Corruption au Togo : " Sherpa " et " Anticor " se constituent " parties civiles " dans le cadre du procès Bolloré

, par  DMigneau , popularité : 0%

Corruption au Togo : " Sherpa " et " Anticor " se constituent " parties civiles " dans le cadre du procès Bolloré

Les associations " Sherpa " et " Anticor " annoncent se constituer " parties civiles " dans " l’affaire Bolloré " portant sur des faits présumés de corruption au Togo.

L’audience, prévue ce matin devant la " Chambre de l’instruction ", est renvoyée au 10 novembre prochain.

En 2013, une " information judiciaire " est ouverte contre des sociétés du groupe français, soupçonné d’avoir financé la réélection du président du Togo, Faure Gnassingbé, dont la famille monopolise le pouvoir depuis plus de cinquante ans, par l’intermédiaire d’une filiale du groupe, qui aurait sous-facturé ses services.

En échange, le dirigeant africain aurait permis à Vincent Bolloré de récupérer la concession du port de Lomé, le seul port en " eau profonde " de la côte ouest africaine.

Jugés le 26 février 2021 devant le " Tribunal judiciaire " de Paris, les trois hommes reconnaissent les faits qui leur ont été reprochés. Ils plaident coupables pour les faits de " corruption active d’agent public étranger " et " complicité d’abus de confiance " au Togo, et acceptent le paiement d’une amende de 375 000 euros chacun.

Toutefois, cette procédure, négociée en amont avec le « Parquet national financier », et qui devait éviter la tenue d’un procès, est rejetée par le " Tribunal judiciaire " de Paris, qui estime que les faits sont trop graves.

Pour ces mêmes faits la société " Bolloré SE " - a quant à elle - pu bénéficier d’une procédure de justice négociée par la conclusion d’une " Convention Judiciaire d’Intérêt Public " (CJIP) aux termes de laquelle elle devra s’acquitter d’une amende de 12 millions d’euros mais échappe aux autres sanctions pénales dont une très importante : l’interdiction de concourir à un marché public.

" Sherpa " et " Anticor " se sont " constituées " dans le cadre de cette information judiciaire notamment pour rappeler l’importance de la tenue de débats publics concernant les faits de corruption et alerter sur les dangers et dérives de toutes les formes de " justice " négociée qui se sont développées récemment.

Il est en effet essentiel que les grandes affaires de corruption internationale soient jugées par un tribunal dans des conditions permettant l’accès du plus grand nombre à l’information et donc à l’exposition de ces pratiques qui restent le principal obstacle au développement économique et social dans le monde.

Les associations souhaitent également alerter les citoyen·ne·s français·e·s sur le risque que ces pratiques, bien rodées à l’étranger, soient également déployées en France.

En effet, le financement déguisé de campagnes électorales par l’intermédiaire de médias ou de " conseils en communication " est susceptible de fausser le " jeu démocratique " en déployant des moyens considérables afin d’influencer l’opinion publique en faveur d’un ou d’une candidate.

Contacts Presse,

" Anticor " – Service communication
communication@anticor.org

Anticor.org