Robespierre, la chute...

, par  DMigneau , popularité : 0%

Robespierre, la chute...

" Juillet 1794. Thermidor an II. Idole encensée du club des Jacobins, orateur acclamé de la Convention, inspirateur du redoutable Comité de salut public, Robespierre est à l’apogée de son pouvoir. En deux ans, il a tout conquis ; en trois jours, il va tout perdre. "

Avec tout le talent narratif qui l’a rendu célèbre, Jacques Ravenne évoque les derniers jours et la chute d’un homme, la fin d’un régime dans un récit à suspense où, à chaque page, la réalité dépasse la fiction.

Invité du festival de la biographie, à Nîmes, Jacques Ravenne raconte le personnage de Robespierre et on découvre une personnalité étonnante...

" Un homme qui se maquillait, habillé en bas de soie, avec des souliers à boucles d’acier, et toujours avec des vêtements extrêmement travaillés, des chemises bouffantes...

Il a toujours été un défenseur du peuple, tout au moins, il s’est proclamé comme tel, mais dans son apparence physique, il a toujours appartenu à la classe dominante.

Je suis allé aux archives et je suis allé voir le lycée parisien dans lequel Robespierre jeune a fait ses études, et c’est très curieux : quand on voit la signature, il signe à 17 ans : Maximilien de Robespierre.

La particule a quelque peu disparu, vous imaginez, au fur et à mesure des événements. "

" Quels sont ses amis, dans ces journées là ? "

« Le premier jour, tout le monde, et à la fin, quasiment personne, il reste Saint-Just qui aura été sans doute l’ami le plus fidèle, même s’il y a eu quelques divergences...

Les modérés vont se coaliser contre lui, ainsi que les représentants en mission qui, souvent, ont beaucoup plus de sang sur les mains que Robespierre, et ceux qui se sont enrichis et qui ne veulent pas perdre leurs privilèges.

Il y a une scène qui est absolument hallucinante : quand on le conduit à la guillotine, il a déjà la mâchoire fracassée parce qu’il a pris une balle dans la mâchoire, le député qui est juste derrière, c’est Carrier : il a sur la conscience à peu près deux à trois mille morts à Nantes.

En fait, tout le monde s’est refait une virginité, je ne dirais pas sur le dos de Robespierre, mais sur la tête tranchée de Robespierre.

Quand sa tête tomba, une femme qui ne l’avait pas quitté des yeux, cria : " Bis ! "

Les gens étaient tellement heureux de le voir guillotiné que cette femme a prononcé cette prière : " Bis " ou selon certains, " encore ! " »

" Un livre qui se lit d’une traite : un talent d’écriture et de progression dramatique ", commente le journaliste qui interroge Jacques Ravenne.

" C’est écrit comme avec une caméra : vous avez restitué l’ambiance, la période, la cruauté, la trahison... "

" Qu’est-ce qu’on lui reprochait de plus violent ? " interroge le journaliste.

" On lui reprochait trois choses, d’abord sa froideur, puis on lui reproche le fait qu’il est en train de transformer la république en théocratie... il a fait rentrer dans la loi la croyance en l’être suprême...

Imaginez, aujourd’hui, un président de la République qui dit : " Ben écoutez, la République reconnaît l’existence d’un Dieu "... imaginez ce qui se passerait ! Robespierre - lui - l’a fait.

Et puis, il y a une ambiguïté : pratiquement tous les gens de la Révolution, quand on voit les portraits qu’on en fait scolairement, ce sont des vertueux, et ce n’est absolument pas le cas. Ce sont des gens qui dépensent des fortunes dans des maisons de jeux, qui fréquentent les maisons de prostitution... Le problème de Robespierre, c’est qu’on ne lui connaît aucun vice.

Et au niveau des hommes, le fait que Robespierre soit un homme qui n’a même pas une maîtresse, on se méfie horriblement de ce personnage vertueux. "

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2020/02/robespierre-la-chute.html

rosemar

AgoraVox