Tartuffe et le commerce mondial

, par  DMigneau , popularité : 0%

Tartuffe et le commerce mondial

Pourrons-nous durablement commémorer avec force regrets et repentirs notre passé colonial et nos pratiques d’esclavage des siècles derniers, tout en achetant silencieusement des produits fabriqués dans des conditions dont nous savons tous très bien qu’elles relèvent parfois d’un véritable colonialisme pratiqué par de puissants opérateurs économiques ?

TARTUFFE ET LE COMMERCE MONDIAL (1/1)

Même si le secteur du transport en a été exclu, le Président de la République a gagné son pari de faire modifier la directive sur le « travail détaché ».

Pourquoi avoir mené ce combat ?

Parce que « la concurrence était gravement faussée », car les salaires, les " charges " et les conditions de travail étaient parfois traités avec … " souplesse ". D’où licenciements et dépôts de bilans liés à cette concurrence déloyale, donc sans raison économique valable.

Il y a un deuxième combat à gagner : celui du commerce mondial. C’est le même problème encore plus grave et avec une dimension éthique extrêmement importante.

Depuis des années, de très grands « opérateurs économiques » exportent chez nous directement ou en les faisant transiter par des pays avec lesquels nous avons « des accords de libre-échange », des produits fabriqués parfois dans des conditions honteuses, voire même dans des camps de travail forcé, en piétinant la charte de l’ONU, et au prix de graves dégâts environnementaux.

Pourrons-nous durablement commémorer avec force regrets et repentirs notre passé colonial et nos pratiques d’esclavage des siècles derniers, tout en achetant silencieusement des produits fabriqués dans des conditions dont nous savons qu’elles relèvent parfois d’un véritable colonialisme pratiqué par de puissants « opérateurs économiques » ?

D’où la question qui vient immédiatement à l’esprit : comment assurer dans le commerce mondial, le respect de la « Déclaration universelle des droit humains » de 1948, des huit règles fondamentales de « l’Organisation Internationale du Travail » et des traités internationaux sur l’environnement et le climat dans le commerce mondial ?

Trois solutions techniques sont actuellement sur la table. Elles sont toutes complémentaires. La « Commission européenne » multiplie les manœuvres pour qu’elles ne voient pas le jour.

1 - Finaliser les négociations en cours sur un projet de traité international contraignant qui se discute sous l’égide de l’ONU .

Depuis juin 2014, le « Conseil des droits humains » des Nations Unies planche sur l’élaboration d’un instrument international contraignant qui rendrait les entreprises multinationales responsables, devant la justice internationale, des infractions commises par elles, mais aussi par des acteurs de leur chaîne de production.

Ce groupe a été créé après le drame du Rana Plazza au Bangladesh où plus de 1 000 employés ont trouvé la mort.

Malheureusement, la « Commission Européenne » aux côtés des États-Unis, fait obstruction dans cette négociation, estimant que le traité en projet ne doit pas être contraignant. D’où le titre de la revue " EURACTIV " du 25 octobre 2017 : « l’UE traîne les pieds sur le dossier Rana Plaza ».

2 - Élargir à l’Union Européenne la Loi française du 27 mars 2017.

Cette Loi, dénommée « Loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre », impose aux entreprises françaises de plus de 5 000 salariés en France et 10 000 à l’étranger de mettre en place un " plan de vigilance " pour prévenir les atteintes aux droits humains dans leur chaîne d’approvisionnement.

En cas de manquement à cette obligation, l’entreprise s’expose à des sanctions financières.

La « Commission Européenne » n’envisage pas de faire voter un texte de ce type au niveau européen, car il est contraignant.

Pourtant, il n’impose qu’une obligation de moyens et non pas une obligation de résultat.

3 - Mettre sur un pied d’égalité le droit du commerce, le droit social et le droit environnemental.

En France, comme dans de nombreux pays, le « droit commercial », le « droit social » et le « droit environnemental » sont contraignants.

En cas de manquements, des poursuites judiciaires sont possibles.

Rien de tel dans « la mondialisation ».

Lorsque les accords bilatéraux de « libre-échange », comportent des « clauses sociales et environnementales », celles-ci sont toujours facultatives. On peut donc s’asseoir impunément sur les droits humains et on ne s’en prive pas.

La France souhaite rendre ces « clauses sociales et environnementales » contraignantes. Elle n’y parvient pas. Lorsqu’en réunion sur le commerce mondial, on demande aux secrétaires d’États concernés quels sont les arguments de nos 27 partenaires européens pour s’y opposer, ils ne répondent pas.

Sans doute parce que la France ne parvient même pas à imposer une discussion sur ce point en « Conseil des ministres ».

Pourtant le Parlement Européen écrit lui-même : « Aucun consommateur ne veut continuer à acheter des produits fabriqués par des enfants ou des hommes et des femmes exploités, ou des produits ayant engendré de graves dommages environnementaux  ». (Résolution du 20 juillet 2017, point 31)

Comment en sortir ?

Demain, un nouveau billet proposera une idée qui émane notamment du Parlement Européen et que, bien sûr, la « Commission Européenne » refuse.

Sans doute va-t-il falloir l’instaurer en France si nous voulons sortir de cette jungle. C’est un devoir et c’est un problème de concurrence loyale.

Bertrand de Kermel

MediaPart