Lettre à un ami ukrainien

, par  DMigneau , popularité : 0%

Lettre à un ami ukrainien

Tu le sais toi-même : vous n’êtes pour les Américains que l’arme qu’ils déchargent contre la Russie

Mon cher Oleksandr,

Lorsqu’un ami est frappé par le malheur, le premier réflexe est la compassion. Mais ensuite doit venir la réflexion, puis les mesures propres à résoudre et à réparer. L’ami vrai est celui qui dit la vérité, même et surtout si elle n’est pas agréable à entendre.

Cette guerre est pleine de paradoxes. Le pays qui vous frappe aujourd’hui est justement celui qui vous est le plus proche historiquement et géographiquement, le seul où l’on vous comprend et vous aime par tous ces millions de liens familiaux, professionnels, linguistiques, culturels.

Ironie de l’Histoire, c’est ce dernier pays d’Europe à commémorer comme il se doit la « Seconde guerre mondiale » et le seul conscient réellement de l’horreur absolue qu’est la guerre, qui a déclenché l’irréparable.

Ce pays qui vous frappe est celui qui souhaitait le plus ardemment éviter cette guerre, celui qui l’a sentie mûrir au fil des années et a déployé toutes les ressources de sa diplomatie pour infléchir le cours de l’Histoire et éloigner l’inévitable.

Bien sûr, aujourd’hui, il t’est plus doux de te mirer dans les trésors de commisération qu’on vous adresse depuis le chaud " cocon européen ", d’écouter les larmoyants trémolos de ces frères " démocrates " et leurs promesses d’aide administrative, d’espérer les armes qu’ils se promettent de vous livrer (à crédit ?) jusqu’au premier coup de canon russe dans leur direction.

Tu sais, sans l’admettre, que vous ne représentez pour eux qu’une " immigration de qualité " dont ils espèrent " tirer profit ".

C’est humain, vous vous accrochez aux déclarations de moins en moins tonitruantes de vos maîtres à penser " d’Outre-Atlantique ", ces " pacifistes " capables d’oblitérer sans ciller des pays entiers mais considérant comme la pire épreuve de leur Histoire l’effondrement de deux immeubles.

Tu le sais au fond de toi-même : vous n’êtes pour eux que l’arme qu’ils déchargent contre la Russie.

" Guerre à la Russie jusqu’au dernier Ukrainien "... est-ce là votre ambition ?

Votre intérêt ?

Votre destin ?

Mon cher Oleksandr,

tu le sais mieux que moi : ton pays paie aujourd’hui le prix dramatique de ses erreurs. Hélas, elles ont été nombreuses et ce prix sera élevé, car l’Histoire est sans pitié.

N’espérez rien de la chorale des Européens et " Etasuniens " qui interprète votre héroïque agonie comme une " Chanson de Roland " moderne. Votre descente dans l’enfer d’aujourd’hui a été longue. Et il n’a pas manqué en chemin de signaux avant-coureurs ni de " sonnettes d’alarme ".

Indépendants, vous n’avez pas su cueillir les fruits de votre indépendance. Pourtant " des fées " s’étaient penchées sur votre berceau : en 1991, vous étiez l’un des pays nouvellement indépendants les plus prometteurs.

Le riche héritage industriel et minier de votre passé " soviétique ", une géographie idéalement propice à l’agriculture, des ressources touristiques inégalées dans l’ex-URSS vous assuraient un " PIB par habitant " supérieur à la moyenne de la CEI (1).

Sans compter une population éduquée, des infrastructures routières, ferroviaires et gazières les plus développées et la proximité des marchés " est-européens ".

Ce n’est pas tout : des accords avantageux avec votre " grand voisin " vous assuraient une rente confortable sur le transit du gaz vers « l’Europe » et des tarifs imbattables sur le gaz, l’électricité et les matières premières russes qui auraient pu - et dû - conduire à un " décollage économique " spectaculaire (2).

Cette situation de potentialité prometteuse s’est prolongée, avec des hauts et des bas, jusqu’en 2004 environ.

Naïfs, vous avez alors cédé au " chant des sirènes " de « l’Union Européenne » et des USA. Vous vous êtes laissés séduire par leurs promesses creuses " d’amitié éternelle " et d’intégration future.

Vous vous êtes laissés contaminer par leur " russophobie " congénitale.

A partir du premier Maïdan, vous avez commencé à vous construire non pas en tant que nation, mais comme " théâtre d’affrontement " entre " pro-russes " et " anti-russes ".

