" Union de la gauche " : une réunion pour sauver les apparences ?

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Union de la gauche " : une réunion pour sauver les apparences ?

Jean-Luc Mélenchon. BERTRAND GUAY / AFP

La réunion à Paris du " ban " et de " l’arrière-ban " de " la gauche " ce samedi 17 avril en vue d’une hypothétique union pour l’élection présidentielle a tout du jeu de dupes, tant ses participants entretiennent d’arrière-pensées en s’y présentant.

Retenez-les ou ils font un malheur.

Ce samedi 17 avril, à Paris, le " ban " et " l’arrière-ban " de " la gauche " se réunissent à l’initiative de " l’écologiste " Yannick Jadot pour parler d’une éventuelle " union " en vue de l’élection présidentielle.

Ce " Yalta " a toutefois peu de chances de déboucher sur un " Yalla ! ", tant ses participants entretiennent d’arrière-pensées en s’y présentant. Si bien que le suspens entourant cette réunion d’opérette semble surtout tenir à l’identité du responsable de son échec, qui devrait alors endosser le costume de " diviseur de la gauche ".

Rappelons le " casting " de la petite comédie : les " socialistes " Olivier Faure et Anne Hidalgo, « l’Insoumis » Éric Coquerel - représentant de Jean-Luc Mélenchon -, les « communistes » Ian Brossat et Pierre Lacaze pour le compte de Fabien Roussel, " Génération.s " - la chapelle " hamoniste " -, le " parti radical de gauche ", " Cap 21 ", l’ex député LREM Matthieu Orphelin, sans oublier l’indispensable " Place publique " de l’eurodéputé Raphaël Glucksmann.

Ne manquent à l’appel qu’Arnaud Montebourg, Delphine Batho et Christiane Taubira.

Hadrien MATHOUX et Louis NADAU

Marianne.fr