Surprise ! " Amazon " écoute vos conversations via l’enceinte " Alexa "

, par  DMigneau , popularité : 0%

Surprise ! " Amazon " écoute vos conversations via l’enceinte " Alexa "

Derrière " Alexa ", des employés d’Amazon prêtent l’oreille… - Grant HINDSLEY / AFP

Une enquête du magazine " Bloomberg " publiée ce jeudi 11 avril révèle qu’" Amazon " fait écouter certaines conversations de ses utilisateurs via son enceinte " Echo " afin d’améliorer son assistant vocal, " Alexa ".

Quand " Big Brother " ne vous regarde pas, il vous écoute.

Une enquête du magazine " Bloomberg " publiée ce jeudi 11 avril révèle que l’entreprise " Amazon " fait écouter des conversations d’utilisateurs par l’intermédiaire de son enceinte connectée, " Amazon Echo ".

Objectif de cet espionnage : améliorer les performances de son assistant virtuel, " Alexa ", censé répondre à toutes les commandes vocales. Les échanges supposément privés entre l’utilisateur et la machine ne l’ont donc, en réalité, jamais été totalement.

Sur son site, " Amazon " mentionne bien que l’entreprise utilise les " demandes " faites à " Alexa " - par exemple : " Alexa, quel sera le temps demain ? " - pour " former " ses " systèmes de reconnaissance de la parole et de compréhension du langage naturel ".

Mais l’assistant vocal n’apprend pas seul, comme par magie. Si l’entreprise ne mentionne aucunement que des humains écoutent ces conversations, ses salariés sont apparemment indispensables à l’amélioration d’" Alexa ".

Et cette dernière se fait donc au détriment de la vie privée de ses utilisateurs.

" Alexa " vous entend chanter faux sous la douche

Certaines discussions, expliquent nos confrères de " Bloomberg ", sont ainsi envoyées dans les bureaux d’" Amazon " aux Etats-Unis, en Inde, au Costa Rica ou encore en Roumanie.

Des milliers d’hommes et de femmes, suspendus à leurs écouteurs, peuvent y retranscrire jusqu’à un millier d’extraits sonores, pendant neuf heures par jour.

Grâce à cette écoute attentive, ils sont supposés détailler à " Alexa " les mots qu’elle ne parvient pas à saisir seule. Un salarié de Boston raconte, par exemple, avoir appris à l’assistant vocal à mieux discerner le nom de la chanteuse Taylor Swift.

Les notes sont ensuite amenées à être partagées sur une messagerie interne, afin de faciliter le travail de chacun. Des échanges qui s’aventurent parfois au-delà du professionnel…

Les employés d’" Amazon " peuvent, en effet, parfois surprendre une discussion ou un moment embarrassant, par exemple, quand vous chantez faux sous la douche, capté par l’assistant vocal " Alexa ".

Certains enregistrements deviendraient alors l’objet de plaisanteries entre collègues.

" Amazon " n’interfère pas dans votre vie de tous les jours

D’après le site d’" Amazon ", " Alexa " n’enregistre aucune discussion à moins que son utilisateur ne l’ait volontairement activée.

Mais parfois, l’assistant vocal semble se déclencher " par hasard ", enregistrant des conversations, la télévision laissée allumée ou des sons inintelligibles.

Un employé de l’entreprise a ainsi expliqué avoir à retranscrire jusqu’à cent enregistrements involontaires par jour… Ce qui explique que les " grandes oreilles " d’" Amazon " tomber sur des événements troublants.

Certains salariés expliquent ainsi avoir cru entendre ce qui ressemblait à une agression sexuelle. Lorsqu’ils l’ont rapporté à leur hiérarchie, la réponse a été froide : " Amazon " n’a pas à interférer.

Le géant du " e-commerce " n’est pas le seul à être accusé d’écouter ses utilisateurs. Les assistants virtuels de " Google ", " Google Assistant " et d’" Apple " - " Siri " - font aussi appel à des humains pour améliorer leurs compréhension.

" Garantie " offerte : elles assurent " anonymiser " complètement les conversations qu’elles écoutent.

Magazine Marianne