Radiotélévision publique, la voix de … De qui ?

, par  DMigneau , popularité : 0%

Radiotélévision publique, la voix de … De qui ?

Aujourd’hui, dans " l’espace médiatique ", il n’y a presque plus de presse nationale libre à part un ou deux quotidiens, un hebdomadaire satirique et un média sur internet. La radiotélévision " publique " est réputée être restée " objective " et " équilibrée ".

Je n’en suis pas certain, mais voyons ça.

Sur " France 2 " pendant la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2017 madame Salamé animait l’émission où un invité débattait avec plusieurs " experts " de la chaîne puis avec un adversaire politique avant que soit révélée l’impression ressentie par les téléspectateurs au travers de sondages et que deux chroniqueurs tirent les leçons des débats. C’est dans cette émission qu’Alain Juppé avait versé " une petite larme " ému par le bon score obtenu.

Cet autre jour, on en était à la partie traitant d’économie. François Lenglet malgré sa voix doucereuse " d’expert " confirmé, confirmé par lui-même seulement, n’avait pas pu " faire la leçon " à l’invité comme il en avait l’habitude. Le temps pressait, il fallait changer d’intervenant. Léa Salamé le relance approximativement ainsi : " Allez, posez lui votre question ! "

Lui ne comprend pas.

Elle : " oui, vous savez, la question... "

On n’a jamais su mais : Léa Salamé venait de révéler que pendant la préparation de l’émission, au moins ces deux " journalistes " s’étaient concertés pour " tacler " l’invité. Il n’y pas de raison de penser que tous les autres n’étaient pas dans le coup, le mauvais coup à la déontologie de la profession.

Monsieur Thomas Legrand, " journaliste " sur " France-Inter ", a déclaré que le président Macron est un modéré ! Il a répliqué à Francois Ruffin que si « lui le jugeait radical, d’autres le trouvent modéré  », sans préciser qui. (04/05/2018)

Comment un " journaliste " peut qualifier le président Macron de " modéré " sauf à nier la réalité des faits ? Le président Macron est le président le plus libéral jamais élu en France. Même dans sa communication il est arrogant, insultant, anti démocratique.

" L’amour rend aveugle " ; en l’occurrence, c’est plutôt l’incompétence, la bêtise ou le parti pris borné d’un " journaliste " modéré.

Léa Salamé - désolé, mais c’est elle qui se signale par sa pugnacité éclairée - le 3 octobre 2019 dans la matinale de " France Inter " interviewe, ou débat, avec un responsable syndical.

Je reproduis le verbatim d’une partie de ses interventions.

« Mais le sens de l’Histoire, c’est pas aussi de financer une réforme des retraites et s’il y a de plus en plus de gens qui sont à la retraite, il faut trouver l’argent ! Donc - oui - on trouve comment l’argent ? Vous, vous êtes opposé à toutes les réformes des retraites qui sont passées mais si elles avaient pas eu lieu, on en serait aujourd’hui ? Les cotisations auraient explosé, le déficit aurait explosé ; est-ce que vous ne pensez pas que peut-être même les retraites ne seraient plus payées. » !!!

Extraits seulement : « Vous expliquez que ce système à points (...) la CFDT dit (...) sur le fond de la philosophie ils ne sont pas contre. »

Je cite de mémoire, je n’ai plus le verbatim. Elle donne l’exemple des conducteurs de la RATP " tellement avantagés par rapport à ceux de Nantes ", ou d’une autre ville, je ne sais plus, et interpelle l’invité : « Et ça, vous ne le trouvez pas injuste, ça ? »

Réponse de celui-ci : « oui, très injuste ! »

On sent l’étonnement : « ah, alors ? »

Réponse prévisible : « Il faut donner les mêmes avantages à ceux de Nantes qu’à ceux de la RATP ! »

Le fait même d’avoir posé cette question avec l’objectif cette fois de bien faire apparaître la " mauvaise foi " ou " l’incompétence " de l’invité démontre qu’elle n’avait jamais envisagé la réponse reçue. Elle n’a jamais pensé qu’au lieu de dénoncer que " certains en ont trop ", on pouvait s’affliger que " beaucoup n’en ont pas assez ".

Elle n’a jamais pensé qu’au lieu d’enlever on pouvait au contraire donner plus. Au lieu de parler de " privilèges ", on peut parler de désavantages injustes, déficits inéquitables.

La suite.

Pour expliquer la perte de certains apports en cotisation pour les retraites, l’invité évoque l’importance du chômage.

Elle lui coupe la parole : « Le chômage baisse ! » (Bravo Macron !) Elle ne se rend même pas compte que ça n’invalide en rien l’explication de l’invité. 30 000 chômeurs en moins passés dans des emplois précaires (80 % des embauches en CDD) et payés au niveau du SMIC, niveau où il n’y a plus de cotisations (et même jusqu’à 1,6 fois le SMIC, de mémoire) donc forcément pas plus d’apport de cotisation, ce que l’invité exposera ensuite, étonnamment pas agacé.

Elle ne le surprend plus, Léa Salamé ?

