Les dernières puces Intel, AMD ne seront supportées que sur Windows 10 ... et Linux, BSD, OS X

, par  DMigneau , popularité : 65%

Les dernières puces Intel, AMD ne seront supportées que sur Windows 10 ... et Linux, BSD, OS X

On arrive au « gros » morceau du jour, je ne fais que rarement des traductions techniques, mais là je me suis dit que ça valait le coup, enfin c’est comme toutes les bonnes, choses, il faudra du temps pour l’apprécier…. Et si après la lecture de cet article vous voulez quand même installer Windows 7,8.x sur les derniers chipsets, suivez le tuto du docteur folamour ! :

https://www.crashdebug.fr/informatik/76-astuce-logiciel/12214-comment-installer-windows-7-8-x-10-sur-les-pc-de-derniere-generation-sans-lecteur-dvd-et-avec-port-usb-3-0

https://youtu.be/8OQba_yyi8I

J’ai lu cette semaine un article intitulé : « Les dernières puces " Kaby Lake " et AMD " Zen " ne supporteront que Windows 10. » Il indiquait qu’Intel et les nouveaux processeurs d’AMD ne seront « officiellement pris en charge uniquement que par Windows 10 de Microsoft ». Cela ne peut pas être vrai.

Qu’en est-il de Linux ?

Des journalistes, non ?

La réponse courte est " Kaby Lake Aka ", les puces Intel de septième génération de base de processeurs i3, i5 et i7, et les puces à base de " Zen " d’AMD, ne sont pas verrouillée à Windows 10 : ils vont démarrer Linux, BSD, Chrome OS, les noyaux home-brew, OS X, quel que soit le logiciel où ils seront installés.

Donc, si vous voulez utiliser Linux ou un autre système d’exploitation non-Windows sur vos nouveaux processeurs, vous serez très bien. C’est OK, nous avons vérifié.

Super. Qu’en est-il de Windows 7 ? Ou Windows 8.1 ? Ou tout les Windows pré-10 ?

Ouais ... nah. Shad Larsen, le directeur de la planification d’entreprise de Windows de Microsoft a blogué plus tôt ce mois-ci :

Les plates-formes de siliciums futurs, y compris à venir, telles que la 7e génération de cœurs d’Intel (" Kaby Lake ") et les familles de processeurs de 7e génération d’AMD (par exemple " Bristol Ridge ") ne seront prises en charge que sur Windows 10 et pour toutes les futures versions de silicium, il faudra la dernière version de Windows 10.

Il est facile de mal interpréter cela et je soupçonne que cela y était destiné, mais Microsoft ne fait que parler à propos de Windows ici. Si vous avez un ordinateur alimenté par une puce Intel de septième génération ou un processeur AMD " Zen " et que vous souhaitez utiliser Windows, alors Windows 10 est votre seule option prise en charge.

Le porte-parole d’Intel, Scott Massey, nous a dit : « Conformément à la politique de soutien de Microsoft, ils ont pris la décision que Windows 10 serait le seul système d’exploitation Windows pris en charge sur la 7e génération de core de processeur Intel ». Il a ajouté : « Le changement de support de Microsoft n’a évidemment pas d’impact sur les autres systèmes d’exploitation. »

Un exemple où Microsoft retient le support est le contrôleur USB xHCI dans la sixième génération " Skylake " et septième génération " Kaby Lake " : Windows 7 ne supporte pas ce matériel USB, l’installation du système d’exploitation à partir d’une clé USB en utilisant ces puces est délicate. Et Intel fournit les pilotes xHCI pour Windows 7 une fois que ce dernier est opérationnel (Ndlr. Full tuto sur Crashdebug.fr pour installer ce genre de PC sous Windows 7,8.x, 10 !)

Pourquoi Microsoft fait cela ?

Windows 10 doit réussir à tout prix. C’est Windows 10 ou la mort. Si vous achetez un système flambant neuf, quelle superbe occasion pour Microsoft de vous forcer à y installer son dernier système d’exploitation dessus ; ça va vraiment aider à gonfler ses chiffres d’utilisation. Et ça va rendre la vie plus facile pour ses ingénieurs : il y a moins de matériel à tester moins de support à fournir, moins de code, moins de bugs, moins de problèmes pour tout le monde.

Ouais ?

Ouais, je suis sûr que cela a été mentionné, oh, au moins peut-être une ou deux fois en interne lors d’une réunion, ce qui est un chiffre approximatif. Un porte-parole de Microsoft nous a dit :

Alors que de nouvelles générations de siliciums sont introduites, elles auront besoin de la dernière plate-forme Windows à ce moment-là pour le support. Cela nous permet de mettre l’accent sur l’intégration profonde entre Windows et le silicium, tout en conservant la fiabilité et une compatibilité maximale avec les générations précédentes de plate-forme et de silicium.

Windows 10 sera la plate-forme Windows uniquement pris en charge sur la prochaine 7 génération Intel de Cœur (" Kaby Lake ").

