" Primaire populaire " / sondage exclusif : un vote taillé pour Taubira et la " gauche " modérée

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Primaire populaire " / sondage exclusif : un vote taillé pour Taubira et la " gauche " modérée

Christiane Taubira. AFP

Notre enquête réalisée par l’institut " Cluster17 " montre que ce scrutin contesté, dont le vote a lieu en ligne du 27 au 30 janvier, mobilise surtout les électeurs de " gauche " diplômés et politisés. De quoi avantager l’ancienne ministre de la Justice, qui compte sur cette " primaire " pour lancer sa campagne.

À l’heure où sont écrites ces lignes, nul ne sait de quel résultat peut accoucher la " Primaire populaire ", improbable scrutin numérique monté par des " militants associatifs " pour fournir à " la gauche " un candidat unique – ou pour ajouter une énième offre de " centre-gauche " au paysage, selon les critiques.

Bien sûr, la majeure partie s’attend à ce que les 466 895 votants inscrits pour s’exprimer au " jugement majoritaire " désignent Christiane Taubira comme victorieuse : la " Primaire populaire " paraît " taillée " pour l’ancienne « garde des Sceaux », qui compte sur cette opportunité pour propulser sa campagne et définitivement enterrer les espoirs d’Anne Hidalgo.

Mais le mode de scrutin, la volatilité de l’électorat et la récurrence des surprises lors de " primaires " interdisent toute certitude.

Rappelons que ce scrutin oppose sept candidats, dont Christiane Taubira, trois qui en rejettent le principe (Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon), et trois autres qui s’y engagent avec enthousiasme mais sont méconnus du grand public (Anna Agueb-Porterie, Pierre Larrouturou, Charlotte Marchandise).

Néanmoins, il est possible de savoir qui s’intéresse à cette " Primaire populaire ", et qui la soutient, grâce au sondage réalisé entre le 20 et le 22 janvier par " Cluster17 ", institut de sondage et partenaire de " Marianne ".

L’enquête a été menée " en ligne " auprès d’un échantillon de 2 562 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les marges d’erreur vont de 0,8 %, pour un pourcentage de 5 %, à 1,9 %, pour un pourcentage de 50 %.

La particularité de " Cluster17 " réside dans la " clusterisation " : en plus des catégories traditionnelles d’analyse (âge, revenu, catégorie socioprofessionnelle, préférence partisane…), l’institut propose 16 familles qui réunissent des Français partageant le même " système d’opinion " ainsi que des caractéristiques sociales et géographiques.

Vous pouvez faire vous-même le test pour savoir à quel " cluster " vous appartenez ou prendre connaissance de la description détaillée de chaque " cluster " réalisée par " Marianne ".

https://www.marianne.net/politique/a-quelle-famille-politique-appartenez-vous-faites-le-test

Un scrutin pour la " gauche " diplômée

Premier enseignement du sondage, peu surprenant : la majorité de la population est indifférente (59 %) à ce scrutin, malgré sa médiatisation.

Sans surprise, ce sont les " clusters " marqués à droite, tels les " Identitaires " (79 %), les " Libéraux " (79 %) ou les " Conservateurs " (61 %) qui déclarent ne pas s’y intéresser, mais on note également une désaffection des " Solidaires " (46 %), un " cluster " composé de classes populaires engagé à gauche, dont 18 % des membres se déclarent même hostiles au principe de la " Primaire populaire ".

L’adhésion est forte, en revanche, parmi les " Multiculturalistes ", dont 61 % se déclarent en faveur du scrutin, dont 33 % très favorable. Cette " gauche culturelle " diplômée et politisée est complétée par les " Progressistes ", " cluster " d’étudiants engagés sur les sujets sociétaux mais moins férus d’économie, qui sont 67 % à soutenir le principe de la " Primaire populaire ".

Bonne nouvelle pour Christiane Taubira : les " Multiculturalistes " et les " Progressistes " sont les deux " clusters " auprès desquels elle engrange le plus d’intentions de vote dans les sondages de " Cluster17 ".

A noter, enfin, un soutien moins massif mais réel des " Sociaux-Démocrates " (41 %), groupe " de gauche " modérée composé d’individus aisés, à la tenue de la " Primaire populaire ".

Si l’on se penche sur les candidats préférés des soutiens de la " Primaire populaire ", l’avantage de Christiane Taubira apparaît encore plus net, puisque 77 % de ses électeurs déclarés affirment soutenir le scrutin qui s’achève le 30 janvier, dont 35 % de " très favorables ". $

Les soutiens d’Anne Hidalgo sont aussi " partants " (à 61 %) mais avec moins de ferveur (17 % de " très favorables ").

A noter que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, pourtant très hostile à la " Primaire populaire ", sont tout de même deux tiers à en soutenir le principe, tout comme les pro-Yannick Jadot.

C’est parmi les électeurs de Fabien Roussel, qui ne participe pas au scrutin, que l’on trouve la plus forte opposition, puisque 35 % des soutiens du " communiste " se déclarent " très défavorables " à la " Primaire populaire ", et 24 % indifférents.

" Cluster17 " a également cherché à évaluer la dynamique qui pourrait déboucher à l’issue du scrutin, le 30 janvier, en demandant aux sondés s’ils souhaitaient que l’ensemble de " la gauche " se réunisse derrière le vainqueur de la " Primaire populaire ", objectif improbable mais affiché par les organisateurs.

Les résultats de cette question sont fort contrastés : sans surprise, on note une large part d’indifférents (41 %) et de Français n’exprimant pas d’avis (12 %), l’événement ne concernant qu’une partie du " peuple de gauche ", comme on l’a vu.

Celui-ci est assez divisé, mais semble en majorité prêt à soutenir l’unité de " la gauche " derrière le vainqueur : c’est le cas de 26 % des sondés et d’une majorité d’électeurs de Taubira (67 %), Hidalgo (59 %) et Jadot (55 %).

Les partisans de Roussel sont, en revanche, largement hostiles à ce processus d’union (42 %), semble-t-il considéré comme une manœuvre de la " gauche " modérée.

Le camp de Jean-Luc Mélenchon est plus ambivalent : 40 % sont prêts à soutenir un rassemblement derrière le vainqueur, mais 24 % affirment qu’ils font dépendre une éventuelle union du résultat.

Rappelons enfin une nuance capitale pour interpréter les résultats de ce sondage : s’il reflète l’opinion des Français, et notamment de " gauche ", à l’égard de la " Primaire populaire ", il n’est pas une photographie de l’avis des citoyens qui se sont inscrits et y participent.

Hadrien MATHOUX

Marianne.fr