L’économie Orwellienne selon Michael Hudson

, par  DMigneau , popularité : 64%

L’économie Orwellienne selon Michael Hudson

SHARMINI PERIES : Le 20 janvier prochain, Donald Trump prendra le pouvoir à Washington D.C. et il y a une chose que tout le monde se demande, c’est s’il mettra en œuvre des politiques économiques qui devraient vraiment nous inquiéter. Eh bien il y a ici un économiste, Michael Hudson, qui a bien réfléchi à la question et qui a étudié de près la corporation des économistes et la manière dont elle trompe le grand public en faveur des 1 % les plus riches.

Michael Hudson vient nous parler de son prochain livre, " J is for Junk Economics : A Guide to Survival in a Age of Deception " *. Michael est un chercheur éminent en économie de l’Université du Missouri, Kansas City.

Merci Michael d’être avec nous.

MICHAEL HUDSON : C’est bon d’être de retour à Baltimore.

PERIES : Donc Michael, votre nouveau livre, " J is for Junk Economics " est la suite - si on peut dire - de " Tuer l’hôte " : comment les parasites financiers et l’esclavage de la dette détruisent l’économie mondiale. Dites-nous pourquoi vous avez écrit ce second livre.

HUDSON : " Tuer l’hôte " était la description historique de la façon dont le secteur financier a pris le pouvoir, de la manière dont il a cherché à contrôler le gouvernement pour résister au mouvement vers la démocratisation en rétablissant une oligarchie financière.

Les révolutions d’Europe en 1848 avaient pour objectif de libérer les économies des propriétaires fonciers, des monopoles et des banques. À la fin du XIXe siècle, il y a eu une contre-révolution économique qui a redéfini la notion de libre marché.

Quand Adam Smith et John Stuart Mill et même Marx parlaient de " libre marché ", ils parlaient d’un marché libéré des riches. Ces riches étaient principalement les propriétaires qui collectaient le loyer de la terre sur une base héréditaire sans travailler. Et aussi, les financiers et les banquiers qui voulaient, depuis longtemps, que les gouvernements créent des monopoles pour les leur donner à la place du remboursement de la dette.

Toute l’idée du capitalisme industriel était de se libérer de ces coûts inutiles.

Une économie n’a pas besoin qu’une classe de propriétaires perçoive des loyers. Elle n’a pas besoin qu’il y ait des loyers sur les monopoles. Mais vers la fin du XIXe siècle, les propriétaires ont riposté en prétendant qu’il était impossible qu’un revenu n’ait pas été gagné. Ils ont prétendu que les rentiers étaient productifs et non parasitaires.

L’essence de l’économie classique était de dire qu’il y a une différence entre la valeur et le prix. La valeur est le coût réel de la production de biens et de services. Ce coût peut être évalué en fonction de ce que ça coûte d’embaucher des travailleurs à un salaire décent. Tout ce qui n’est pas un coût réel est juste un privilège, un droit légal d’installer un péage et d’extraire un loyer.

" Tuer l’hôte " décrit comment la lutte contre la réforme économique classique a été menée politiquement. Je me concentre sur ce qui s’est passé depuis que Margaret Thatcher et Ronald Reagan ont introduit le néolibéralisme, suivis par les Clinton, par Tony Blair en Angleterre et par la plupart des pays européens actuels.

" J is for Junk Economics " décrit comment le vocabulaire économique a été retourné d’une manière orwellienne pour signifier le contraire de ce que les mots signifiaient auparavant. Un marché " libre " signifie maintenant un marché où les propriétaires sont libres de facturer tout ce qu’ils veulent. Où les monopolistes sont libres de facturer ce qu’ils veulent. Un marché libre de toute réglementation.

L’intention néolibérale est de créer une méthodologie perverse. Je sais que le mot " méthodologie " est un mot technique. Ce que j’entends par là, c’est qu’ils donnent une vision mensongère de l’économie.

Les statistiques du revenu national d’aujourd’hui, par exemple, font apparaître Goldman Sachs comme un " producteur ". Comme si Donald Trump jouait un rôle productif ! L’objectif est de faire croire que les gens qui s’approprient une partie de la richesse produite sans travailler sont productifs, alors qu’ils ne fournissent pas de service qui contribue réellement au PIB et à la croissance économique.

