Shinto Kanamara Matsuri : le festival du phallus et la sexualité des jeunes Japonais

, par  DMigneau , popularité : 64%

Shinto Kanamara Matsuri : le festival du phallus et la sexualité des jeunes Japonais

Le Kanamara Matsuri est une célébration Shintô, annuelle, destinée à promouvoir la fertilité. Elle se déroule chaque année le premier dimanche du mois d’Avril à Kawasaki.

Cette célébration se déroule dans le sanctuaire Kanayama qui était autrefois fréquenté par les prostitués des deux sexe qui venaient se recueillir dans le but d’obtenir une protection des dieux contre les maladies vénériennes. Lors de cet événement, trois énormes pénis sont célébrés et promenés en procession dans les tues de la ville :

Le pénis de bois dans le plus grand Mikoshi (palanquin divin)

Le pénis de fer noir dans un Mikoshi en forme de bateau

Le gigantesque pénis rose sur un Mikoshi sans toit communément appelé « Elisabeth », et porté par des hommes travestis en femmes.

Selon la légende, un démon aux dents acérées se serait caché dans le vagin d’une jeune femme et aurait castré ses deux maris successifs (et éphémères) lors de leur nuit de noces. Alors, un ferronnier aurait forgé un pénis en fer afin de casser les dents de ce démon.

Cet artefact est devenu l’objet du culte que l’on célèbre à Kawasaki tous les ans.

Voilà pour la légende et les rituels d’un peuple qui nous étonne souvent à travers ce que nous percevons comme un exotisme lié à l’éloignement géographique et culturel.

Mais qu’en est-il de la réalité « hic et nunc » ?

Un rapport de « l’Institut national de la recherche sur la population et la sécurité sociale », a révélé récemment que près de la moitié des trentenaires n’avait pas d’expérience sexuelle, ce qui contribue à ce que le pays soit confronté à une forte baisse de la population

Les jeunes Japonais qui évitent les relations amoureuses et/ou sexuelles sont de plus en plus nombreux. Au cours du sondage qui a révélé que 43 pour cent des personnes âgées de 18 à 34 ans se disent vierges, certains jeunes hommes ont confié qu’ils « trouvaient les femmes effrayantes ».

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle pensait que 64 % des personnes de sa génération n’avaient pas de relations, l’artiste plasticienne Megumi Igarashi qui a fait une image 3D de son propre vagin, a déclaré qu’elle pensait que les hommes « n’avaient pas envie de faire l’effort » de solliciter le sexe opposé et qu’il leur était plus facile de regarder du porno sur Internet.

Le comédien Ano Matsui, 26 ans, a déclaré à la BBC :

" Je n’ai pas confiance en moi. Je n’ai jamais eu de succès auprès des filles. Une fois, j’ai demandé à une fille mais elle a dit non. Cela m’a traumatisé. Il y a beaucoup d’hommes comme moi qui trouvent les femmes effrayantes.

Nous avons peur d’être évincés. Alors, nous consacrons nos loisirs à autre chose.

Cela ne me convient pas, mais je n’ai pas de solution ".

Au Japon, le nombre de naissances a chuté en-dessous du million pour la première fois l’année dernière, selon le ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être social.

Le rapport cité précédemment prévoit que la population, actuellement de 127 millions, diminue de près de 40 millions d’ici 2065.

Les politiciens sont perplexes devant ce manque d’enthousiasme des jeunes générations pour les choses du sexe.

Les décès ont dépassé les naissances depuis plusieurs années et la diminution de la population du pays a été qualifiée de « bombe à retardement démographique » et affecte déjà les marchés de l’emploi et du logement, les dépenses de consommation et les plans d’investissement à long terme dans les entreprises.

D’autres pays, comme les États-Unis, la Chine, le Danemark et Singapour ont des taux de fécondité faibles, mais le Japon détient le record.

Une enquête nationale réalisée début 2017 a révélé qu’à l’age de 50 ans, près d’un quart des hommes japonais étaient toujours célibataires, pour une femme japonaise de 50 ans sur sept. Ces deux chiffres sont les plus élevés depuis le le recensement de 1920 et représentent une augmentation de 3,2 % de célibataires chez les hommes et de 3,4 % chez les femmes par rapport à l’étude précédente qui date de 2010.

Cette tendance croissante a été attribuée à une diminution des pressions sociales pour se marier ainsi qu’aux problèmes financiers rencontrés par une part croissante de la population.

Mais les politiciens vont continuer à s’arracher les cheveux, car un autre sondage montre que le nombre de jeunes Japonais qui n’ont pas l’intention de se marier ne cesse d’augmenter.

Pour éviter l’angoisse castratrice et le recours à l’auto-satisfaction, le Kanamara Matsuri de Kawazaki devrait peut-être supprimer le phallus " de fer " et le phallus " rose " pour ne garder que le bon vieux pénis en bois !

Jeussey de Sourcesûre

AgoraVox