Une allocution poignante de Jean-Luc Mélenchon prononcée en Bolivie

, par  DMigneau , popularité : 0%

Une allocution poignante de Jean-Luc Mélenchon prononcée en Bolivie

L’original en espagnol :

https://www.youtube.com/watch?v=bF5_4OfdBUY&t=3s

La traduction en français :

Mesdames et messieurs,

D’abord et avant tout, je vous demande de m’excuser si je ne parle pas parfaitement espagnol. Mais il est très important pour moi de vous parler directement pour vous dire ce que je ressens. Et d’abord pour vous remercier toutes et tous de votre invitation. Et afin de vous saluer toutes et tous, je commence par vous saluer vous, madame la présidente de l’association des victimes, les autorités représentées, et vous mes collègues députés.

Nous nous trouvons aujourd’hui dans un lieu de douleur : le lieu du crime. Je veux présenter mes condoléances les plus affligées à ceux qui ont perdu des frères, des sœurs, des enfants tant aimés.

À vous, les familles, les proches, et plus que tout à vous, les peuples de Bolivie qui ont souffert de nouveau ces violences, je veux dire combien je vous admire pour votre patience infinie au milieu de tant de cruautés.

Ayez la certitude que quand je parle, c’est le peuple français qui parle. Et il dit sa solidarité, son amour pour les humbles, ceux qui luttent et meurent, parfois, uniquement pour leur dignité d’êtres humains, de citoyens. Ce qui nous importe tant à tous.

Ayez la certitude que je parle aussi, au nom de mon groupe parlementaire à « l’Assemblée nationale » française.

Toujours mon peuple, toujours mes camarades, toujours mes amis ici, en Bolivie aussi, avons été ensemble dans toutes les luttes pour la dignité et la souveraineté des peuples. Et maintenant, à ce moment précis, en vous écoutant, comprenant votre souffrance, vos douleurs, je me sens « Bolivien ».

Et je veux dire, comme témoin venu de l’extérieur, la leçon que nous connaissons dans ce type de cas : le silence à propos du crime n’efface aucune blessure.

Nous ne gagnons rien, en tant que « société », comme « communauté humaine », au silence et à l’impunité. Parce que sinon, dans les " veines du peuple " et du pays continuent à courir les venins de l’impunité. C’est-à-dire la rancœur, la haine que nous avons dans notre cœur quand on voit l’injustice de l’impunité.

Et aussi quand on sait que les persécuteurs qui ne sont pas punis continuent leur chemin avec arrogance, continuent leur sale besogne. Cela ne peut contribuer d’aucune manière de se taire pour pardonner. Cela ne nous aide pas tant que le mal n’a pas été reconnu publiquement, tant que « la Justice » n’accomplit pas la mission que lui a confiée la société.

Mais en même temps, aucune sanction n’a d’effet utile si elle ne vient pas d’une justice pleine et entière. Une justice honnête, impartiale, qui ne soit pas une justice de classe.

La nature, dont nous apprenons tant, vit de l’équilibre qui la maintient. Mais les sociétés humaines, pour atteindre leur équilibre, ont besoin de la loi et de la justice.

Pour garder ce cadre que nous choisissons, nous avons besoin d’un engagement total de chacun d’entre nous. De cela vient la légitimité de « l’État de droit », qui ne peut jamais se confondre avec " la loi du plus fort ". La justice ne doit pas distinguer entre le pauvre et le riche, entre celui qui est habitué à donner des ordres et celui qui doit supporter d’avoir toujours à obéir.

« La Justice », c’est l’ordre humain idéal. Et de ce but, nous sommes tous totalement responsables.

Je vous remercie, vous, les familles des victimes, d’être ici présentes et de témoigner avec courage.

Je m’adresse à vous avec l’expérience d’un homme qui a de l’âge et un témoin engagé avec les Argentins, nos frères, qui nous ont donné un exemple essentiel.