Le 28 avril 2019 ayant trouvé l’attitude de l’animateur de " C l’hebdo " sur " France 5 ", Ali Badou, et des 3 " journalistes " qui l’accompagnaient, très partisane, je lui avais envoyé le mail suivant :

" Je regarde l’émission du jour pendant laquelle sont interrogés Monsieur Dupont-Aignan puis monsieur Jadot. Je ne suis pas du tout du bord de monsieur Dupont-Aignan et même complètement à l’opposé, à gauche. Mais je trouve votre attitude et celle des " journalistes " arrogants, hargneux, moqueurs : une d’entre elle rit à gorge déployée, vous interrompez sans cesse l’interviewé, parlez en même temps que lui, faites des signes aux autres " journalistes ", vous moquez des réponses données, donnez des leçons (les 130 000 français qui travaillent à l’étranger) et - mais je n’en suis pas certain tellement c’est scandaleux - je crois avoir entendu une journaliste dire : « n’importe quoi ! ». On s’interroge pour savoir si on a à faire à des journalistes ou des militants ? Ensuite on accueille cordialement monsieur Jadot ce qui est la bonne attitude par ailleurs, comme monsieur Badou l’avait fait pour madame N’Diaye, lundi matin sur " France Inter " à 8h20, finissant même complaisamment ses phrases. Avant de nier et de donner des leçons, re-visionnez ou réécoutez ces deux émissions. Et pour confirmer, revoyez-en d’autres avec différents invités : vous retrouverez bien ces différences d’attitude. "

J’avais noté la date, l’heure et le titre de l’émission mais j’ai égaré la note.

Dans une émission du soir sur " FranceTV Infos " ou " France 5 " autour des 25, 27 octobre 2019, Gilles Borstein participait à un débat avec trois autres intervenants dont une représentante syndicale. Le sujet portait à ce moment-là sur la « réforme des retraites ». La représentante syndicale expliquait l’opposition de son organisation au modèle proposé pour remplacer l’actuel et de manière inhabituelle son exposé durait sans interruption, chacun semblant attentif.

Et tout à coup Gilles Borstein l’interrompt. De mémoire, voilà approximativement la suite.

Elle proteste et demande à terminer rapidement son explication. Il se rebiffe, lui dit qu’il n’y a " qu’elle qui parle ", qu’elle a parlé assez longtemps. Il explique que puisque le président avait été élu pour faire cette politique personne n’était légitime pour s’y opposer maintenant et finit par lui asséner l’argument qu’il croit définitif suivant, (verbatim) : « Vous n’avez qu’à le battre dans les urnes ! » et se recule confortablement sur sa chaise, manifestement pas mécontent de lui.

Tous les participants se taisent, sans doute abasourdis par l’énormité de ce qu’ils viennent d’entendre mais dont seul Gilles Borstein ne semble pas avoir pris conscience.

D’ailleurs, il va persister.

Je ne me souviens plus de la chronologie de la suite.

Il me semble que la représentante syndicale n’ayant pas compris ce que voulait dire le " journaliste " celui-ci lui répète en s’approchant de nouveau d’elle : « Vous n’avez qu’à le battre dans les urnes ! »

La représentante syndicale essaie de suggérer que – « la démocratie ne se limite pas à » - mais le présentateur lui retire la parole.

Donc, pour Gilles Borstein, quand un président est élu, tous les autres ont perdu toute légitimité pour s’opposer ou même infléchir la politique qu’il mène ! Et si un syndicat veut pouvoir empêcher des réformes réprouvées par la majorité des travailleurs de toute tendance, il n’a qu’à se présenter et remporter les élections présidentielles !

« Le battre dans les urnes », sacré " spécialiste " politique ! Je lui attribue la palme du " tellement plus visiblement macronien qu’il en est stupide ".

Les informés tous les soirs sur " FranceTV Infos " invitent très majoritairement des intervenants souvent non politiciens, journalistes et autres philosophes, etc., mais pas trop marqués politiquement, de tendance molle " centre droit ", " centre gauche ", pas très éloignés de " La République en marche ".

Leurs débats soporifiques interrompus toutes les dix minutes par le rappel de l’actualité, endorment plus qu’ils n’éclairent en tous cas n’agitent pas le cerveau des téléspectateurs. J’anticipe la réplique « si ça vous plait pas etc. » ; mais qui regarder « ailleurs » où c’est franchement tout à droite ?

Je n’ai pas gardé la trace de toutes les fois où j’ai été choqué. Il faudrait pour cela avoir un carnet en poche et noter les références pour retrouver tout ça sur le " replay ".

On a autre chose à faire.

En revanche, chaque fois que j’ai eu le temps, j’ai transmis mes récriminations à l’émission concernée, pour Thomas Legrand, Ali Badou et Léa Salamé. Je n’ai jamais eu de réponse même pas un " accusé de réception ".

Alors la radiotélévision " publique " qui appartient à tous les français payant - ou pas - la redevance avec laquelle sont rémunérés en partie les " journalistes ", chroniqueurs, " experts ", est-elle restée objective et équilibrée comme ses " journalistes " le prétendent.

Si je le pensais, je n’aurais pas écrit cet article.

La Radiotélévision " publique ", honnêtement est souvent la voix du pouvoir quand même !

Alain Alain

AgoraVox