Soupçons de financements libyens : Claude Guéant mis en examen pour " association de malfaiteurs "

, par  DMigneau , popularité : 0%

Soupçons de financements libyens : Claude Guéant mis en examen pour " association de malfaiteurs "

Claude Guéant - AFP

L’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant a été « mis en examen » dans l’enquête sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a confirmé le « Parquet national financier » à l’AFP ce 3 décembre.

Claude Guéant, ancien ministre, a été « mis en examen » pour " association de malfaiteurs " par les juges chargés de l’enquête sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007, a confirmé ce jeudi 3 décembre le « Parquet national financier » (PNF) auprès de l’AFP.

Cette charge supplémentaire, retenue mercredi contre le " bras droit " de l’ancien président à l’issue d’un nouvel interrogatoire, était attendue depuis la « mise en examen » sous cette même qualification de l’ancien président en octobre.

Elle s’ajoute aux neuf infractions pour lesquelles l’ancien ministre de l’Intérieur a été « mis en examen » dans ce dossier, notamment pour " corruption ".

Nicolas Sarkozy déjà poursuivi pour " corruption "

Nicolas Sarkozy, est mis en cause pour " avoir laissé " en conscience ses " lieutenants ", Claude Guéant et Brice Hortefeux, s’impliquer dans le pacte corruptif soupçonné avec le régime de Mouammar Kadhafi à partir de 2005.

Pour l’instant " témoin assisté " dans ce dossier, Brice Hortefeux pourrait à l’avenir être également concerné par de nouvelles poursuites.

Thierry Gaubert, collaborateur de M. Sarkozy dans les années 90, a été le premier à être « mis en examen » pour " association de malfaiteurs " le 31 janvier 2020, après un réquisitoire supplétif du PNF invitant les juges à instruire dans cette direction.

Des ennuis judiciaires qui s’accumulent

Cette nouvelle qualification d’ " association de malfaiteurs ", est aussi plus facile à poursuivre jusqu’à un éventuel procès pour les juges. Elle ne demande que la démonstration d’ " actes préparatoires " au " pacte de corruption " qu’ils tentent de démontrer depuis 2013.

L’enquête a été ouverte après la publication par " Mediapart " en 2012, dans " l’entre-deux tours " de la présidentielle, d’un document censé prouver que la campagne victorieuse de Nicolas Sarkozy avait été financée par le régime de Mouammar Kadhafi.

Les ennuis judiciaires se sont accumulés ces dernières années pour Claude Guéant. D’abord condamné en " appel " en 2017 dans le procès des " primes en liquide " au ministère de l’Intérieur, l’ancien « Secrétaire général » de l’Élysée doit être jugé l’année prochaine dans " l’affaire des sondages " de la présidence Sarkozy.

Magazine " Marianne "