Le droit international est un concept vide de sens lorsqu’il ne s’applique qu’aux ennemis des États-Unis.

, par  DMigneau , popularité : 0%

Le droit international est un concept vide de sens lorsqu’il ne s’applique qu’aux ennemis des États-Unis.

Le « lanceur d’alerte » australien David McBride vient de faire la déclaration suivante sur " Twitter " :

« On m’a demandé si je pensais que l’invasion de l’Ukraine était illégale.

Ma réponse est la suivante : si nous ne demandons pas des comptes à nos propres dirigeants, nous ne pouvons pas demander des comptes aux autres dirigeants.

Si la loi n’est pas appliquée de manière cohérente, ce n’est pas la loi.

C’est simplement une excuse que nous utilisons pour cibler nos ennemis.

Nous paierons un lourd tribut à notre arrogance de 2003 à l’avenir.

Nous n’avons pas seulement " omis " de punir Bush et Blair : nous les avons récompensés.

Nous les avons réélus.

Nous les avons adoubés.

Si vous voulez voir Poutine sous son vrai jour, imaginez-le atterrir en avion à réaction et ensuite déclarer " Mission accomplie " ».

Pour autant que je puisse dire, ce point est logiquement inattaquable.

Le « droit international » est un concept vide de sens lorsqu’il ne s’applique qu’aux personnes que l’alliance de puissance américaine n’aime pas.

Ce point est renforcé par la vie de McBride lui-même, dont le propre gouvernement a réagi à sa publication d’informations occultées sur les crimes de guerre commis par les forces australiennes en Afghanistan en l’inculpant comme « criminel ».

Ni George W Bush ni Tony Blair ne sont dans les cellules de la prison de La Haye où - selon le « droit international » - ils devraient se trouver.

Bush peint toujours depuis le confort de sa maison, émettant des proclamations comparant Poutine à Hitler et présentant des arguments en faveur d’un plus grand " interventionnisme " en Ukraine.

Blair, quant à lui, continue de faire son " bellicisme " en déclarant que l’OTAN ne devrait pas exclure d’attaquer directement les forces russes, ce qui équivaut à un appel à une guerre mondiale thermonucléaire.

Ils sont libres comme l’air et chantent leurs vieilles chansons démoniaques sur tous les toits.

https://twitter.com/SkyNews/status/1503789970041024521?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1503789970041024521%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.legrandsoir.info%2Fle-droit-international-est-un-concept-vide-de-sens-lorsqu-il-ne-s-applique-qu-aux-ennemis-des-etats-unis.html

Tony Blair appelle l’OTAN à ne pas exclure une intervention militaire contre la Russie en Ukraine

Lorsque vous soulignez cette faille évidente dans les discussions sur la légalité de l’invasion de Vladimir Poutine, vous serez souvent accusé de " whataboutism " [1], qui est un bruit que les " loyalistes " de « l’Empire » aiment faire lorsque vous venez de mettre en évidence des preuves accablantes que les comportements de leur gouvernement invalident entièrement leur position sur une question.

Ce n’est pas un " whataboutism " ; c’est une accusation directe qui est complètement dévastatrice pour l’argument présenté, parce qu’il n’y a vraiment pas de contre-argument.

L’invasion de l’Irak a contourné les lois et protocoles d’action militaire énoncés dans la « Charte » fondatrice des Nations unies.

L’occupation militaire américaine actuelle de la Syrie viole le « droit international ». Le « droit international » n’existe que dans la mesure où les nations du monde veulent - et peuvent - l’appliquer et en raison de la puissance militaire de l’empire américain - et plus important encore en raison de son pouvoir de contrôle narratif - cela signifie que le « droit international » n’est jamais appliqué qu’avec l’approbation de cet empire.

C’est la raison pour laquelle les personnes inculpées et détenues par la « Cour pénale internationale » (CPI) sont toujours issues de nations plus faibles - en grande majorité africaines - alors que les États-Unis peuvent s’en tirer en sanctionnant le personnel de la CPI dès qu’il est envisagé d’enquêter sur les crimes de guerre américains, sans en subir la moindre conséquence.

C’est également la raison pour laquelle Noam Chomsky a déclaré que si les lois de Nuremberg étaient toujours appliquées avec équité et cohérence, tous les présidents américains de l’après-guerre auraient été pendus.

