Thomas Coville bat le record du tour du monde à la voile

, par  DMigneau , popularité : 69%

Thomas Coville bat le record du tour du monde à la voile

AFP

Le navigateur a réussi un exploit dimanche, en terminant sa traversée en 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes. Le skipper de " Sodebo Ultim’ " a franchi la ligne d’arrivée virtuelle avec près de huit jours d’avance sur le précédent record.

Le jour de Noël, le marin français de 48 ans a signé un temps de 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes. Il a franchi la ligne d’arrivée virtuelle, au large d’Ouessant (France) à 16h57 GMT après avoir parcouru 52 597 km (28.400 miles) à la vitesse moyenne de 24,09 nœuds (45 km/h).

Coville améliore de 8 jours, 10 heures, 26 minutes et 28 secondes le temps de référence (57 jours et 13 heures) signé en 2008 par son compatriote Francis Joyon sur le multicoque " Idec ".

Il n’est attendu à terre à Brest que lundi matin, après une dernière nuit " de décompression " à bord de son maxi-trimaran où l’a rejoint son équipe.

" Thomas signe un superbe chrono, au terme d’un tour parfaitement négocié. Bravo pour sa performance et pour sa persévérance. Il place, avec ce bateau plus grand et plus toilé que ne l’était mon trimaran Idec, la barre très haute ", a réagi dans un communiqué Francis Joyon qui tente actuellement de battre le record du tour du monde à la voile en équipage et sans escale.

Outre ce record du tour du monde en solitaire et sans escale, Coville a signé le 5e meilleur temps de l’histoire pour une circumnavigation d’ouest en est, derrière 4 temps établis par des bateaux en équipage. Le meilleur temps encore jamais égalé est celui de l’équipage emmené par Loïck Peyron en 2012 (45 j 13 h 42 min 53 sec).

La 5e tentative a été la bonne pour Coville, après 2 tours du monde sans record (2008/2009 en 59 j 20 h 47 mn 43 sec et en 2011 en 61 j 05 min 05 sec) et 2 abandons (en 2007/2008 et en 2014).

Il est le troisième marin a établir un record du tour du monde à la voile, en solitaire, en multicoque et sans escale. Le pionnier a été Francis Joyon (Idec) en 2004 (72 j 22 h 54 m 22 sec). La Britannique Ellen MacArthur (B&Q/Castorama) a abaissé le temps en 2005 (71 j 14 h 18 m 33 sec), avant que Joyon reprenne son record en 2008, finalement effacé par Coville.

Le secret de la réussite époustouflante de Coville ?

Un bateau puissant (31 m de long pour 21 m de large), équipé de " foils " - appendices latéraux qui permettent de surélever le bateau et de lui faire gagner de la vitesse - et pour la première fois d’un safran (la partie immergée du gouvernail) avec des plans porteurs, qui stabilisent le bateau.

https://youtu.be/reCH3WMpTAY

Mais la clé est aussi dans l’expérience de Coville, capable de manœuvrer une telle machine, particulièrement éprouvante physiquement. Il s’est préparé pendant deux ans, en travaillant son aspect mental, lui qui peinait à se faire confiance.

Même si Coville a placé la barre très haute, des candidats à sa succession se sont déjà fait connaître. François Gabart, vainqueur du Vendée Globe 2012/2013, s’attaquera au record du tour du monde avec son multicoque Macif (30 m) en 2017.

Ce marin éclectique vient de réaliser son 8e tour du monde, dont 4 en solitaire, 6 en multicoque et 2 en monocoque.

Père de 2 enfants, cet ingénieur diplômé est un amoureux de la nature, de la musique et de la littérature.

Tout petit, il s’est découvert une passion pour la mer. Adolescent, il regardait arriver depuis la fenêtre du lycée les voiliers qui se rendaient à Saint-Malo pour prendre le départ de la Route du Rhum.

Après deux victoires sur le Tour de France à la voile, il est de l’aventure du Trophée Jules-Verne aux côtés d’Olivier de Kersauson en 1997. Il gagne la Route du Rhum en monocoque en 1998 puis, associé à Yves Parlier, la Route de l’Or New York-San Francisco et ensuite la Jacques-Vabre.

L’Humanité

Navigation