En se libérant d’une dictature cruelle et sauvage, le peuple argentin a renoncé à la vengeance, parce qu’il a choisi « la Justice ». Une justice qui pourrait vous paraître insupportable, parce que les assassins, si sadiques et cruels, ont eu le droit de se défendre.

D’avoir des avocats qu’aucune de leurs victimes n’avaient pu avoir, ni même n’avaient eu le droit de se défendre.

Oui, cela paraissait insupportable.

J’ai été l’un des témoins de ce jugement. Et je veux, à ce moment dans lequel tant de fois nous avons dénoncé les coupables et sommes capables de dire leurs noms, je veux, pour la gloire de sa mémoire, mentionner le procureur Strassera, qui était dans ce tribunal durant tant d’heures, écoutant la défense de ces assassins, démontrant le crime, appelant les témoins un par un, et les écoutant tous, des heures et des heures durant.

À ce moment-là, l’Argentine a surmonté le crime, elle a surmonté la mort des siens, elle a surmonté la barbarie des assassins.

Les Argentins firent vivre alors, au-dessus de tout, leurs valeurs, celles auxquelles ils croyaient tous ensemble en tant que « peuple ». Leurs valeurs à leur plus grande force, les valeurs au nom desquelles ils avaient lutté jusqu’au sacrifice, et pour lesquelles tant d’entre eux perdirent la vie si cruellement.

De cette manière, la nation argentine s’est renforcée. Elle ne s’est pas affaiblie, contrairement à ce que disaient quelques-uns qui demandaient qu’il n’y ait pas de jugement. La nation argentine s’est renforcée, ses enfants se sont éduqués et se sont davantage préparés ; ses principes ont été renforcés.

Nous vous regardons, peuples de Bolivie.

De si loin que nous étions dans les moments de novembre, vous devez savoir que nous avons souffert avec vous, que nos pensées se dirigeaient vers vous, face aux souffrances qui se constataient.

Maintenant, nous pleurons avec vous. Et je veux dire comme il est important que vous ayez témoigné. Comme vous, monsieur, qui avez pleuré. Comme vous, madame, j’ai pleuré en l’écoutant. Et dans ce moment, je me sens être " ton frère ". Et le tien, également.

Nous savons que « l’Histoire » continue. Nous savons que les peuples de Bolivie ont déjà démontré leur grandeur, dans un passé récent. Ils ont contribué à « l’Histoire de l’humanité » toute entière quand ils ont fait adopter le droit à l’eau par les Nations unies.

Quand ils ont proposé la création d’un " Tribunal climatique international ", proposition que j’ai faite également à mon peuple en lui disant qu’elle venait de Bolivie.

Face aux « coups d’État » lamentablement si fréquents, face à la violence exercée sur « le peuple » par ceux dont le devoir est de le servir et de lui obéir, nous connaissons votre réponse – comme tu l’as dit, camarade, comme vous l’avez dit, madame – : " Nous ne demandons pas la vengeance – si difficile que cela soit de ne pas la demander – nous ne demandons pas la vengeance ! Nous demandons la Justice et que se termine l’impunité ".

Alors nous savons que, de nouveau, vous allez nous apprendre quelque chose de neuf dans ce monde : désirer la Justice. Et donc, nous verrons sous peu, de nouveau, la gloire des peuples de Bolivie. Nous y trouverons, nous autres, les Français, une source d’inspiration. Et d’avance, je vous en remercie, j’en remercie vos familles, j’en remercie vos juges qui vont avoir à connaître ces cas.

Je vous en remercie parce que le monde va apprendre des peuples de Bolivie, cette façon si lumineuse de devenir un « être humain ». Il n’y a pas de pardon possible sans « Justice ».

Et quand nous faisons des progrès de justice, nous faisons des progrès " d’humanisation " de la société... Et de nous-mêmes, chacun d’entre nous. Ainsi, « la Justice » nous conduit sur ce chemin si lumineux d’être humain, plus humain, toujours plus « humain ».

C’est là le projet politique qu’ont choisi la Bolivie et ses peuples.

Merci à tous.

Jean-Luc MELENCHON

Le Grand Soir.fr