C’est également la raison pour laquelle l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a déclaré un jour que la " machine de guerre " américaine " évolue dans un environnement international anarchique où des règles différentes s’appliquent ", ce qui " exige des actions que nous trouverions non professionnelles dans un environnement commercial normal aux États-Unis ".

Bolton en sait quelque chose.

Dans son effort sanguinaire pour obtenir le consentement à l’invasion de l’Irak, il a été " le fer de lance " de la destitution du directeur général de « l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques » (OIAC), une institution cruciale pour l’application du « droit international », en utilisant des mesures qui comprenaient la menace des enfants du directeur général.

L’OIAC est désormais soumise aux diktats du gouvernement américain, comme en témoigne la dissimulation par l’organisation d’un incident sous faux drapeau en Syrie en 2018, qui a entraîné des frappes aériennes par les États-Unis, le « Royaume-Uni » et la France, pendant que Bolton était " conseiller principal " de Trump.

https://youtu.be/MbVtROU9J_E

Les États-Unis s’efforcent continuellement de subvertir les institutions internationales chargées de l’application des lois afin de promouvoir leurs propres intérêts.

Lorsque les États-Unis ont cherché à obtenir l’autorisation de l’ONU pour la " guerre du Golfe " en 1991, le Yémen a osé voter " contre ", après quoi un membre de la délégation américaine a déclaré à l’ambassadeur du Yémen : " C’est le vote le plus cher que vous ayez jamais émis. "

Le Yémen a perdu non seulement 70 millions de dollars d’aide étrangère américaine, mais aussi un précieux contrat de travail avec l’Arabie saoudite, et un million d’immigrants " yéménites " ont été renvoyés chez eux par les alliés américains des États du Golfe.

La simple observation de ceux qui sont soumis à l’application du « droit international » et de ceux qui ne le sont pas montre clairement que le concept même de « droit international » n’est plus qu’une construction narrative utilisée pour matraquer et saper les gouvernements qui désobéissent à l’empire centralisé des États-Unis.

C’est pourquoi, à l’approche de la confrontation avec la Russie, nous avons constaté que les gestionnaires de « l’Empire » poussaient à remplacer le terme " droit international " par " ordre international fondé sur des règles ", qui peut signifier n’importe quoi et dépend entièrement de l’interprétation de la structure de pouvoir dominante dans le monde.

Il est tout à fait possible que nous voyions un jour Poutine évincé et traduit devant un tribunal pour " crimes de guerre ", mais cela ne rendra pas l’affaire valide.

Vous pouvez soutenir en toute logique que l’invasion de l’Ukraine par Poutine est une erreur et qu’elle aura des conséquences désastreuses bien au-delà du " bain de sang " qu’elle a déjà infligé, mais ce que vous ne pouvez pas faire en toute logique, c’est affirmer qu’elle est « illégale ».

Parce qu’il n’existe aucun cadre authentiquement contraignant pour l’application d’un tel concept.

Comme l’a dit le professeur de droit américain Dale Carpenter :

" Si les citoyens ne peuvent pas croire que les lois seront appliquées de manière équitable et honnête, on ne peut pas dire qu’ils vivent dans un État de droit.

Au contraire, ils vivent sous le règne d’hommes corrompus par la loi ".

Ceci est d’autant plus vrai pour les lois qui existeraient entre les nations.

Vous ne pouvez pas vider le « droit international » de son sens et prétendre ensuite qu’une invasion est " illégale ".

Ce n’est pas une chose légitime à faire.

Tant que nous vivrons dans un environnement de " Far West " créé par un empire meurtrier à l’échelle planétaire qui en tire profit, les affirmations sur la légalité des invasions étrangères ne sont que " des paroles en l’air ".

Caitlin JOHNSTONE

Traduction " pourquoi les règles les plus évidentes sont parfois les plus difficiles à faire respecter ? " par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

Source : https://caitlinjohnstone.substack.com/p/international-law-is-a-meaningless

Le Grand Soir.fr

Note :

[1] NdT : Le " whataboutism ", également trouvé sous la forme " whataboutery " et parfois francisé en " whataboutisme ", est un sophisme visant à dévier une critique par des références à d’autres griefs réels ou présumés.

" L’Oxford English Dictionary " définit ce terme comme une " technique ou pratique consistant à répondre à une accusation ou question difficile en faisant une contre-accusation ou en évoquant un problème différent "

(" Wikipedia ")