Référendum : le roi d’Espagne sort de son silence pour charger une " violation de la Constitution " par les Catalans

, par  DMigneau , popularité : 22%

Référendum : le roi d’Espagne sort de son silence pour charger une " violation de la Constitution " par les Catalans

Le roie Felipe VI a fermement condamné le vote sur l’ndépendance de la Catalogne. - AP/SIPA

Le roi Felipe VI a accusé dans la soirée du 3 octobre les dirigeants catalans d’avoir " violé la Constitution " en organisant le référendum sur l’indépendance de la Catalogne. Un discours d’une rare fermeté.

C’est un message de fermeté. Doublé d’une charge cinglante contre Carles Puigdemont, le président de la Catalogne.

Ce mardi 3 octobre, dans la soirée, le roi Felipe VI est sorti de sa réserve pour s’adresser aux citoyens espagnols dans une allocution télévisée.

Un discours de combat contre les dirigeants catalans accusés de s’être placés " en marge du droit et de la démocratie " en organisant un référendum sur l’indépendance de la région.

" Nous vivons des moments très graves pour notre vie démocratique " a déclaré le roi qui est monté sur le trône après l’abdication du roi Juan Carlos en 2014.

https://twitter.com/BFMTV/status/915292691440775168

Référendum en Catalogne : " La société en Catalogne est fracturée ", déclare le roi d’Espagne Felipe VI

Le monarque espagnol a ainsi affirmé que " depuis longtemps, les autorités catalanes, de manières répétées, déterminées et délibérées, violent la Constitution et leur propre statut de région autonome ", insistant lourdement sur leur " déloyauté inadmissible envers les pouvoirs de l’État ".

Décidé à charger la barque catalane, Felipe VI a ajouté : " Avec leur conduite irresponsable, ils peuvent même mettre en danger la stabilité sociale et économique de la Catalogne, mais aussi de toute l’Espagne ".

Dans son discours, le roi a également averti " ses sujets ", principalement catalans, qu’il en allait de " la responsabilité des pouvoirs légitimes de l’État d’assurer l’ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions, le respect de l’État de droit et l’autonomie de la Catalogne ".

La menace de l’article 155 de la Constitution

Cette insistance du monarque sur la nécessaire protection de la Constitution sonne comme un message d’avertissement aux dirigeants catalans.

S’ils persévèrent à emprunter ce chemin qui " violerait la Constitution ", notamment son article 2 qui grave dans le marbre l’ " unité indissoluble de la nation espagnole ", le gouvernement de Mariano Rajoy, le Premier ministre issu de la droite, pourrait invoquer l’article 155 de la Constitution pour protéger l’unité du pays.

Un dispositif qui permet au pouvoir central de prendre la direction d’une région autonome.

L’allocution du roi Felipe VI permet ainsi de préparer les esprits à cette éventualité si, d’ici à la fin de la semaine, le Parlement de Catalogne décidait de déclarer l’indépendance de la région.

Une discours qui traduit la volonté du pouvoir central de ne pas céder un pouce aux indépendantistes catalans. Preuve en est, le roi Felipe VI, dans son allocution, n’a aucunement condamné les violences des forces de police sur les votants au référendum qui ont pourtant provoqué plusieurs dizaines de blessés.

La justice espagnole a, par ailleurs, décidé de poursuivre le chef de la police catalane pour " sédition ".

Magazine Marianne