Un nouveau mécanisme de commerce qui met à l’écart le Dollar

, par  DMigneau , popularité : 0%

Un nouveau mécanisme de commerce qui met à l’écart le Dollar

« La guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d’arriver au même but : celui de posséder ce que l’on désire »

Benjamin Constans

Le système du troc réapparaît pour une raison entre l’Iran et l’union européenne suite à la peur des pays européens d’être puni comme " un petit élève " par leur maître.

Pour eux, c’est un " Oncle Sam " qui se prétend très fort.

Le traité « 5+1 » signé avec l’Iran sur le nucléaire avait pour objet de soustraire les sanctions économiques imposé à l Iran par la " communauté internationale " (ONU).

Ils se sont entendus mais c’est la défection des Amériques qui ont renoncé après l’avoir avalisé.

Les USA ont averti sévèrement, chantage à l’appui, quiconque commercerait avec l’Iran sera sanctionné sans l’aval de l’ONU.

A cet effet, l’intelligence de « l’Union Européenne » a permis d’imaginer et de créer un système de « quasi troc » pour être à l’abri et éviter les sanctions du maître « oncle SAM » d’une part et de ne pas renoncer au traité avec l’Iran pour montrer qu’ils continuent de soutenir le contrat fait.

Ce système de troc servira à commercer avec l’Iran en dehors de la monnaie dollar qui est bien contrôlée par les institutions financières des USA .

Ce mécanisme nouveau introduit permettra à « l’Union Européenne » de continuer à faire le commerce avec l’Iran à l’abri du gros bâton de " l’oncle SAM " tout en contournant les sanctions du grand maitre manitou.

Ce nouveau système baptisé " Special Purpose Vehicle " (SPV) est un « Fonds Commun de Créances », également connu sous le nom de " special purpose vehicle " ou " special purpose entities " sont des entités légales créées par une autre entité - le " Sponsor " ou l’" Initiateur " - en transférant un ou plusieurs actifs dans le SPV.

Il est conçu par les " doctes financiers européens " qui servirait à cumuler les prêts accordés aux structures économiques iraniennes ainsi que les versements pour livraison de pétrole iranien et bien sur ; d’autres produits fabriqués en Iran.

C’est avec ces fonds que l’Iran ou plutôt les agents économiques iraniens auront la possibilité d’acheter les biens et services en provenance de l’Europe pour le compte évidemment et uniquement de l’Iran.

Le mécanisme SPV sera anonyme à ses partenaires européens, ce qui ne permettra point d’être menacé par " l’oncle SAM ". Les échanges se feront sans avoir recours au dollar et, par conséquent, la trésorerie américaine ne pourra pas détecter les transactions.

L’Iran espérait obtenir le lancement du « SPV » vers la fin de l’année 2018, seulement aucun des pays de l’UE n’a fait le petit effort pour abriter la structure du mécanisme sur son territoire par peur du gros bâton (sanctions) américain, et ce système n’a pas encore été dévoilé à ce jour.

Les pays du BRICS vont pouvoir certainement prendre part aux consultations sur la création du système « SPV ».

Ce nouveau système « SPV » va faire écarter sinon réduire et diminuer le rôle du dollar en tant que devise et monnaie principale internationale d’échange.

Par ailleurs, tout pays qui se sentirait menacé par les sanctions américaines, pourrait éventuellement se servir de ce nouveau système comme, par exemple, la Russie et tout pays exclu du système de virement bancaire SWIFT (1).

Ainsi le dollar s’abrège par sa propre force négative pour s‘affaiblir face aux autre monnaies internationales.

Mohamed Benallal

Le Grand Soir

(1) - SWIFT/ : connue sous l’appelation (la " Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication "), elle signifie « prompt », « rapide » en anglais, est une société coopérative de droit belge, basée à La Hulpe près de Bruxelles, détenue et contrôlée par ses adhérents parmi lesquels se trouvent les plus grosses banques mondiales.

Fondée en 1973, elle a ouvert un réseau opérationnel de même nom en 1977.

Fondée en 1973 afin de remédier aux inconvénients des " flux papier ", la société SWIFT opérait au sein de 239 banques réparties dans 15 pays.

Sous forme de coopérative bancaire, elle fournit maintenant des services de messagerie standardisée de transfert interbancaire et des interfaces à plus de 10 800 institutions dans plus de 205 pays, pour un montant de transactions journalières total se chiffrant en milliers de milliards de dollars US.

En 2014, son réseau d’adhérents compte plus de 2 200 personnes " morales ". Ses principaux clients sont des banques, des sociétés de courtage, des organisations de compensation et des bourses d’échanges partout dans le monde.

SWIFT transmet plus de 25 millions de transactions chaque jour. En 2014, c’est 5,6 milliards de messages qui ont été envoyés via SWIFT.

Le réseau SWIFT est un réseau interbancaire qui offre une palette de services extrêmement diversifiés : transferts de compte à compte, opérations sur devises ou sur titres, recouvrements, etc.

Benallal MOHAMED

Le Grand Soir