Les gens pensent que le concept du PIB est scientifique, en partie parce que c’est un chiffre précis et qu’il peut être quantifié. Mais le concept sous-jacent de « marché » fait croire que la pauvreté actuelle est normale. Il fait croire que Goldman Sachs et Donald Trump sont des créateurs d’emplois au lieu d’être des destructeurs d’emplois.

C’est illogique, quand on y réfléchit.

Je parle donc de vocabulaire.

J’ai établi un dictionnaire de A à Z de tous les concepts qu’il faut connaître pour percer à jour la rhétorique orwellienne qui sous-tend l’économie dominante aujourd’hui. L’économie dominante est devenue de la " junk économy ".

Par exemple, tout le monde pense qu’il est parfaitement naturel de payer un loyer. Les néolibéraux soutiennent qu’une économie bien gérée ne devrait pas être gouvernée du tout, mais que Wall Street, la ville de Londres, Paris ou d’autres centres financiers devraient s’occuper de la planification économique.

Selon eux, il faut laisser les gestionnaires financiers décider de la planification, parce que ce sont les gens les plus productifs du monde alors que le gouvernement est juste un poids mort bureaucratique.

C’est le contraire de ce qu’on croyait il y a 100 ans.

Je pense que j’ai déjà dit dans cette émission que le premier professeur d’économie a été Simon Patton, au XIXe siècle, à la Wharton School of Economics à l’Université de Pennsylvanie.

Il considérait l’infrastructure publique – les routes et les autres transports – comme le 4e facteur de production. Le plus gros budget d’investissement des pays concerne les routes, l’eau et les égouts, les communications de base, les systèmes téléphoniques, les ressources naturelles et bien sûr les terres.

Tout cela est maintenant privatisé. Mais l’objectif de la gestion publique – par exemple celle de la santé en Europe – est de diminuer le coût de la vie, de réduire le coût des affaires, pour rendre l’économie plus " compétitive ".

En revanche, sous le " Thatcherisme " ou le " Clintonisme " - appelez ça comme vous voulez - l’objectif était de confier les infrastructures, les routes et même les trottoirs à des monopoles financés par Wall Street. Ils se mettent aussitôt à exiger un loyer pour pouvoir s’en servir. Le résultat est que le coût de l’économie étasunienne devient très élevé.

Donc, quand Donald Trump dit qu’il va redonner toute sa grandeur à l’Amérique, ce qu’il veut dire c’est qu’elle va redevenir " compétitive ".

Mais comment peut-on la rendre " compétitive " si on augmente autant le prix des soins de santé pour les Étasuniens ?

Ils dépensent maintenant autant en soins de santé qu’un Asiatique gagne dans une année entière. Même si on donnait aux Étasuniens toute leur nourriture et leurs vêtements et tout ce dont ils ont besoin gratuitement, ils ne seraient toujours pas " compétitifs ". C’est à cause de tout ce que les salariés doivent payer sur leurs salaires autant de choses qui, dans d’autres pays, sont fournies par le gouvernement : les soins de santé, les services publics, les routes et ainsi de suite.

C’était la stratégie de développement économique de l’Amérique au XIXe siècle.

C’est ce qui a fait des États-Unis le pays le plus compétitif au monde et lui a permis de vendre moins cher que les autres. C’est aussi ce qui a rendu l’Allemagne compétitive. C’est ce qui a rendu le Japon compétitif.

Mais tout cela se passe maintenant comme si le monde qui existait avant 1980 – avant Margaret Thatcher, avant Ronald Reagan, avant même Bill Clinton – n’avait pas vraiment existé.

On a expurgé les outils fondamentaux de la pensée économique, le vocabulaire qui avait été développé pour distinguer entre les bénéfices réels obtenus grâce aux investissements et à la main-d’œuvre et la rente économique, qui est une sorte de péage, de droit de tirage qui permet d’extorquer de l’argent au-delà du coût réel de production.

PERIES : Vous avez dit quelque chose de vraiment important, à savoir que les gens (du moins au cours de ce cycle électoral) commençaient à croire que Donald Trump allait créer des emplois plutôt qu’en détruire. Qu’est-ce que vous vouliez dire par là et comment les gens ont-ils été menés en bateau ?

