États-Unis : des manifestants " pro-Trump " ont envahi le Capitole

, par  DMigneau , popularité : 0%

États-Unis : des manifestants " pro-Trump " ont envahi le Capitole

Samuel Corum / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Des partisans de Donald Trump venus de tout le pays se sont retrouvés à Washington D.C. ce mercredi 6 janvier pour une démonstration de force, avant de pénétrer dans l’enceinte du Congrès. En fin d’après-midi, le président sortant a appelé au calme et demandé à ses partisans de rentrer chez eux.

Quelques heures plus tôt, Donald Trump avait assuré lors d’un meeting qu’il ne reconnaîtrait jamais sa défaite. Ce mercredi 6 janvier, la séance de certification de la victoire de Joe Biden a été interrompue au Congrès. En dépit de l’intervention des « forces de l’ordre », des supporters du président sortant ont réussi à entrer dans l’enceinte du Capitole.

Peu après que le vice-président Mike Pence a annoncé qu’il n’aurait pas le pouvoir de s’opposer à la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle du 3 novembre, des militants ont fait irruption lors des débats à la « Chambre des représentants ».

Le Congrès des États-Unis a suspendu la session en urgence, les élus ont été évacués hors du Capitole. " Nous reprenons la Chambre ", " C’est notre parlement ", s’est exclamé un manifestant anonyme auprès de l’AFP. Des coups de feu ont été entendus. Selon " CNN ", une femme est dans un état critique après avoir reçu une balle dans la poitrine à l’intérieur du bâtiment et plusieurs officiers de police auraient été blessés à l’intérieur du Capitole.

TRUMP : " PAS DE VIOLENCE ! "

Un couvre-feu a été déclaré à partir de 18h00 dans la ville par Muriel Bowser, la maire de Washington D.C., soit 3h00 du matin en France. Il doit durer jusqu’au lendemain 6h00 (11 heures en France). La « Maison Blanche » a annoncé que des militaires de la « Garde nationale » vont être envoyés sur place pour tenter de rétablir l’ordre.

Donald Trump a d’abord appelé au calme sur " Twitter ", sans toutefois demander à ses partisans de quitter le Capitole : " Pas de violence ! Rappelez-vous, NOUS sommes le Parti de la loi et de l’ordre - respectez la loi et nos grands hommes et femmes en Bleu. Je vous remercie ! "

Le président élu, Joe Biden, s’est exprimé dans une allocution télévisée, dénonçant une " agression sans précédent " contre la démocratie, et appelant son prédécesseur à s’exprimer à la télévision pour défendre la constitution et " demander la fin de ce siège ".

" Cela doit s’arrêter. Maintenant. Je demande à cette foule de reculer et de permettre à la démocratie de poursuivre son travail ", a demandé le " Démocrate ".

Dans une courte vidéo " Twitter " délivrée quelques secondes après celle de Joe Biden, Donald Trump a finalement demandé à ses partisans de rentrer chez eux. " Cette élection nous a été volée mais nous devons respecter la loi, l’ordre et les forces de l’ordre. Je sais ce que vous ressentez mais je vous demande de rentrer chez vous pacifiquement ", a déclaré le président sortant.

Plusieurs élus ont dénoncé une tentative de coup d’État des partisans de Donald Trump." Nous assistons à une tentative de coup d’État encouragée par le criminel de la Maison Blanche. C’est voué à l’échec " a notamment " tweeté " le représentant " Démocrate " William Pascrell, en référence au président sortant.

Dans un geste inédit pour un président encore en exercice, Donald Trump avait réuni ses partisans pour un meeting dans l’après-midi, niant toujours sa défaite.

" Nous n’abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais ", avait-il assuré devant ses partisans quelques instants plus tôt, à deux semaines de la prise de fonction du président élu Joe Biden.

" Nous avons remporté cette élection et nous l’avons remportée largement ", avait-il poursuivi, en dépit du manque de preuves attestant d’éventuelles fraudes électorales et les rejets répétés de ses recours devant la justice.

Magazine " Marianne "