Sous prétexte de vous arracher d’un passé " soviétique " auquel vous aviez pourtant ajouté bien peu de réalisations récentes (3), vous avez ressuscité de plus que douteuses figures de la collaboration avec les nazis et des pogroms de la « Seconde guerre mondiale ».

Témoin ces avenues Stepan Bandera, ces stades Choukhévitch, ces milices " SS Galicie " et surtout ce cri de guerre " Gloire à l’Ukraine ! Gloire à ses héros ! " que l’on a entendu résonner aux plus hauts niveaux de « l’État ».

Évidemment, ça n’a pas été unanime.

Bien sûr, il s’est trouvé des gens pour protester, pour refuser de renoncer à ces acquis et à ce voisinage si fructueux en échange du " plat de hamburgers " sauce bruxelloise que l’on vous faisait miroiter.

Tandis que les hautes sphères de « l’État » se perdaient dans une corruption absolue (4), que les oligarques se livraient au trafic d’armes et de matières premières, que Hunter Biden détournait, avec le soutien de son vice-président de père, des millions de dollars (5), ton beau pays s’enfonçait dans sa lutte fratricide.

Le second Maïdan, moins idéaliste que le premier, signait dans le sang le début d’une guerre civile dont nos médias n’ont jamais rendu compte.

Il y eut les brûlés vifs d’Odessa (6), puis le blocus du Donbass, et l’on comprend que la Crimée, " russe de cœur " et plus privée d’investissements encore que le reste du pays, ait voté son indépendance puis son rattachement à la Russie.

Ce premier choc a-t-il provoqué une salutaire prise de conscience, un " changement de cap " ?

Évidemment, non.

Encouragé par les " sanctions " unanimes du camp occidental qui s’appliquent à la Russie quoiqu’elle dise ou fasse, votre " establishment " s’est alors lancé dans une surenchère mortifère au Donbass, coupant tous les approvisionnements aux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (routes, eau, électricité, pensions) et pilonnant sporadiquement les villes et villages par-dessus la frontière intérieure qui se matérialisait.

Les accords de " Minsk 1 " puis " 2 ", qui dessinaient un possible modus vivendi entre l’Ukraine et ses provinces " russophones ", n’ont jamais été respectés par Kiev, la propagande " maccartyste " de « l’Occident » se chargeant d’en rendre responsable la Russie (7), tandis que la déclaration de guerre intérieure du président Porochenko, " nos enfants iront à l’école, les leurs se terreront dans les caves " (8) prenait un tour sinistrement pratique.

Mais c’est à Volodymyr Zelenski, ce " héros " chanté par Emmanuel Macron, que revient la plus lourde responsabilité.

" Russophone ", élu sur une plateforme d’anticorruption et de retour à la paix, il s’est rapidement révélé " le jouet " de forces qui le dépassaient.

D’une part celles qui, depuis Washington, l’encourageaient à poursuivre une meurtrière politique de siège du Donbass opportunément couverte par " l’omerta médiatique " en « Occident », d’autre part celles des milices néo-nazies qui terrorisaient en toute impunité les populations " russophones " et se pavanaient, étendards à croix gammée au vent, sur les avenues de ton malheureux pays.

Au fil des ans, ces forces ont méthodiquement écarté toute issue pacifique.

Vladimir Poutine a développé un effort diplomatique intense mais infructueux, impuissant qu’il était à imprimer sa vérité dans " l’espace médiatique " dominé par les narratifs occidentaux.

Ses " lignes rouges " (garantie de neutralité de l’Ukraine, de non-implantation de bases de l’Otan aux frontières de la Russie, etc) soigneusement calibrées, éminemment raisonnables et surtout conformes à l’intérêt général qui est de prévenir une guerre mondiale, ont été rejetées avec mépris par un « Occident » campé sur d’abstraits " principes universels ", habitué qu’il est à les imposer par le fer et par le feu aux récalcitrants.

Tandis que les livraisons d’armes " made in USA " et " made in UK " vers l’Ukraine s’accéléraient, " Zelenski-le-héros " se payait le luxe de " jeter de l’huile sur le feu ", menaçant de revenir sur l’engagement de non-prolifération de son pays (9).

Dès lors, le drame était noué : le pistolet sur la tempe, il ne restait à la Russie qu’à capituler ou frapper vite et fort, par surprise.

Nous voici au 24 février.

Tout cela, tu le sais parfaitement et mieux que moi. Mais, endormi par " le chant des sirènes " occidentales, tu préférerais l’oublier.

Quel chemin pour sortir de l’impasse ?

Ce chemin - hélas ! - c’est la partition.

