvement socialiste et communiste s’est construit autour d’une plateforme sensiblement différente, à savoir la propriété étatique des moyens de production et la planification centralisée, qui a échoué et qui n’a jamais été véritablement remplacée par une plateforme alternative.

Par comparaison," l’Etat social " et surtout l’impôt progressif sont souvent apparus comme des formes " molles " de socialisme, incapables de remettre en cause la logique profonde du capitalisme » (p. 225).

Le problème est qu’il n’apporte pas vraiment dans ces écrits les éléments qui montreraient que la " plateforme communiste " a échoué, comme il l’affirme. Sur ce plan, il partage les analyses de ceux qui se sont ingéniés à " diaboliser " les Etats dits " socialistes " comme l’URSS, la Chine ou Cuba : " n’en parlons plus, cela n’en vaut pas la peine ".

Au contraire, un examen scientifique plus sérieux serait de voir ce qui a fonctionné et ce qui a " coincé ".

Traiter ces expériences " d’échecs " n’a tout simplement pas de sens sur le plan " économique ", quand on sait que l’URSS était un pays arriéré et techniquement attardée en 1913 et est devenue en cinquante ans la seconde puissance industrielle du monde, que la Chine a depuis 1949 une des croissances les plus fortes dans le monde, malgré toutes les péripéties qu’elle a connues, que Cuba assure à sa population un enseignement et des soins de santé gratuits, malgré le blocus des Etats-Unis.

Haïti, par exemple, aurait sûrement bien aimé connaître des " échecs " pareils.

Maintenant, l’opposition que Piketty reprend des conflits entre le mouvement " socialiste " et " communiste ", entre " réforme " et " révolution ", entre " socialisme " dit " démocratique " et " socialisme " nécessairement autoritaire n’est pas aussi catégorique que présenté.

Dans la situation présente de « l’Europe » et des Etats-Unis, un programme aussi radical que celui avancé par l’économiste français, qui détonne clairement par rapport à ce qu’avancent les partis " socialistes ", " sociaux-démocrates ", " travaillistes ", européens, peut tout à fait faire l’objet de batailles justifiées de la part des travailleurs et des simples citoyens.

Certaines revendications fondamentales sur l’imposition des patrimoines, la démocratisation de l’enseignement, celle de la vie politique, le développement de la « Sécurité sociale » et des services publics, le " réchauffement climatique ", peuvent rassembler tout le monde.

La divergence ne porte pas sur ce plan, mais sur le caractère qu’on donne à ces luttes justifiées : apportent-elles en elles-mêmes la possibilité de s’émanciper du « capitalisme » ou montrent-elles qu’il faut aller " un pas plus loin " et déstructurer ce système pour le remplacer par un autre ?

Henri HOUBEN

Le Grand Soir.fr

Source : https://www.investigaction.net/fr/une-breve-histoire-des-inegalites-pa...

Notes :

[1] Thomas Piketty, " Une Brève Histoire des inégalités ", éditions du Seuil, Paris, 2021, 351 pages. Les indications de page dans le texte se réfèrent à cet ouvrage.

[2] L’île est partagée entre la France et l’Espagne. La partie française formera Haïti et l’autre la République dominicaine.

[3] Le " Produit intérieur brut " (PIB) est la richesse marchande et monétaire créée en un an dans un pays.