Udo Ulfkotte n’est plus. La mort dans l’indifférence générale d’un repenti

, par  DMigneau , popularité : 0%

Udo Ulfkotte n’est plus. La mort dans l’indifférence générale d’un repenti

Ce vendredi 13 janvier aura été fatal à Udo Ulfkotte. Il est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 56 ans.

Udo Ulfkotte se savait condamné après trois arrêts cardiaques précédents et cela l’avait incité à faire des révélations chocs sur les méthodes journalistiques en Allemagne et sur l’aliénation des médias aux intérêts des États-Unis dans un livre publié en 2014 : « Gekaufte Journalisten – Wie Politiker, Geheimdienste und Hochfinanz Deutschlands Massenmedien lenken » (" Journalistes achetés – Comment les politiciens et la finance dirigent les médias de masse ").

Bref rappel de sa carrière journalistique.

De nationalité allemande, Udo Ulfkotte a fait des études de droit et de sciences politiques à Freiburg et à Londres. Il étudia l’expansion de l’islam en Allemagne et les conséquences politiques que cela entraînait.

Il fut brièvement conseiller du gouvernement de Helmut Kohl. Il commença ensuite une carrière de journaliste en 1986 au " Frankfurter Allgeneime Zeitung " où il devint rédacteur en chef politique jusqu’en 2003.

Il vécut alors pendant 12 ans au Moyen-Orient.

Il est l’auteur d’un roman ainsi que d’une quinzaine d’essais sur les services de renseignements et sur l’islamisme dont beaucoup furent des best sellers.

En 1996, il dénonça dans un de ses articles la dégradation environnementale causée par Shell dans le Delta du Niger.

Il fut conférencier à l’Université de Lüneburg et enseigna quelques temps aux États-Unis. Il obtint quelques prix de journalisme et il fut souvent invité à des talk-shows.

Après une brève conversion à l’islam, il se considérait à la fin de sa vie comme un chrétien né à nouveau.

Un lanceur d’alerte.

C’est son livre « « Gekaufte Journalisten – Wie Politiker, Geheimdienste und Hochfinanz Deutschlands Massenmedien lenken » publié en 2014 qui le fit connaître en France.

A ma connaissance, il n’existe pas de traduction française de ce livre. Ce sont les médias alternatifs qui l’ont fait connaître mais Udo Ulfkotte reste un inconnu du grand public. Il n’atteignit jamais la notoriété d’un Snowden ou d’un Assange.

Il révèle dans ce livre que les médias de masse allemands sont au service de divers services secrets, de l’OTAN, des États-Unis et de diverses multinationales et que l’information que les journaux publient est manipulée.

Les journalistes ne publient pas nécessairement ces articles par conviction mais plutôt pour conserver leur emploi et pour réussir une carrière dans le métier.

Lui-même recevait des articles « tout faits » des services secrets étasuniens et il n’avait qu’à apposer sa signature avant de les publier dans le " Frankfurter Allgemeine Zeitung ".

Udo Ulfkotte se savait condamné à brève échéance à cause de ses problèmes cardiaques et comme il n’était pas marié et n’avait pas d’enfant, il pouvait libérer sa conscience sans que cela n’ait des répercussions sur ses proches.

Ces révélations n’ont pas été niées par les médias allemands. Ils ont préféré les ignorer ou les considérer comme « théorie du complot » en espérant que le grand public ne soit pas informé.

Udo Ulfkotte et l’islamisme.

Ses précédents essais avaient surtout l’islamisation de l’Europe comme sujet et cela avait suscité beaucoup de polémiques dans le pays. Il prévoyait de graves problèmes de cohabitation avec l’islam et pensait que cela pouvait dégénérer en guerre civile.

C’est à partir de ce moment qu’il fut considéré comme indésirable dans les médias " mainstream " et qu’il fut étiqueté comme " populiste radical de droite ".

En 2015, il a participé à des conférences de soutien à PEGIDA.

Le court article Wikipédia consacré à Udo Ulfkotte mentionne qu’il soutient la thèse que le Mossad est responsable de multiples assassinats déguisés en morts naturelles et que les services secrets israéliens sont derrière les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises. (lien)

Sans prendre position, je le mentionne parce que de telles révélations sont assez rares sur Wikipédia.

Conclusion.

Udo Ulfkotte a ouvert une porte avec ses révélations sur l’intégrité morale des médias allemands.

On peut certainement extrapoler en voyant comment les médias " mainstream " occidentaux, en général, informent pour le moment sur des sujets comme la Syrie ou la Russie et comment ils ont informé précédemment sur la Libye.

Comparaison n’est pas raison mais c’est certainement une raison de plus pour ceux qui veulent être correctement informé de bien diversifier leurs sources et de ne plus considérer les médias traditionnels comme seules sources fiables.

Pierre

AgoraVox