Shoigu : Nous n’avons pas besoin de porte-avions, mais seulement d’armes capables de les couler

, par  DMigneau , popularité : 0%

Shoigu : Nous n’avons pas besoin de porte-avions, mais seulement d’armes capables de les couler

« Les États-Unis ont peut-être un budget militaire qui dépasse de loin celui de la Russie, mais cela n’a aucune importance, car l’armée russe est là pour défendre le pays, pas pour attaquer d’autres nations  », a déclaré le ministre russe de la Défense.

Le budget militaire de la Russie a augmenté il y a quelques années pour un programme de réarmement massif, mais a été réduit ces dernières années.

« L’Institut international de recherche sur la paix » de Stockholm a estimé que la Russie est le sixième plus gros investisseur en matière de « défense » au monde en 2018, derrière les États-Unis, la Chine, l’Arabie Saoudite, l’Inde et la France.

En revanche, le « Pentagone » a été inondé d’argent sous l’administration Trump, au point que le budget militaire des autres nations est ridicule en comparaison.

Mais le responsable du ministère de la Défense russe a déclaré que ses compatriotes russes n’avaient aucune raison de s’inquiéter, car les roubles des contribuables étaient bien dépensés.

« Les États-Unis dépensent des sommes énormes en sous-traitants militaires privés et en porte-avions. La Russie a-t-elle vraiment besoin de cinq à dix groupes de frappe de porte-avions, sachant que nous n’avons pas l’intention d’attaquer qui que ce soit ? », a déclaré le ministre de la Défense, Sergey Shoigu à un journal russe.

« Nous avons besoin de moyens que nous pourrions utiliser contre les groupes de frappe de porte-avions ennemis si notre pays était attaqué. De tels systèmes militaires sont beaucoup moins coûteux et plus efficaces. »

Le ministre a également reproché à Washington de prendre l’habitude de justifier ses interventions militaires dans le monde par les intérêts des populations des pays qu’il cible.

« Dans quelle nation sont-ils allés " apporter la démocratie " ? Voit-on la démocratie prospérer aujourd’hui ? Est-ce l’Irak, l’Afghanistan ou la Syrie ? » a demandé Shoigu. « Et après l’intervention des États-Unis, on peut certainement oublier toute idée de souveraineté ou d’indépendance. »

Il a ajouté que les États-Unis ne semblaient pas perdre leur appétit pour dévaster d’autres nations, que ce soit par le biais d’interventions militaires ou par d’autres moyens.

« Nos collègues occidentaux adorent accuser la Russie de mener des " guerres hybrides " ou autres. Mais j’affirme que c’est l’Occident qui mène des guerres hybrides. Les États-Unis sont sur le point de quitter l’Afghanistan après l’avoir à moitié détruit, et en même temps, ils font tous les efforts possibles pour déstabiliser le Venezuela – tout ça pour le " triomphe de la démocratie ", bien sûr. »

Les États-Unis tentent de renverser le gouvernement vénézuélien en soutenant Juan Guaido, qui s’est déclaré " Président par intérim " de ce pays d’Amérique latine.

Sa prétention, cependant, n’a pas été couronnée de succès. Ses deux tentatives pour déclencher un soulèvement public à grande échelle et renverser le Président Nicolas Maduro ont fait " long feu " en dépit de la promesse de Washington de lever les sanctions économiques paralysantes contre le Venezuela seulement une fois que leur homme aura pris le contrôle.

Soutenez ce travail censuré en permanence en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

Sayed Hasan

AgoraVox