Un attentat vise les coptes en Egypte : au moins 25 morts près de la cathédrale Saint-Marc

, par  DMigneau , popularité : 26%

Un attentat vise les coptes en Egypte : au moins 25 morts près de la cathédrale Saint-Marc

Un attentat a été perpétré ce dimanche 11 décembre en plein office dans l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, juste à côté de la cathédrale copte orthodoxe Saint-Marc. Il y aurait plus de 25 morts et au moins 31 blessés.

Ce dimanche, à l’heure de la messe, un attentat a fait plus de 25 morts juste à côté de la grande cathédrale copte du Caire - man El Mofty/AP/SIPA

Un attentat a fait au moins 25 morts et une trentaine de blessés, selon un premier bilan, dans l’église jouxtant la cathédrale Saint-Marc au Caire, le siège de l’Eglise copte orthodoxe.

Selon des sources locales, l’explosion, due à une bombe constituée de TNT, aurait eu lieu en plein office ce 11 décembre, depuis l’intérieur du bâtiment, dans la partie de l’église réservée aux femmes.

Cette attaque n’a pour l’heure pas été revendiquée.

Inauguré en 1968, cet édifice est un lieu très symbolique d’un point de vue politique et religieux. Il est vénéré par les neuf millions de coptes d’Egypte qui représentent 10 % de la population.

Ce n’est pas la première fois qu’un attentat vise cette communauté chrétienne, la plus nombreuse et l’une des plus anciennes du Moyen-Orient. En 2013, quand les Frères musulmans étaient encore au pouvoir, cette même cathédrale avait déjà été prise pour cible, attaquée par des cocktails molotov et à l’arme à feu par des islamistes. Ce sont plus de 100 000 coptes qui auraient émigrés d’Egypte pendant que la Confrérie gouvernait encore.

Révolte contre Moubarak

Comme l’explique " Libération ", c’est après avoir joué un rôle déterminant dans la révolte contre la dictature de Moubarak, en 2011, puis contre Mohamed Morsi, que les coptes ont été la cible de violentes vengeances islamistes.

En janvier 2011, un attentat faisait 23 morts et 79 blessés à la sortie d’une église copte. Deux mois plus tard, 13 personnes mouraient dans des affrontements entre musulmans et coptes. Ce même scénario s’était répété en mai de la même année, faisant 12 morts et plus de 200 blessés.

L’arrivée au pouvoir du général Abdel Fatah al-Sissi en juin 2014 avait redonné espoir à la communauté.

Ce dimanche, la présidence égyptienne a condamné cette attaque qu’elle a qualifiée “ d’attentat terroriste ”. " Les musulmans et les chrétiens de la nation sont solidaires contre ce terrorisme noir ", a déclaré dans un communiqué le Premier ministre égyptien Sherif Ismail.

Les autorités religieuses égyptiennes ont également réagi, à l’instar de l’imam de la plus haute institution de l’islam sunnite en Egypte, Al-Azhar, qui a qualifié l’attaque d’ " infâme ".

En France, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a signifié son soutien au pays : " La France est pleinement solidaire de l’Égypte dans cette terrible épreuve, comme dans la lutte contre le terrorisme. "

Magazine Marianne