Une survivante polyfragmentée (TDI) reconnue victime obtient justice, le père plaide coupable !

, par  DMigneau , popularité : 0%

Une survivante polyfragmentée (TDI) reconnue victime obtient justice, le père plaide coupable !

Pas un seul média francophone n’a rapporté cette information ne relevant pourtant pas du fait divers. Concernant le " trouble dissociatif de l’identité " (TDI) entraîné par les violences sexuelles sur de très jeunes enfants : le " black-out " est total dans l’hexagone... à l’image des mémoires amnésiques dissociatives verrouillant cette " boîte de Pandore ".

Nous avons ici, pour la première fois à ma connaissance, une femme totalement dissociée et fractionnée par les violences et tortures de son géniteur, qui réussi à accéder au statut de « victime » entendue, reconnue et trouvant finalement justice devant un tribunal ; lorsque son père finira par plaider coupable !

Ce type de dossier est habituellement très vite refermé car la victime est abusivement considérée comme non crédible en raison de son état psychique. Il est alors habituel d’évoquer la théorie « des faux souvenirs induits » pour décrédibiliser sa parole.

L’affaire de Jennifer Haynes est donc historique en matière de justice « pédocriminelle » et de reconnaissance du TDI.

Sources : https://www.news.com.au / 60 Minutes Australia - 26-27/05/2019

Une femme composée de 2 500 personnalités différentes a traduit son agresseur en justice après avoir pris la parole à l’aide de six de ses personnalités " alter ".

Jennifer Haynes, 49 ans, a développé un trouble de la personnalité multiple aussi nommé " trouble dissociatif de l’identité ", après avoir été victime de violences sexuelles extrêmes par son père Richard Haynes, dès l’âge de quatre ans.

" Mon père a infligé, et choisi d’infliger, de graves sévices sadiques et violents. C’était totalement inévitable, inéluctable, allant jusqu’à mettre ma vie en danger. Et il a choisi de le faire chaque jour de mon enfance. " a déclaré Mme Haynes à " 60 Minutes ".

Les violences extrêmes l’ont grièvement blessée. Elle a dû subir des interventions chirurgicales majeures pour réparer ses intestins, son coccyx et son anus.

Pour faire face à cette horreur, Jeni Haynes a développé de nombreuses personnalités différentes.

https://youtu.be/jg9dTHMO-vI

Documentaire intégral V.O. : 60 Minutes Australia

https://www.youtube.com/watch?v=lsXFcbPbvI4

Pour saisir de quoi il est question ici, il faut bien comprendre que les traumatismes extrêmes créent un fractionnement psychique et spirituel qui ouvre les portes vers d’autres dimensions de l’être.

La victime " fragmentée " a ainsi accès à un monde intérieur (allant bien au-delà de sa tête) très vaste et aussi réel que ne l’est le monde physique pour nous, un monde composé de ses différents " fragments d’âme " (les " alter ")

➤ " Chirurgie Magique et Formation du Monde Intérieur "

http://mk-polis2.eklablog.com/la-chirurgie-magique-et-la-formation-du-monde-interieur-p634275

Le psychiatre George Blair-West explique que le trouble « de la personnalité multiple » peut être un moyen sophistiqué que les enfants victimes de traumatismes importants avant huit ans peuvent développer.

" Ce qui semble plus que tout autre chose pousser l’esprit à réagir de cette manière est de réaliser que vous n’avez aucun moyen de vous en sortir, que personne ne viendra vous chercher, personne n’est là pour vous sauver, vous êtes seul pour faire face. " a-t-il déclaré.

" Il n’y a rien de mal dans l’esprit de Jeni, ou de toute autre personne souffrant d’un trouble dissociatif de l’identité. Leur esprit a simplement réagit d’une manière incroyablement sophistiquée face à un scénario que la plupart d’entre nous ne pourraient même pas comprendre ni commencer à appréhender. "

Jeni Haynes, qui a grandi à Greenacre dans la banlieue ouest de Sydney, s’est battue pendant des années pour traduire son père en justice.

Elle a passé 18 ans à l’université, où elle a obtenu un diplôme en psychologie, une maîtrise en droit et en justice pénale, ainsi qu’un doctorat axé sur « les victimes d’actes criminels ».

Le sergent-détective de Sydney, Paul Stamoulis, a accepté de prendre en charge son dossier il y a neuf ans, mais toute la difficulté était de prouver que cela c’était produit.

Jeni Haynes avait les blessures physiques causées par les viols répétés, il a été décidé qu’elle devait se présenter à la barre. Elle a donc raconté son passé de tortures et d’abus à travers les voix de ses différentes personnalités.

" Elle a une mémoire différente de la votre ou de la mienne " a expliqué le Dr Blair-West, " Ses personnalités alter évoluent dans des réalités spatio-temporelles différentes, surtout les plus jeunes. "

(➤ Extrait du livre MK " Mémoires dissociatives comme congelées dans un autre espace-temps ")

Jeni Haynes est en mesure de faire émerger les personnalités " alter " qui étaient présentes à l’époque où " certaines choses " se sont passées, ces " alter " sont en mesure de décrire ces événements " comme si c’était hier ".

" C’est presque comme être capable de cliquer sur un dossier dans un ordinateur, de l’ouvrir et de lire son contenu, sans qu’il n’y ait aucune détérioration de ce dernier sur une période de 40 ans. " déclare le Dr Blair-West.

Des images diffusées par " 60 Minutes " montrent Jeni Haynes parlant avec la voix de ses différentes personnalités " alter ", incluant une fillette de quatre ans nommée " Symphony ", un garçon de onze ans " Judas ", ainsi qu’un fort et robuste adolescent nommé " Muscles ".

Le Dr Blair-West traite Jeni Haynes depuis plus de vingt ans et a déclaré que si un électro-encéphalogramme était appliqué à Mme Haynes, " vous observeriez différentes ondes cérébrales " lorsqu’elle change de personnalité, aussi bien que de voix.

(➤ Neurologie et personnalité multiple / une étude par neuro-imagerie prouve le TDI)

Dans le but de protéger Jeni Haynes du traumatisme, certains " alter " l’ont même aidé à gérer ses différents sens afin qu’elle ne puisse pas ressentir ; par exemple, une odeur.

" Mon père sent la bakélite brûlée, l’ouvrier en construction le plus mal lavé que vous connaissez, il est vil. " déclare Jeni.

Le 21 février 2019, Mme Haynes a comparu devant le tribunal du district de NSW pour faire face à son père de 74 ans. Les autorités avaient dû l’extrader du Royaume-Uni avant de l’inculper de plusieurs chefs : viol, sodomie et " attentat à la pudeur ".

Après avoir écouté le témoignage des nombreuses personnalités " alter " de Mme Haynes, son père s’est effondré et a plaidé coupable quelques heures après son audition.

Bien que Jeni Haynes pouvait rester anonyme, elle a choisi de ne pas le faire car cela aurait également protégé l’identité de son père.

" Je veux qu’il aille en prison avec tout le monde sachant ce qu’il a fait. " a-t-elle déclaré.

La semaine prochaine, son père sera condamné et elle espère enfin pouvoir laisser le passé derrière elle...

" Je veux voyager, avoir de nouveaux souvenirs. Ils ne pourront pas effacer le passé, mais il est temps de passer à de bonnes choses... " déclare Jeni Haynes.

Nigari

Source : http://mk-polis2.eklablog.com/jeni-haynes-lorsqu-une-femme-fractionnee-attaque-en-justice-son-genite-a165548292
Tags : Enfance Justice Témoignage Pédocriminalité Australie Psychologie

AgoraVox

Navigation