Sept faits qui montrent que le rêve étasunien est mort

, par  DMigneau , popularité : 0%

Sept faits qui montrent que le rêve étasunien est mort

Un récent sondage a montré que plus de la moitié des habitants de ce pays ne croient pas que le " rêve étasunien " soit réel.

59 % des personnes interrogées sont d’accord pour dire que " le rêve américain est devenu impossible à réaliser pour la plupart des gens ". De plus en plus de citoyens de ce pays pensent qu’il n’y a " pas beaucoup de possibilités " de progresser.

1. La plupart des gens ne peuvent pas s’en sortir financièrement

Si le " rêve étasunien " signifie un taux raisonnable de croissance des revenus pour les travailleurs, la plupart des gens ne peuvent pas espérer l’atteindre.

Comme l’observe Ben Casselman sur " fivethirtyeight.com ", la classe " moyenne " n’a pas vu son salaire augmenter depuis 15 ans. En fait, le pourcentage de ménages de classe " moyenne " dans cette nation est en train de diminuer.

Le revenu médian des ménages a diminué depuis la crise financière de 2008, tandis que le revenu des Etasuniens les plus riches a - en fait - augmenté.

Thomas Edsall a écrit dans le " New York Times " que " Non seulement la richesse des très riches a doublé depuis 2000, mais les revenus des entreprises atteignent des niveaux records. "

Edsall a également observé qu’ " en 2013, selon " Goldman Sachs ", les bénéfices des entreprises ont augmenté cinq fois plus vite que les salaires."

2. Le " parent au foyer " est une chose du passé

Il fut un temps où les familles de la classe " moyenne " pouvaient mener un style de vie confortable avec les revenus d’une seule personne. Un parent pouvait travailler tandis que l’autre restait à la maison avec les enfants.

Cette époque est révolue.

Comme l’ont démontré Elizabeth Warren et Amelia Warren Tyagi, co-autrices de l’ouvrage " The Two-Income Trap ", publié en 2003, l’augmentation du nombre de familles à deux revenus s’est accompagnée d’une hausse des coûts dans un certain nombre de domaines, tels que " l’Education ", le " Logement " et le " Transport ".

Ces augmentations de coûts, combinées à la stagnation des salaires, signifient que les familles ont du mal " à joindre les deux bouts " et qu’aucun des deux parents n’a plus le luxe de rester à la maison.

En fait, la parentalité est devenue un risque financier.

Warren et Tyagi écrivent que " Avoir un enfant est maintenant le meilleur prédicteur de l’effondrement financier d’une femme. "

Ce livre a été écrit il y a plus de dix ans ; les choses sont encore pires aujourd’hui.

3. Les riches sont plus " libres de dettes ". Les autres n’ont pas le choix

De toute façon, la plupart des Etasuniens prennent du retard, car leur salaire ne suffit pas à couvrir leurs dépenses.

Pas étonnant que l’endettement soit en hausse.

Comme l’observent Joshua Freedman et Sherle R. Schwenninger dans un article pour la " New America Foundation ", " les ménages américains... sont devenus dépendants de la dette pour maintenir leur niveau de vie face à des salaires stagnants. "

Cette " économie dépendante de la dette ", comme l’appellent Freedman et Schwenninger, a des implications négatives pour la nation dans son ensemble, mais les familles individuelles souffrent également.

Rani Molla du " Wall Street Journal " note qu’ " au cours des 20 dernières années, l’augmentation moyenne des dépenses pour certains articles a dépassé la croissance des revenus. L’écart est particulièrement poignant pour les moins de 25 ans. "

Il y a de plus en plus deux classes de citoyens : ceux qui s’endettent davantage et les riches.

4. La " dette d’études " écrase une génération d’Américains non fortunés

Une éducation pour chaque citoyen qui veut avancer ?

Oubliez cela.

Aujourd’hui, il faut être riche pour faire des études supérieures, à moins de vouloir commencer sa carrière avec une " montagne de dettes ". Une fois que vous aurez quitté l’université, vous découvrirez rapidement que l’écart entre les dépenses et les revenus est le plus important pour les personnes de moins de 25 ans.

« L’Education », comme l’a dit le chroniqueur de " Forbes " Steve Odland, est « le grand " égalisateur "... le " facilitateur " du rêve américain. » Mais à ce moment-là, les coûts des collèges avaient augmenté de 500 % depuis 1985, alors que " l’Indice général des prix à la consommation " avait augmenté de 115 %.

En 2013, les frais de scolarité dans une université « privée » devaient coûter près de 130 000 dollars en moyenne sur quatre ans, sans compter la nourriture, le logement, les livres et les autres dépenses.

