La grande arnaque

, par  DMigneau , popularité : 0%

La grande arnaque

Pour l’intérêt de la raison, il faut garder à l’esprit que tous les documents attestant d’une ou plusieurs injection (s) délivrés par les autorités sanitaires en tant que " sauf-conduit " sont des faux grossiers et ne peuvent en aucun cas être considérés comme une quelques preuves d’une immunisation contre le " SARS-COV-2 ".

De ce fait, l’adaptation du droit visant à " criminaliser " ce qui est considéré comme un faux " passe sanitaire " est non seulement une aberration totale mais une absurdité, puisque dans ce cas de figure précis, c’est « l’Etat » qui devient de jure et de facto le premier faussaire avec une position de monopole.

En 2021, les États ne sont plus que des appareils d’exécution et n’ont plus aucune forme de souveraineté. Ce sont au mieux des outils de contrôle sociétal disposant d’un outil militaire à la guise d’instances " supra-nationales " et même non-étatiques.

Le prétexte " COVID " a mis à nu l’obsolescence de « l’État-nation » et a confirmé la montée en puissance d’autres pôles de puissances disposant d’un contrôle sur les ressources monétaires, financières et les commodités de base au niveau mondial.

Une violation de la loi pour un faux " passe sanitaire " n’est pas applicable pour un individu. C’est le fait de « l’État » et à ce titre, c’est à lui d’assumer la responsabilité - ou plutôt l’irresponsabilité - de son acte.

Poursuivre des individus pour un supposé faux " passe sanitaire " qui n’existe pas est d’une absurdité digne d’Ubu.

C’est même un contre-sens, mais dans le monde dans lequel nous vivons, l’absurde est érigé au rang d’un culte au service de la nouvelle relique " pro-vaccinal ".

Rappel sanitaire : les injections bio-chimiques " anti-COVID " ne sont pas, au sens strict, de vrais vaccins.

Des fonds souverains investissent dans ces " vaccins " pour des raisons économiques comme d’autres pays attirent des étudiants et leur donnent de vrais " faux diplômes " pour gonfler leur PIB ou affûter leur “ Soft Power ”.

Cependant, des grosses multinationales comme " Pfizer " ont des enjeux infiniment plus grands. Ils préconisent déjà un " abonnement vaccinal " trimestriel - et bientôt " bimensuel " - sous peine d’annulation du " sauf-conduit piège à gogos ".

La fin justifie toujours les moyens.

Affirmer quelques constats est passible d’une accusation de " complotisme ". Un terme " fourre-tout " que n’importe qui peut brandir de nos jours. Personne n’y échappe sauf si on est Bill Gates, Klaus Schwab, George Soros ou d’autres " magnifiques philanthropes " qui ne pensent qu’au bien-être et le bonheur de " l’espèce humaine ".

Heureusement que nous profitons tous des lumières de leurs " esprits supérieurs " et " misanthropes " sinon, on finira par se dévorer les uns les autres comme dans un mauvais film de série " Z ".

Force de loi ne laisse que très peu de marge de manœuvre à un individu dressé dès son enfance à obéir aux lois et aux institutions comme le pauvre chien de Pavlov.

Et puis il y a d’autres individus qui, sans jamais avoir versé dans la criminalité ou la rébellion, sentent depuis leur enfance qu’ils n’ont jamais vraiment intégré le " moule " ; qu’ils ne sont pas fait pour “ ça ”.

Certains font semblant de se conformer au normatif imposé.

D’autres imitent Diogène le cynique avec des fortunes diverses et non sans casse. C’est " au cas pas cas " et selon le contexte et les circonstances. Peu sortent indemnes du " rouleau compresseur " du conformisme barbare et rigide qui caractérise certaines sociétés artificielles en Europe et ailleurs.

C’est la faille que les nouveaux profiteurs de la crise " COVID " veulent éliminer par la mise en place d’une double contrainte et une coercition juridique, sociétale et " environnementale ".

Dans ce cas là, il ne s’agit plus d’être " pour " ou " contre ", car c’est un débat réducteur et faussé mais de connaître l’ampleur de " l’ingénierie sociale " du chaos et son dessein.

C’est un " cas d’école " inédit que les Saint-simoniens auraient approuvé et applaudi des deux mains et des deux pieds, cousins rapprochés des chimpanzés qu’ils furent, au nom du “ progrès ” de la “ race humaine ” réduite à un seul type à l’époque même si les individus blonds aux yeux clairs appartenant à d’autres sphères civilisationnelles se faisaient trucider comme barbares ou nouveaux Huns.

Nous vivons une immense arnaque doublée d’une escroquerie inqualifiable.

Le réveil sera très dur pour la plupart d’entre-nous.

Le faux n’est pas celui que l’on croit.

La vérité est ailleurs.

Strategika 51

Source : https://strategika51.org/2021/12/15/la-grande-arnaque/

Le Grand Soir.fr