HUDSON : Je ne voulais pas dire qu’ils croyaient vraiment qu’il créait des emplois. Il voulait les convaincre qu’il créait des emplois. Et c’est vrai, il a embauché beaucoup de travailleurs et de sous-traitants. Mais il n’a probablement pas créé autant d’emplois qu’il n’en a été perdu par les gens qui jouent dans ses casinos.

J’enseigne à Kansas City et un étudiant a fait une étude sur les raisons pour lesquelles les gens font faillite. La plupart des gens qui font faillite ne peuvent pas payer leur loyer. Ils ont perdu leur travail. Il ne leur reste plus qu’un seul moyen pour pouvoir payer leur loyer et ne pas se retrouver à la rue.

Il y a un bateau amarré dans la rivière où les gens peuvent jouer et parier. Ils vont y jouer en espérant un gain de 100 contre 1. C’est quitte ou double. Pour eux, c’est rationnel.

Ils vont probablement perdre, mais la seule façon pour eux de garder leur tête hors de l’eau est de gagner à la loterie. Bien sûr, la plupart finissent par perdre.

Donald Trump espère convaincre les ouvriers qu’ils peuvent devenir millionnaire et s’ils gagnent à la loterie, ils préféreront ne pas être taxés, n’est-ce pas ? Alors il faut être gentils avec les millionnaires d’aujourd’hui, parce que vous pourriez gagner à la loterie et sortir de la classe ouvrière.

C’est l’illusion du « capitalisme ouvrier ». Ce serait sympa si c’était vrai. Mais je pense que c’est un mythe ; un mythe auquel les gens veulent croire. Les lobbyistes qui représentent les élites et les intérêts de Wall Street veulent faire croire aux gens qu’ils vont pouvoir devenir des capitalistes, au moins en miniature.

Mais le père de Donald Trump lui a donné quelques millions pour démarrer. Les dès sont pipés pour la plupart des gens. Une analyse honnête de l’économie devrait expliquer en quoi les dès sont pipés et pourquoi les gens sont de plus en plus pauvres depuis 2008.

Pendant les huit dernières années, l’administration Obama a présidé à une longue récession qui a touché 95 % de la population. Toute la croissance a bénéficié aux 5 % les plus riches.

Il faut qu’on le sache.

PERIES : Pourtant, quand nous avons entendu le président Obama parler de son propre héritage, à plusieurs rassemblements de soutien à la candidature de Clinton, il a dit que nous étions bien plus riches qu’en 2008. Qu’est-ce qui est vrai ?

HUDSON : Je pense qu’en prétendant que les pauvres étaient heureux, Obama a donné le baiser de la mort à Hillary. C’est ce qui lui a fait perdre l’élection. Imaginez Hillary allant dire aux gens qu’ils sont bien plus à l’aise qu’il y a huit ans.

La plupart des gens penseraient : " Qu’est-ce que tu racontes, je ne suis pas plus riche, je suis plus pauvre. Mon salaire a diminué. " En effet, si vous faites partie des 95 % des Étasuniens, votre salaire a effectivement diminué. Vous êtes essoré par les dépenses de santé. Vous loger devient de plus en plus cher. Toutes vos dépenses augmentent, alors que vos conditions de travail s’aggravent.

Je pense que la plupart des électeurs penseraient : " Ca ne va pas mieux du tout. Qu’est-ce que ça veut dire ? Hillary et Obama essayent-ils de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ? "

Ils étaient révoltés. Ils se sont dit : " Ils ne me rouleront plus. Peu importe que l’autre camp ne vaille pas mieux, il faut les jeter dehors. Même si nous ne pouvons pas voter pour quelqu’un de bien, au moins pouvons-nous continuer à chasser les méchants. "

Peut-être que, comme à la roulette, un bon candidat va sortir un jour, comme un numéro gagnant.

Malheureusement, ce n’est pas comme ça que ça marche.

PERIES : Parlons donc des mythes qui sont vendus aux gens, comme quand le président Obama leur dit, pendant la campagne électorale, qu’ils sont mieux lotis qu’ils ne le sont réellement. Comment sont vendus ces mythes et comment font-ils pour que les gens y croient ?

