Répression en Guadeloupe : après le couvre-feu, Darmanin envoie le RAID et le GIGN

, par  DMigneau , popularité : 0%

Répression en Guadeloupe : après le couvre-feu, Darmanin envoie le RAID et le GIGN

Alors que le Préfet de Guadeloupe a annoncé vendredi l’instauration d’un couvre-feu, Darmanin a annoncé l’envoi d’une cinquantaine d’agents du GIGN et du RAID qui viendront compléter les effectifs de policiers et gendarmes supplémentaires envoyés sur place.

La répression s’intensifie face aux mobilisations sur l’île.

Depuis près d’une semaine, la Guadeloupe connaît une série de mobilisations importantes dans lesquelles se mêlent opposition aux mesures autoritaires de « l’Etat » sur le terrain " sanitaire ", nourrie par un fort rejet de la vaccination et dénonciation de la situation économique et sociale sur l’île.

Ces mobilisations ont gagné en intensité ces derniers jours, avec une nuit de révolte particulièrement violente entre vendredi et samedi.

Face aux révoltes, « l’Etat » déploie une répression intense et une gestion coloniale claire. Celle-ci a été symbolisée vendredi par l’annonce de la mise en place d’un couvre-feu entre 18h00 et 5h00 du matin jusqu’à mardi.

A l’issue d’une " cellule de crise " organisée par Gérald Darmanin ce samedi, le ministre de l’Intérieur a annoncé en fin d’après-midi de nouvelles mesures répressives.

Alors que des policiers et gendarmes supplémentaires doivent venir renforcer les effectifs répressifs sur l’île, Darmanin a annoncé qu’ils seraient accompagnés d’une " cinquantaine d’agents du GIGN et du RAID " en lien avec de supposés " tirs à balles réelles " qui auraient eu lieu sur l’île.

https://twitter.com/BFMTV/status/1462126645536595973?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1462126645536595973%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.revolutionpermanente.fr%2FRepression-en-Guadeloupe-apres-le-couvre-feu-Darmanin-envoie-le-RAID-et-le-GIGN

Face à la répression coloniale de « l’État » français, il est fondamental que l’ensemble des organisations se réclamant " mouvement ouvrier " et du " mouvement social " défendent le droit à « l’auto-détermination » du peuple guadeloupéen, qui se révolte principalement contre l’autoritarisme du gouvernement, mais plus généralement sur des questions sociales et économiques, alors que l’inflation ne cesse d’attaquer les salaires.

Il est nécessaire de dénoncer avec force l’ensemble des moyens utilisés par « l’État » français pour imposer sa politique et maintenir " l’ordre " colonial.

Revolutionpermanente.fr