Le sphinx Robespierre

, par  DMigneau , popularité : 0%

Le sphinx Robespierre

Il y a deux-cent-vingt-huit ans, mourrait guillotiné à l’âge de 36 ans, l’une des personnalités fondamentales de notre Histoire, l’homme qui inventa la « République française » ; il est voué aux gémonies par les uns tandis que les autres le portent aux nues, c’est Maximilien Marie Isidore de Robespierre...

... je lui ai déjà consacré plusieurs billets mais j’éprouve en ce jour anniversaire, le besoin de m’exprimer davantage à son sujet dans la mesure où la république bourgeoise - dont il est l’un des créateurs - est en train de " s’effriter " sinon de disparaître.

Trois-quart de siècle de lecture et d’analyses historiques, de Michelet à Henri Guillemin et de Pierre Kropotkine à Loris Chavanette, m’ont fait peu à peu prendre conscience de l’importance essentielle de cet " homo politicus ", qui a su admirablement capter " l’air de son temps " et qui a pu résoudre ses contradictions en inventant une charte des « droits de l’Homme et du citoyen » ainsi qu’un dispositif démocratique sous contrôle de la bourgeoisie " éclairée ", pour une gouvernance du " bien public " ...

Sans entrer dans la complexité de l’élaboration républicaine qui a fait l’objet depuis lors de milliers de gloses et d’ouvrages plus savants les uns que les autres, je me contenterai de rappeler quelques points fondamentaux :

- il est l’homme de la rupture avec la monarchie, donc avec une autocratie de droit divin,

- il a établi un nouveau concept de « souveraineté », celle du peuple,

- il a donné le meilleur de lui-même en contribuant à l’écriture de la « Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen »,

- il a formulé les termes d’une maxime pour le régime qui allait remplacer la monarchie,

- il s’est prononcé avec force contre toute conquête et toute colonisation,

- il a fait de l’honnêteté et de la probité, les vertus incontournables de " l’action politique ".

Mais il a estimé en bon disciple de Jean-Jacques Rousseau, que tout un chacun était redevable de " la nature " et devait s’incliner devant " l’être suprême " qui l’avait ordonnancée. Et il n’a pas pris conscience que la souveraineté du peuple exigerait la construction d’une république sociale.

Pourquoi ce tombereau de calomnies et de haines contre ce personnage - à qui l’on attribue la sanglante ardoise de la " Terreur " alors qu’il était contre la peine de mort ! - en l’accusant d’avoir eu recours à la dictature alors qu’on a glorifié Napoléon ?

Victime d’une coalition hétéroclite d’ambitieux, de corrompus, de lâches, de réactionnaires et de crétins... Robespierre fut éliminé par la bourgeoisie parce qu’elle avait achevé son processus de prise du pouvoir et qu’elle aspirait désormais à jouir des privilèges qu’elle avait acquis !

Ainsi se terminait, inachevé, un cycle révolutionnaire.

A nous " de jouer ".

Vingtras

Blogs.mediapart.fr

Ps : mon oncle maternel Guerrier était légalement prénommé " Maximilien Robespierre "