Visite d’Hashima, l’île japonaise abandonnée, symbole d’un effondrement économique

, par  DMigneau , popularité : 65%

Visite d’Hashima, l’île japonaise abandonnée, symbole d’un effondrement économique

Bien que principalement vu comme un archipel alliant modernité et tradition, le Japon regorge de lieux insolites qui tranchent avec cette dualité. L’île d’Hashima, autrefois connue sous le nom de Gunkanjima ou Gunkanshima, fait partie de cet univers parallèle. Depuis quelques années, de plus en plus d’yeux se tournent vers elle, incitant les touristes friands d’urbex à combler le vide de cette ville déserte.

Dans la préfecture de Nagazaki, au sud du Japon, se trouve une petite île de 0,063 km2 bordée de murs qui a dernièrement fait beaucoup de bruit. Étrange pour une ville inhabitée depuis 1974. C’est justement ces paysages post-apocalyptiques qui ont attirés les regards du monde entier : cette île est uniquement habitée par des vieux bâtiments industriels délabrés depuis près de quarante ans.

ajari / Flickr

Ce sont tout d’abord des artistes qui ont mis en valeur ses décors désertiques. Elle a notamment vu passer Christopher Nolan qui s’en est inspiré pour " Inception ". De même Sam Mendes qui y a tourné quelques scènes pour " Skyfall ". Jean René, connu sous le nom de JR, y a secrètement été pour réaliser ses collages.

Prenant conscience du potentiel de cette île, la municipalité de Nagazaki a consacré près de 100 millions de yen (soit environ 900 000 euros) à l’aménagement d’un circuit pour touristes. Il n’est cependant pas question de sortir de ces sentiers battus ou de fausser compagnie au guide attribué de force car l’endroit est toujours jugé comme dangereux par les autorités. Et vu la vétusté des bâtiments, la situation ne peut aller qu’en s’empirant. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas.

Capture du film « Inception »

L’île possède en effet une signification bien particulière dans la culture nippone. Elle symbolise la mort d’une féodalité qui a laissé place à une croissance économique explosive. Avant le début du XIXème siècle, l’île était presque dans le même état qu’aujourd’hui, à savoir inhabitée. Cependant, un gisement de houille important y a été découvert. La houille était alors une des principales sources d’énergies au pays du Soleil Levant. Soudainement, tout le monde s’y est précipité pour en pomper la précieuse ressource.

Source : wikipedia.org

Le célèbre conglomérat Mitsubishi racheta alors l’île pour l’exploiter et pour y loger ses ouvriers et leurs familles. S’en suivit une croissance économique qui durera plus d’un siècle jusqu’à frapper les limites du modèle : le monde en modèle réduit. Une série de bâtiments, des écoles, commerces, sociétés de services et un hôpital seront construits en plus des mines.

En 1959, l’île d’Hashima possède la plus forte densité au monde avec 84 100 habitants au km2. C’est un constat saisissant quand on connait le nombre d’habitants sur cette île aujourd’hui.

https://youtu.be/5JtrG-YQ2JA

À ce jour, l’île a perdu de sa belle, ainsi que tous ses occupants. Cela s’explique par le fait que le pétrole a rapidement remplacé le charbon au Japon comme ailleurs dans le monde.

De même, les conditions climatiques sur l’île vont accélérer le délabrement des bâtiments. L’île fut interdite d’accès en 1974, soit seulement 15 ans après son apogée.

Sa chute fut rapide, expliquant aujourd’hui l’état des bâtiments. Cependant, ce sont ces mêmes bâtiments, vides de vie mais riche de leur passé, qui attirent les touristes les plus intrépides. En 2015 - et afin de protéger ce qu’il en reste - Hashima fut inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Si l’île est aujourd’hui reconnue aux yeux du monde entier et attire énormément de touristes, sa popularisation a cependant déclenché de nombreuses polémiques de la part du gouvernement coréen. Car même si elle est une fierté pour une bonne partie de la population japonaise, l’île a été le théâtre de crimes de guerre durant la Seconde Guerre Mondiale. La Corée était alors sous l’occupation nippone. Près de 800 hommes y ont été envoyés de force pour y travailler. Ils étaient soumis à des tortures extrêmes et plus de 120 d’entre eux y ont laissé la vie…

Image : Kevin Dooley

L’île d’Hashima, cette « île navire de guerre » est ainsi une terre pleine d’histoire et de contrastes, aussi controversée qu’aimée. Son histoire nous invite, à une petite échelle, à considérer ce qu’il peut advenir d’une civilisation florissante quand les ressources viennent à manquer où qu’un modèle économique touche à sa fin. Pour la visiter et en comprendre toutes ses nuances, des navettes peuvent être prise depuis Nagazaki.

Image : Gakuranman

Sources : haikyo.org / fr.express.live

japanization.org