Affaire Eric Coquerel : Sandrine Rousseau insiste sur une mise en retrait, LFI refuse

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Affaire Eric Coquerel " : Sandrine Rousseau insiste sur une mise en retrait, LFI refuse

Sandrine Rousseau, députée EELV-Nupes de Paris. PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Invitée de la matinale de " BFMTV-RMC " ce mardi 19 juillet, la députée " écologiste " de Paris a réitéré son souhait de voir Éric Coquerel écarté de la présidence de la « Commission des finances » de « l’Assemblée nationale ». Une hypothèse enterrée la veille par les " Insoumis ", malgré l’enquête ouverte pour " harcèlement " et " agression sexuels ".

" L’affaire Éric Coquerel " aura-t-elle raison de " l’unité " de la " Nupes " ?

En tout cas, l’enquête visant le député (LFI) de Seine-Saint-Denis pour " harcèlement " et " agression sexuels " ne cesse de faire réagir dans les rangs de l’alliance " de gauche ".

Invitée de la matinale de " BFMTV-RMC " ce mardi 19 juillet, la députée " écologiste " de Paris Sandrine Rousseau a de nouveau proposé d’écarter " l’Insoumis " de la présidence de la « Commission des finances » de « l’Assemblée nationale ».

Éric Coquerel " pourrait se mettre en retrait ", a estimé Sandrine Rousseau, ajoutant que " ce serait un geste très fort à destination des femmes et franchement on en manque ".

Un retrait symbolique qui aurait peu de conséquences, souligne la députée, étant donné le peu d’actualité de la « Commission des Finances » pendant la période estivale.

L’élue " écologiste " avait déjà formulé ce souhait vendredi dernier, mais " la France Insoumise " en a décidé autrement en début de semaine.

https://twitter.com/RMCInfo/status/1549287227280211969?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1549287227280211969%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.marianne.net%2Fpolitique%2Fgauche%2Faffaire-eric-coquerel-sandrine-rousseau-insiste-sur-une-mise-en-retrait-lfi-refuse

La présidente des députés " LFI " Mathilde Panot a assuré ce lundi sur " France info " qu’il n’y aurait " pas de mise en retrait d’Éric Coquerel " de la présidence de la « Commission des finances », expliquant " qu’il n’y a aucun élément nouveau " depuis l’ouverture de l’enquête.

Une enquête a été ouverte le 12 juillet pour " harcèlement " et " agression sexuelles " pour examiner la plainte déposée par la militante " de gauche " Sophie Tissier contre Éric Coquerel.

" Pas suffisant " pour se retirer

" De ce que j’ai entendu de ce qui a été dit par Mme Tissier, je n’entends pas ce qui est suffisant pour demander une démission d’Éric Coquerel ", a-t-elle poursuivi.

« Ce qu’on reproche à Éric Coquerel, c’est d’avoir en 2014, dans une soirée, dansé un rock [avec la plaignante] et qu’il lui aurait " touché la taille ", " effleuré les fesses " et proposé de la ramener en taxi. Et lorsqu’elle a dit “ non ”, il ne s’est rien passé », a insisté la députée.

Sophie Tissier, ancienne figure des " Gilets jaunes " âgée de 43 ans, dénonce dans sa plainte, déposée début juillet, des faits " pouvant s’apparenter à une agression sexuelle " datant du 23 août 2014 à Grenoble, qui aurait été commise par Éric Coquerel, ce que celui-ci conteste.

Elle avait dénoncé, sur " BFMTV ", « des gestes déplacés, des mains " baladeuses " » lors d’une soirée organisée par le parti en 2014, évoquant " un regard salace, gluant ", " une drague lourdingue " et un comportement " outrancier, offensant, harcelant " de la part du député.

La Rédaction

Marianne.fr