Huit ans de guerre civile et de déclarations criminelles aux plus hauts sommets de « l’État » rendent illusoire la réconciliation entre Ukrainiens. Seule l’amputation de ces territoires, " gangrénés " selon la terminologie des autorités de Kiev (10), permettra à l’Ukraine de se constituer en nation et, il faut l’espérer, de renouer avec la prospérité.

Les exigences de la Russie concernant l’Ukraine n’étaient pas délirantes : neutralité, fédéralisation, " dénazification ", absence de bases et de missiles " otaniens/étasuniens " en Ukraine.

Après tout, les mêmes règles s’appliquent tacitement au Mexique, au Canada et à tous les États insulaires proches des côtes " étasuniennes " : ils ne font pas partie d’un bloc militaire dominé par la Russie, ils n’abritent pas d’arsenal ni de bases militaires russes, aucune milice armée d’obédience néo-nazie (ou communiste) n’y est tolérée.

Depuis que le conflit s’est radicalisé, la solution " préventive " d’une « fédéralisation » doit forcément être remplacée par celle, curative, de la partition.

Ce n’est qu’au prix d’une auto-détermination, région par région, de l’Ukraine entre sa composante " nationaliste " et sa composante " russophile ", que les plaies pourront guérir et le pays aller de l’avant.

La difficulté pratique, même si elle n’est pas théoriquement insurmontable, étant d’organiser un contrôle international qui rendra sa conduite transparente et ses résultats indiscutables pour toutes les parties.

Cette solution pragmatique, si elle pouvait s’imposer à la place d’un conflit " économico-militaire " mondial, aurait pour mérite subsidiaire de mettre fin à une guerre civile qui, selon Vladimir Poutine, tournait au génocide.

" Nationaliste " ou " russophile ", à toi, mon cher Oleksandr, de choisir ton avenir que j’espère dans un cas comme dans l’autre prospère et serein.

Christophe TRONTIN

Le grand Soir.fr

Notes :

(1) Ces notes renferment des informations connues de tous les Ukrainiens, elles sont destinées à éclairer les lecteurs français à qui ces données ont généralement été tues. Environ 7 000 $/hab.

Celui de la Russie avoisinait les 8 000 $/hab (source Wikipedia).

Le « PIB par habitant » (en PPP) n’a crû que de 37 % en Ukraine, contre 265 % en Russie entre 1991 et 2018.

(2) Pour prendre l’exemple emblématique du gaz, la Russie a commencé par garantir à l’Ukraine un tarif égal à 50 $ par milliard de m3 pendant les années 1992-2005.

Ensuite, une politique d’alignement progressif sur les tarifs mondiaux a été suivie entre 2005 et 2015.

Depuis 2015, l’Ukraine, refusant d’acheter du gaz au " pays agresseur " se fournit en gaz (principalement russe) auprès de fournisseurs européens au tarif le plus élevé d’Europe.

(3) Difficile de parler en part de PIB, mais l’essentiel de l’appareil productif de l’Ukraine actuelle hors agriculture et " agro-alimentaire " (nucléaire, aéronautique, sidérurgie, chimie, mines, transports) repose sur des équipements, souvent obsolètes, hérités de la période " soviétique ".

(4) Avis de spécialiste : Alexei Navalny, pourfendeur à juste titre de la corruption en Russie, constate qu’elle est " bien pire encore " en Ukraine (Навальный об украинских выборах, 6 avril 2019).

(5) En 2016, le vice-président américain Joe Biden menaçait le président ukrainien Porochenko de le priver d’un crédit d’un milliard de dollars s’il refusait de limoger un procureur s’intéressant d’un peu trop près aux affaires de la holding gazière " Burisma ", dans laquelle " pantouflait " son fils Hunter Biden.

(6) Le 2 mai 2014, un incendie criminel a provoqué la mort de 42 manifestants " pro-russes " enfermés dans un bâtiment.

" L’enquête " n’a jamais désigné de coupables.

(7) La Russie n’étant, au même titre que la France et l’Allemagne, que le garant d’accords passés entre Kiev, Lougansk et Donetsk.

(8) Discours d’Odessa du 27 octobre 2014.

(9) Déclaration du 22 février. Avec son complexe nucléaire et ses capacités en matières de missiles, l’Ukraine est bien plus avancée que des pays tels que l’Iran et pourrait rapidement développer une " bombe sale ", estiment les autorités russes (commentaire de M. Choïgou, ministre de la Défense, lors de la partie télévisée de la conférence du « Conseil de sécurité russe » du 21 février 2022).

(10) L’expression, employée par l’écrivain lauréat du prix " Chevtchenko Vassil Chkliar " dès 2011, est régulièrement reprise depuis par des députés et des ministres ukrainiens.