M. HUDSON : Une façon de les convaincre que ça va mieux est de leur dire que les chiffres du PIB sont en hausse.

C’est vrai.

Pour l’ensemble de l’économie, le produit intérieur brut a en fait augmenté depuis 2008. Le problème, c’est qu’il n’a augmenté que pour 5 % de la population. Mais il a tellement augmenté pour Wall Street, tellement augmenté pour 5 % de la population que son augmentation est supérieure au déclin subi par les 95 %.

Je ne sais pas si j’en ai déjà parlé dans votre émission, mais j’ai participé en Allemagne à une conférence sur l’archéologie où on parlait du passage de l’Empire romain à l’Âge des ténèbres et à la féodalité.

Un critique a dit qu’il y avait une nouvelle interprétation économique, une nouvelle archéologie économique. Dans cette nouvelle façon de voir, il n’y a pas vraiment eu d’âge des ténèbres, car le commerce de luxe parmi les riches – les propriétaires terriens et les seigneurs de guerre – était si florissant que tandis que la population était transformée en serfs, les riches s’en sortaient très bien.

Les archéologues ont trouvé de la belle poterie et des objets de luxe : pour eux, le sommet de la pyramide vivait dans le luxe. Il y avait tellement d’argent qu’il y avait sans doute une vraie croissance. Alors, ils appellent " croissance " la transition au servage et à la servitude de la population, parce qu’énormément de richesse a été ponctionnée par le haut de la pyramide.

La question est : " Est-ce vraiment de la croissance ou pas ? ".

Le président Obama et Hillary essaient de faire croire aux gens que si le PIB augmente et qu’ils n’en profitent pas, c’est de leur faute. C’est un discours qui « accuse la victime ». Elle accuse les victimes de ne pas avoir sur tirer profit de la croissance dont ont joui Goldman Sachs et Wall Street, Chase Manhattan et tous les banquiers qui auraient dû être jetés en prison.

La plupart des gens ne voulaient pas se voir comme des victimes et ils se sont dit que Donald Trump allait faire quelque chose pour eux au lieu de simplement s’enrichir lui-même.

PERIES : C’est vrai. Et pourquoi est-ce que vous rendez Obama responsable de tout ça ? N’a-t-il pas effectivement hérité d’une situation économique terrible ?

HUDSON : La raison pour laquelle il est infiniment pire que le président Bush ou même le président Clinton est que 2008 a été un tournant dont il pouvait tirer parti.

Les grands présidents de l’histoire sont ceux qui ont été présidents pendant une grande guerre ou à un tournant de l’histoire.

Obama a donné de l’espoir en promettant le changement. Mais ce n’était que de la démagogie. Il n’a apporté ni espoir, ni changement. Si : il a donné de l’espoir à Wall Street. Il a livré ses compatriotes à Wall Street.

Au lieu de changer les choses, il a remis l’économie entre les mains de Wall Street.

Il a confié le Trésor à Robert Rubin et à son gang de Wall Street qui avaient soutenu Bill Clinton. Rubin avait pris le contrôle de la banque la plus corrompue du pays, Citigroup. Sheila Bair de la FDIC [agence fédérale garantissant les dépôts bancaires] voulait la fermer et la nationaliser. Mais Obama a donné le ministère de la Justice à des factotums de Wall Street comme Eric Holder qui a refusé de mettre un seul de ces bandits de banquiers en prison.

Donc, Obama a fait comme s’il représentait le peuple mais, en fait, il l’a matraqué. Exactement comme il l’a fait quand il travaillait à Chicago à " gentrifier " le quartier noir de la ville, en faisant gagner des milliards de dollars dans l’immobilier aux familles Pritzker et Crown. Il a livré ses administrés à ses sponsors en les arrosant de fausses promesses et de belles paroles.

Michael Hudson,

Charming Peries

Traduction : Dominique Muselet

SOURCE : http://www.counterpunch.org/2016/12/09/orwellian-economics/

Le Grand Soir

Note :

* " J " signifie " Junk Economie " : un guide pour survivre dans une ère de mensonges