Une erreur d’Onfray

, par  DMigneau , popularité : 64%

Une erreur d’Onfray

Onfray, le " philosophe préféré des français ", semble de plus en plus céder aux sirènes de l’islamophobie. Son esprit critique exacerbé le pousse un peu plus chaque fois dans les retranchements de la critique facile et intolérante des religions de tous bords mais plus encore, en ce moment, de l’islam. Dans un pays en pleine radicalisation, la démarche peut sembler sinon fascisante, du moins totalement irresponsable.

Cependant, on peut mettre en avant une forte contradiction dans sa démarche intellectuelle. En effet, il semble assez " drôle " que ce philosophe qui préfère la réalité vécue de celle décrite dans les livres, se fonde dans sa critique uniquement à ce qu’il lit dans le Coran et non à ce qu’il voit dans la réalité. Qui dit que l’islam est compatible avec la république se voit automatiquement contredire par Michel Onfray qui dénonce bien rapidement son inculture et qui lui donne l’injonction de lire le Coran.

Or, on peut sans mal, du fait du relationnel que l’on peut entretenir avec des musulmans, du fait d’exemples de citoyennetés dont des associations musulmanes font preuve ou encore de nombreux exemples d’efforts d’intégration que l’on peut côtoyer dans la vie de tous les jours (si l’on peut parler d’efforts : certains étant déjà parfaitement intégrés), contrer cette affirmation terriblement expéditive d’Onfay que " l’islam est incompatible avec la République ". Affirmation qui plus est entièrement basée sur la seule lecture d’un livre.

A croire que notre " grand " philosophe estime le Coran plus sacré encore que les musulmans eux-mêmes.

Valentin Heyjoe

MediaPart