Devenir des espèces marines sous l’effet du réchauffement climatique

, par  DMigneau , popularité : 0%

Devenir des espèces marines sous l’effet du réchauffement climatique

Les effets du réchauffement climatique ne sont pas perçus encore comme la cause de la disparition d’espèces à la surface de la terre, c’est l’action humaine directe qui est à l’origine de ces disparitions.

On peut se demander toutefois ce qu’il pourrait advenir si la température continuait de croître, du fait des émissions de " Gaz à effet de serre ", dans les milieux océaniques où la température régule notamment la teneur en oxygène de l’eau.

Des chercheurs * ont analysé cette situation et modélisé ce qui pourrait advenir des espèces vivant dans les océans dans le cas où la température des eaux s’y élèverait au-delà des limites actuelles.

La teneur en oxygène de l’eau décroit avec l’augmentation des températures ; il existe d’ailleurs des tables qui donnent cette teneur maximale en fonction de sa température.

Chaque espèce vivant dans l’eau a des besoins en oxygène particuliers ; ainsi la truite affectionne les eaux fortement oxygénées de montagne où l’eau est froide et agitée par un courant sinueux coupé de cascades. Elle ne survit pas dans l’eau stagnante peu aérée.

La teneur en oxygène des eaux océaniques détermine ainsi la répartition des espèces marines, si d’autres facteurs jouent évidemment comme le " pH " ou la disponibilité alimentaire, ils ne sont pas décisifs. C’est pourquoi on peut établir des modèles d’évolution des populations marines en tenant compte seulement de la variation des températures de l’eau qui découle de la température aérienne.

Un modèle a été établi, calibré sur les conditions thermiques qui ont sévi au cours de l’extinction de masse de la fin du " Permien ". Il retrace les tendances multi centenaires du réchauffement global et l’évolution future de celui-ci en fonction d’émissions anthropogéniques hautes ou basses de " Gaz à effets de serre " sur les 300 prochaines années.

La diversité marine globale est représentée par une série simulée (types " éco physiologiques ") de 104 espèces marines définies par leur tolérance thermique et leur résistance à l’hypoxie.

L’habitabilité d’une zone océanique exige que les conditions s’y maintiennent à l’intérieur des tolérances physiologiques des espèces qui y vivent. Ainsi l’augmentation de la température de l’eau va provoquer une diminution de sa teneur en oxygène qui, en-deçà d’un certain seuil, provoque l’éradication de l’espèce.

On peut distinguer, selon l’intensité du réchauffement climatique, des extinctions locales ou comme à la fin du " Permien " des extinctions globales. Si les émissions de " Gaz à effet de serre " entraînent à la fin du siècle un réchauffement climatique de l’ordre de 1,9° C, les pertes resteront dans les limites actuelles.

Si le réchauffement de l’air voisinait 5° C, les pertes seraient très élevées localement ; en effet des habitats océaniques froids des pôles disparaîtraient pour les espèces adaptées au froid ce qui entraînerait leur disparition définitive n’ayant pas de possibilité d’immigrer vers des zones océaniques nouvelles correspondantes à leurs besoins.

En revanche, les espèces " équatoriales " auraient la possibilité d’immigrer vers les tropiques, elles pourraient ainsi se maintenir. En extrapolant une augmentation continue des températures jusqu’ en 2300, où elles pourraient dépasser 10°C, la disparition des espèces marines serait comparable à celle de la fin du " Permien " car il n’y aurait plus de zone océanique accueillante.

Les mers seraient peu à peu vidées de toute espèce de poisson.

Nous commençons à voir les effets du réchauffement climatique sur le monde marin avec l’apparition dans nos mers de climat " tempéré " d’espèces qui y étaient rares comme les méduses. Ces mouvements correspondent déjà aux premiers stades de ce que deviendront nos mers si la température de la surface de la terre continue de croître.

BlogHardi

AgoraVox.fr

* Justus L. Penn et Curtis Deutsch. Science 29 avril 2022, N°6592, pp.524-526.