Ne pas oublier, cependant, que Microsoft a changé à plusieurs reprise son fusil d’épaule sur ce genre de chose auparavant.

Quoi ? quand ?

En Janvier, Microsoft a déclaré qu’il n’offrirait les mises à jour de « sécurité, de fiabilité et de compatibilité » pour Windows 7 et 8.1 que sur les processeurs Intel " Skylake " et ce jusqu’à Juillet 2017. Après ce point de coupure, seulement les mises à jour de sécurité critiques seront disponibles - et seulement si elles ne deviennent pas une corvée à développer et publier pour Microsoft.

Après un peu de persuasion pas si douce par des gens normaux et les acheteurs IT, Microsoft a fait une refonte : ils ont étendu la publication des mises à jour de sécurité, de fiabilité et de compatibilité jusqu’en Juillet 2018. Mais, pour ses clients commerciaux, il a changé d’avis encore une fois et poussé la date au 14 Janvier 2020 pour Windows 7 et 10, et Janvier 2023 pour Windows 8.1, date à laquelle tout support étendu pour les deux versions du système d’exploitation se termineront

Microsoft pourrait faire des concessions similaires pour Windows 7 et 8.1 sur " Kaby Lake " et " Zen " à un moment donné.

Et Intel et AMD sont cool avec seulement les trucs genre Windows 10 ?

Oui, bizarrement, il semble donc. On pourrait penser qu’ils voudraient que leurs chipsets soient utilisés sur le plus large éventail possible des systèmes d’exploitation pour maximiser les ventes.

D’autre part, si Microsoft tire le bouchon sur Windows 7 et 8,1, peut-être les fabricants de puces ne prendront-ils pas la peine de faire des mise à jour et des pilotes pour des systèmes d’exploitation qui sont dans l’impasse. Peut-être qu’ils veulent que les gens stockent les puces d’aujourd’hui ?

Un grand nombre de ce genre de choses tend à être rétro-compatible, de toute façon. Il suffit de regarder l’héritage entremêlé ridicule du gâchis qui concerne les processus x86 au démarrage. Aucun doute, les gens trouveront les moyens de documenter et d’exécuter Windows 7 et 8.1 sur le dernier silicium d’Intel et d’AMD, mais avec des degrés variables de fiabilité. Cela est faisable. Ils pourraient même importer des pilotes de Linux, par exemple.

Microsoft aime Linux ! N’est-ce pas ?

Bien sûr.

Cela va vraiment dépendre profondément de la façon dont Windows 7 et 8.1 dépendent des fonctions particulières au sein des processeurs Intel et AMD. Terry Myerson, vice-président exécutif Microsoft du groupe de Windows et des périphériques, a laissé entendre plus tôt que le code de " Redmond " dans " Win7 ", par exemple, prévoit des interruptions, pour la commande de la puissance et que la façon dont elle pourrait être présentée dans d’autres matériels pourrait peut-être être différente dans les dernières puces :

Pour faire fonctionner Windows 7 sur tout silicium moderne, il faut que les pilotes de périphériques et le " firmware " qui émulent les attentes de Windows 7 pour le traitement d’interruption, le support du bus, et les états d’alimentation - ce qui constitue un défi pour le wi-fi, les graphiques et la sécurité, et plus encore.

Comme les partenaires font la personnalisation des pilotes de périphériques hérités, dans les services et les paramètres du microprogramme, les clients sont susceptibles de voir des régressions dans le service fourni pour Windows 7.

Comme c’est pratique ?

Ouais. Vous auriez à compulser les manuels de référence d’Intel et d’AMD pour comparer les générations et voir si quelque chose a vraiment fondamentalement changé de beaucoup, disons que, de " Skylake " à " Kaby Lake " - sans doute, les gens le feront. Je devrais probablement le faire aussi.

Habituellement, ce qui se passe est que vous inversez un bit dans un registre de commande pour activer un nouveau mode dans une fonction, par exemple, une nouvelle façon de délivrer une interruption à un pilote.

Dans cet exemple, Microsoft tente de faire valoir que, sur les dernières puces, Windows 7 ne peut pas gérer ce nouveau mode d’interruption et le processeur ne supporte pas le vieux mode, donc, il va falloir qu’il soit émulé par le " firmware " ou un autre code de bas niveau, ce qui est une corvée. C’est une excuse plausible et aussi extrêmement pratique pour Microsoft dans ce cas.

Fondamentalement, pour l’instant, n’achetez pas une septième génération de cœur Intel, ni un processeur AMD " Zen " si vous voulez continuer à faire fonctionner Windows 7 ou 8.1. une Honte. ®

Source : Channelregister.co.uk

Traduction : folamour

Corrections : chalouette

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Comment installer Windows 7, 8.x,10, sur les PC de dernière génération, sans lecteur DVD, et avec port USB 3.0

AgoraVox