Actualité en Turquie : arrestation en masse, limogeages…

, par  DMigneau , popularité : 64%

Actualité en Turquie : arrestation en masse, limogeages…

En Turquie, la chasse aux sorcières se poursuit. Les arrestations et le limogeage en masse, la fermeture des associations et la confiscation des mairies kurdes ont pris une ampleur sans précédent. L’année 2017 s’annonce comme une année de tous les dangers.

En Turquie, la chasse aux sorcières se poursuit. Les arrestations et le limogeage en masse, la fermeture des associations et la confiscation des mairies kurdes ont pris une ampleur sans précédent. La situation des droits de l’homme s’est dégradée nettement. La torture est redevenue systématique. La crise économique s’approfondit. Un mode de vie unique est imposé. La stratégie politique sur une polarisation et des tensions sociopolitiques menace de plus en plus la vie quotidienne et risque de provoquer de nouveaux conflits.

En bref, le régime Erdogan vise toute forme d’opposition pour faire perdurer son pouvoir. L’année 2017 s’annonce comme une année de tous les dangers : la poursuite de la répression, assassinats politiques, crise économique, nouveau coup d’Etat…

* Au moins 43 personnes ont été arrêtées dans plusieurs villes pour leurs partages sur les réseaux sociaux, au cours de la semaine. Parmi ces personnes figurent plusieurs responsables locaux des partis kurdes.

* En six mois, plus de 100 000 personnes ont été arrêtées en Turquie dont parmi elles 12 députés HDP, 70 co-maires kurdes et 113 journalistes.

* Vendredi 6 janvier, deux autres mairies kurdes - celles de Çatak et Tekman - ont été confisquées par le régime. Au moins 53 mairies kurdes ont subi le même sort.

* La Turquie reste la plus grande prison au moins pour les élus, journalistes et étudiants. Actuellement, 146 journalistes se trouvent les prisons turques, selon la plateforme de soutien au journalistes emprisonnés.

* De son côté, le syndicat des enseignants " Egitim Sen " affirme que plus de 500 étudiants sont derrière les barreaux.

* Vendredi 6 janvier, le régime a fermé plus de 80 associations supplémentaires dans le cadre des enquêtes ouvertes après le putsch manqué en juillet 2016. Parmi les associations fermées se trouvent une académie de langue kurde, l’institut kurde d’Istanbul, l’association des arabes démocrates, l’association kurde pour la justice aux victimes de Roboski, l’association culturelle de Dersim.

Ces six derniers mois, plus de 500 associations ont été fermées par ce régime fasciste.

* Le régime Erdogan a également limogé le 6 janvier par des décrets 631 universitaires et 8 membres du Conseil d’Etat, sans compter le limogeage des milliers d’autres fonctionnaires et universitaires.

* Par ailleurs, selon l’Assemblée pour la Sécurité et la Santé des Travailleurs (ISIG), au moins 1 970 travailleurs ont perdu la vie en 2016 en Turquie. Ce nombre dépasse les 18 000 depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP en 2002.

A cet égard aussi, la Turquie est devenue l’un des pays les plus dangereux pour les travailleurs.

Maxime AZADI

MediaPart