« Secrétaire général » de l’OTSC : l’alliance militaire eurasienne capable de faire face à l’Otan

, par  DMigneau , popularité : 0%

« Secrétaire général » de l’OTSC : l’alliance militaire eurasienne capable de faire face à l’Otan

L’expansion vers l’Est de l’Otan attisera les tensions régionales et en aucun cas ne sera une source de stabilité ou de sécurité pour ses États membres, selon le « Secrétaire général » de l’OTSC. Toujours selon lui, les hostilités entre les deux blocs ne pourront que s’aggraver.

« L’Organisation du Traité de sécurité collective » (OTSC) dispose de toutes les possibilités pour garantir la sécurité pour nos pays, c’est ce qu’a indiqué Stanislav Zas – « Secrétaire général » de l’organisation.

Il a également ajouté que l’OTSC représente un " bouclier " efficace pour ses États-membres. Pour rappel, l’organisation " politico-militaire " est composée de la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, l’Arménie et le Tadjikistan.

Selon lui, l’expansion orientale de « l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord » attisera les tensions régionales et en aucun cas ne stabilisera et n’assurera pas la sécurité pour ses pays membres.

En ce qui concerne les perspectives d’adhésion de la Finlande et de la Suède au bloc " otanesque ", cela ne fera qu’aggraver les hostilités entre la Russie et l’Otan.

Stanislav Zas a également rappelé que l’OTSC est une organisation internationale qui ne constitue pas seulement un bloc " politico-militaire ", mais que c’est également une organisation multi-fonctionnelle, offrant une protection contre d’autres types de menaces.

Tout en ajoutant que l’organisation dispose de suffisamment de forces et de moyens, ainsi que d’un système de réponse aux crises : " L’OTSC a toutes les possibilités pour servir de garant de la sécurité de nos pays et je pense que nous sommes vraiment un bon bouclier pour nos six États ", a-t-il déclaré.

En termes de perspectives, ces déclarations du « Secrétaire général » de « l’Organisation du Traité de sécurité collective » confirment effectivement plusieurs aspects.

Tout d’abord est que nous assistons en effet aujourd’hui à une opposition féroce entre « l’Eurasie » – devenue la principale force motrice de défense et de promotion de l’ordre multipolaire international et « l’Occident » – dont " l’establishment " continue de tenter à forcer l’écrasante majorité de la planète vers un retour à l’ordre unipolaire, dépassé et révolu.

En ce sens, les processus en cours et à venir dans le grand espace " eurasiatique " prennent aujourd’hui une dimension particulièrement importante. Aussi bien dans le cadre de structures telles que l’OTSC, mais également en ce qui concerne les grandes alliances internationales telles que « l’Organisation de coopération de Shanghai » (OCS) – composée quant à elle de la Russie, de la Chine, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan, de l’Inde, du Pakistan, et bientôt de l’Iran qui deviendra également membre à part entière.

D’où les innombrables tentatives des " élites " atlantistes à tenter de ralentir les processus en question en « Eurasie » – non seulement car ledit espace représente en soi un énorme poids démographique, militaire, " économico-industriel " et civilisationnel, mais aussi en raison de l’influence de plus en plus accrue dudit espace sur d’autres régions du monde, notamment dans son interaction avec l’Afrique, l’Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient et l’Amérique latine.

En effet - et depuis les événements des derniers mois - « l’Occident » ne peut plus occulter la réalité de n’être qu’une extrême minorité à l’échelle mondiale et de n’avoir absolument aucune légitimité à pouvoir parler au nom d’une quelconque " communauté internationale ".

Et ce malgré les innombrables instruments étant encore à sa disposition pour tenter de faire croire le contraire. Un autre élément à prendre en considération – vu comme un extrême danger par " l’establishment " atlantiste – n’est autre que la montée en nombre de personnes dans l’espace occidental qui se revendiquent de plus en plus ouvertement de la " multipolarité ".

Et qui ne se retrouvent aucunement dans les délires de leurs prétendues " élites " qui s’accrochent au fantasme d’une hégémonie occidentale sur le monde, dans la pure continuité d’une mentalité coloniale.

En ce sens, il est évident que les alliances " eurasiennes " et internationales ont un énorme rôle à faire valoir pour mettre définitivement fin aux rêves des nostalgiques de " l’unipolarité " et pour que puisse s’imposer non plus seulement le monde multipolaire – qui est déjà une réalité admise – mais bel et bien l’ère multipolaire " post-occidentale ", souhaitée et attendue par des milliards de personnes de la planète.

Mikhail GAMANDIY-EGOROV

Patrice BRAVO

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

Abonnez-vous à notre chaîne " Telegram " : https://t.me/observateur_continental

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3891


AgoraVox.fr