Les " collèges " et " universités " publics ont longtemps été considérés comme l’option d’avenir pour tous les Etasuniens, y compris les plus pauvres d’entre nous.

Ce n’est plus le cas.

L’université de Californie était autrefois considérée comme un modèle national d’enseignement public gratuit et de qualité, mais aujourd’hui, les frais de scolarité à l’UC Berkeley s’élèvent à 12 972 dollars par an.

Ils étaient gratuits jusqu’à ce que Ronald Reagan devienne " gouverneur ".

Le coût total de la fréquentation du campus de Berkeley, y compris les livres et autres articles, est estimé à 32 168 dollars.

L’Histoire de la Californie s’est répétée dans tout le pays, car les coupes budgétaires des États à la suite de la crise financière ont fait " grimper en flèche " le coût de l’enseignement « public » supérieur de 15 % en deux ans.

Avec un revenu médian national de 51 000 dollars par ménage, même les universités « publiques » deviennent rapidement inabordables.

Bien sûr, il existe encore des " bourses d’études " et des subventions, mais alors même que le coût de l’enseignement supérieur augmente, la disponibilité de ces programmes diminue, laissant les étudiants de la classe " moyenne " et les étudiants à faible revenu s’endetter davantage à mesure que les frais personnels augmentent.

5. Les vacances ne sont plus pour les gens comme vous

Vous pensez que vous aimeriez passer de " bonnes vacances " ?

Détrompez-vous.

Selon une enquête d’ " American Express ", les Etasuniens qui prévoient de partir en vacances s’attendent à dépenser en moyenne 1 180 dollars par personne.

Cela représente 4 720 $ pour une famille de quatre personnes.

Mais alors, pourquoi se soucier de payer ces vacances ?

Si vous êtes au chômage, vous ne pouvez pas vous le permettre. Et même si vous avez un emploi, il y a de fortes " chances " que vous ne puissiez pas prendre de congés de toute façon.

Comme l’a constaté le " Center for Economic and Policy Research ", les États-Unis sont la seule économie " avancée " au monde qui n’oblige pas les employeurs à offrir des congés payés à leurs travailleurs.

Selon le CEPR, le nombre de jours de congés payés et de jours de vacances dont bénéficie le travailleur moyen dans ce pays (16) ne répondrait pas aux exigences minimales légales dans 19 autres pays " développés ".

31 % des travailleurs des petites entreprises ne bénéficient d’aucun jour de congé payé.

Le CEPR a également constaté que 14 % des employés des grandes entreprises ne bénéficiaient pas non plus de jours de congés payés.

Dans l’ensemble, près d’un travailleur américain sur quatre ne bénéficie d’aucun jour de congé.

L’Etasunien " moyen " passe aujourd’hui 176 heures de plus par an au travail qu’en 1976.

Entre la pression exercée pour augmenter le nombre d’heures de travail et le coût des vacances, même les personnes qui ont droit à des vacances - du moins " sur papier " - ont du mal à en prendre. C’est pourquoi 175 millions de jours de vacances ne sont pas réclamés chaque année.

6. Même avec une assurance maladie, les soins médicaux sont de plus en plus inabordables pour la plupart des gens

Des soins médicaux quand on en a besoin ?

C’est pour les riches.

La loi sur " les soins abordables " a été conçue pour augmenter le nombre d’Américains " couverts " par une assurance maladie, mais la " couverture médicale " dans ce pays est la pire de toutes les nations " hautement développées " et cela pour les personnes qui ont une assurance maladie.

Chaque année, le cabinet d’actuaires " Milliman " analyse le coût moyen des soins médicaux, y compris la part des primes d’assurance et des frais à la charge du ménage, pour une famille de quatre personnes bénéficiant du type d’assurance considéré comme une " couverture " de meilleure qualité dans ce pays : un plan " PPO " qui leur permet d’utiliser un plus large éventail de prestataires de soins de santé.

Alors même que la richesse globale de ce pays s’est déplacée vers " le haut ", au détriment des familles de la classe " moyenne ", le coût des soins médicaux est de plus en plus supporté par les familles elles-mêmes.

Comme le montre l’étude de " Milliman ", la part des coûts des " soins de santé " financée par l’employeur a augmenté de 52 % depuis 2007, première année de la récession, mais les coûts pour les ménages ont augmenté de 73 %, soit 8 % par an, et s’élèvent aujourd’hui à 9 144 dollars en moyenne.

Au cours de la même période, les chiffres du " Census Bureau " montrent que le revenu médian des ménages a diminué de 8 %.

Cela signifie que les coûts des « soins de santé » des ménages montent " en flèche " alors même que les revenus diminuent de façon spectaculaire.

