Présidentielle 2022 : au second tour, " l’Outre-mer " fait le choix du vote ultra-Marine

, par  DMigneau , popularité : 0%

Présidentielle 2022 : au second tour, " l’Outre-mer " fait le choix du vote ultra-Marine

Marine Le Pen bénéficie-t-elle d’un front anti-Macron dans les territoires d’outre-mer ?
Francois Pauletto / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Après avoir voté en majorité pour " l’Insoumis " Jean-Luc Mélenchon au premier tour du scrutin, les citoyens des " Drom ", les départements et régions d’outre-mer, se sont reportés sur la candidate " frontiste ", laquelle capte jusqu’à 69,6 % des suffrages en Guadeloupe et n’est battue qu’en Polynésie française.

Les mois de contestations et de violences en réaction à la politique sanitaire du gouvernement ont-ils créé un front " anti-Macron " en Outre-mer ?

Dans les urnes, la rupture entre le chef de l’État et les citoyens des " Départements et régions ultramarins " (Drom) semble consommée. Après avoir largement plébiscité Jean-Luc Mélenchon au premier tour, les Drom ont ainsi placé en tête – et de loin – Marine Le Pen face au président sortant.

Ainsi, la candidate du " Rassemblement national " obtient 69,6 % des voix en Guadeloupe, 60,87 % en Martinique et 60,7 % en Guyane.

En 2017, ces territoires étaient pourtant aisément acquis au candidat " En marche ! ", puisqu’il y obtenait respectivement 75,13 %, 77,55 % et 64,89 % des suffrages.

La participation y est, quant à elle, en recul, avec 52,82 % d’abstention en Guadeloupe (50,77 % en 2017), 54,55 % en Martinique (49,74 % en 2017) et 61,11 % en Guyane (58,07 % en 2017).

Marine Le Pen arrive également en première place du scrutin à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, avec 55,42 % et un taux de participation de 38 %.

Elle s’impose également de justesse à Saint-Pierre-et-Miquelon, avec 50,69 %.

Encore une inversion du rapport de force par rapport à il y a cinq ans, puisqu’Emmanuel Macron y captait respectivement 65 % et 63,29 % des suffrages. L’actuel président arrive toutefois (d’une très courte avance) devant sa concurrente " nationaliste " en Polynésie française : 51,81 % contre 48,19 %. Un léger recul du président de la République, celui-ci ayant capté 58,39 % des voix en 2017.

Le " Rassemblement national " a néanmoins progressé dans les territoires " d’outre-mer " durant le quinquennat, puisque la liste menée par Jordan Bardella aux élections européennes de 2019 s’imposait en première position avec 27,4 % des voix face à celle de Nathalie Loiseau (" LREM "), laquelle ne captait que 16,4 %.

Le parti " frontiste " ne ratait la première place du podium qu’en Martinique, à Wallis-et-Futuna et en Polynésie.

Lou FRITEL

Marianne.fr

PS pour le Jdj : ET LA REUNION ??? Et Mayotte ??? Elles ne fait plus partie de la France ? Vendue ?