Les récentes déclarations de " baisse des coûts des soins de santé " sont trompeuses. Même si le taux d’augmentation ralentit, les coûts des soins de santé continuent d’augmenter et le coût réel pour les travailleurs américains augmente encore plus vite, car les entreprises continuent de maximiser leurs bénéfices records en transférant les coûts des « soins de santé » sur les consommateurs.

Ce transfert devrait s’accélérer à la suite d’une disposition malencontreuse de la loi sur " les soins abordables " qui imposera les régimes les plus coûteux.

Selon une enquête de l’OCDE, le nombre d’Américains qui déclarent avoir renoncé à des soins de santé nécessaires au cours de l’année écoulée en raison de leur coût est plus élevé que dans dix pays comparables.

Ce constat s’applique aussi bien aux Américains " à faible revenu " qu’aux Américains à revenu élevé, ce qui laisse penser que les Américains assurés ressentent également des difficultés lorsqu’il s’agit d’obtenir un traitement médical.

À mesure que les inégalités s’aggravent, que les salaires continuent de stagner et que les coûts des « soins de santé » sont mis sur le dos des familles qui travaillent, de plus en plus d’Américains trouveront les soins médicaux inabordables.

7. Les Américains ne peuvent plus espérer une retraite sûre

Vous voulez prendre votre retraite à un âge avancé, comme le faisaient les générations précédentes, et profiter d’une vie sûre après une vie de dur labeur ?

Vous y arriverez... si vous êtes riche.

Il fut un temps où la plupart des Américains de la classe " moyenne " pouvaient travailler jusqu’à 65 ans et envisager ensuite une retraite financièrement sûre.

Les retraites " d’entreprise " garantissaient un revenu minimum pour le reste de leur vie. Ces pensions, associées aux revenus de la sécurité sociale et aux économies de toute une vie, permettaient à ces Américains " ordinaires " de passer leurs vieux jours dans un confort modeste.

Ce n’est plus le cas.

Comme nous l’avons déjà vu, l’augmentation des dépenses signifie que la plupart des Américains " croulent sous les dettes " plutôt que d’être en mesure d’accumuler une épargne modeste. C’est la principale raison pour laquelle 20 % des Etasuniens qui approchent de l’âge de la retraite n’ont pas économisé pour leurs années de retraite.

Pendant ce temps, les entreprises vident ces « plans de pension » au profit de programmes beaucoup moins généraux. La crise financière de 2008, motivée par la cupidité des " 1% de Wall Street ", a privé la plupart des ménages de leurs principaux actifs et les " centristes " de droite des deux partis, non satisfaits de l’augmentation de l’âge de la retraite qui a déjà réduit les prestations du programme, continuent de faire pression pour des coupes encore plus importantes dans le programme.

" Natixis Global Asset Management " classe les États-Unis au 19e rang des pays " développés " en matière de " sécurité de la retraite ". Les principales raisons pour lesquelles les États-Unis sont si mal classés sont :

1° ) la faiblesse de nos programmes de retraite

et

2° ) l’avarice de notre « système de santé », qui, même avec le système " Medicare " pour les personnes âgées, est bien plus faible que celui de nations comme l’Autriche.

Les économistes avaient l’habitude de parler de " la sécurité de la retraite " comme d’un " tabouret à trois pieds ". Les pensions étaient " un pied du tabouret ", l’épargne en était un autre et la " sécurité sociale " était le troisième.

Aujourd’hui, deux pieds du " tabouret " ont été brisés et les partisans de la " sécurité sociale " s’attaquent au troisième.

Conclusion

Des vacances, une Education, rester à la maison pour élever ses enfants, une vie sans dettes écrasantes, voir le médecin quand on ne se sent pas bien, une chance de prendre sa retraite : un par un, ces piliers de la vie de la classe " moyenne " disparaissent pour la plupart des Etasuniens.

Tant que nous n’exigerons pas de nos dirigeants politiques qu’ils fassent quelque chose, ils ne reviendront pas.

Le rêve peut-il être restauré ?

Oui, mais cela nécessitera un effort concerté pour résoudre deux problèmes sous-jacents.

Premièrement, nous devons mettre fin à la domination de notre processus électoral par des " élites " riches et puissantes.

En même temps, nous devons commencer à nous attaquer au problème de l’inégalité économique croissante. Sans un mouvement national qui appelle au changement, le changement ne se produira tout simplement pas.

Richard ESKOW

Le Grand Soir.fr

(*) Richard Eskow est écrivain, consultant et commentateur TV. Il a pris une part active dans la campagne présidentielle de Bernie Sanders en 2016.

Cet article a été publié comme opinion, le 08/08/2022, par le site " Alternet " (proche du " Parti démocrate ") sous le titre original : " 7 facts that show the American Dream is dead ", et traduit avec l’aide de " www.DeepL.com/Translator ").