Qu’est-ce qu’une " classe sociale " et quelles sont les classes antagonistes ?

, par  DMigneau , popularité : 30%

Qu’est-ce qu’une " classe sociale " et quelles sont les classes antagonistes ?

Les classes antagonistes sont la classe " bourgeoise " et " le prolétariat " en contradiction inconciliable.

La négation de l’affirmation doit nécessairement détruire ce qui l’a engendrée, atteignant la négation de la négation, créant une nouvelle société. Il en résulte qu’il ne peut pas y avoir d’Etat " intermédiaire " entre l’Etat " bourgeois " et l’Etat " prolétarien ".

L’Etat " prolétarien ", de par un processus déterminé et dans une période non définie, s’éteindra, dans le même temps que s’éteindront les contradictions de classes antagonistes, afin de laisser la place au communisme.

Nier cela, c’est nier le marxisme-léninisme et donc abandonner la classe " ouvrière " et le " prolétariat ".

La " dictature du prolétariat " est la seule réponse possible à la dictature " bourgeoise " et cela ne peut se réaliser que par la révolution socialiste, sans étape intermédiaire.

Le révisionnisme est l’ennemi du progressisme. Le parti de la classe " ouvrière " doit être progressiste et guider la classe vers son émancipation. Le progressisme du parti de la classe doit être basé sur des principes marxistes-léninistes.

La jeunesse de ce pays a été plongée dans le bain acide du capital. Chômage, travail précaire, études qui ne mènent à rien.

Le capitalisme absorbe le dynamisme de la jeunesse pour extorquer le profit, la " plus-value " et la laisse dans sa galère. La jeunesse est enchaînée au piège de la consommation. Quand elle prend la décision de militer, elle est déformée idéologiquement.

La dégénérescence du capitalisme engendre chez les jeunes une consommation de drogue et d’alcool qui les rendent manipulables et flexibles pour le capital.

Combien sont-ils à vivre dans la misère et à se demander pourquoi eux et leurs enfants bénéficient à peine de ce qu’il leur faut pour vivre ?

En face d’eux, en réponse à cette question, c’est une mystification de la politique " droite/gauche ", une alternance du pouvoir " PS/LR " (" les Républicains ").

La même classe bourgeoise.

Certains ont compris toutes ces contradictions et ils se présentent tel des représentants des intérêts de la jeunesse. Sur ce terreau fertile par la misère pousse une " semblance de contradiction " avec le gouvernement bourgeois en place.

Des « beaux parleurs » tel Alain Soral, attirent la curiosité de la jeunesse et de par leur talent d’orateur, ciblent la jeunesse pour consolider les chaînes de ces jeunes avec le capital.

Ou bien, certains jeunes, parfois même issus de l’immigration, font des « quenelles » !

Ceux qui manipulent ces jeunes sèment la confusion dans cette jeunesse et ils sont des éléments de conservation du capitalisme. Ils veulent enfermer la jeunesse dans le cadre du " social-réformisme " sans remettre en cause les véritables racines de tout ce mal : le capitalisme.

Le mode de production capitaliste est la base sur laquelle s’élève une superstructure qui en est le reflet.

La lutte contre ces reflets n’a aucun effet si on ne s’attaque pas à la base, c’est-à-dire le mode de production du capital. Les « Soraliens » et les « quenelles » sont utiles pour le capitalisme et sont une condition de conservation du mode de production bourgeois.

Cette confusion, intentionnellement créée, poussant la jeunesse dans les bras de l’ennemi, sont le résultat - entres autres - de l’absence d’un véritable parti communiste révolutionnaire.

Mais ces contradictions pousseront les masses à percevoir tous les mensonges dont ils sont les victimes. La classe " ouvrière " et " le prolétariat " s’émanciperont, guidés par leur avant-garde, et agiront sur les rapports de production capitalistes existants.

Nous sommes progressistes, analysant les conditions objectives de l’instant et nous ne vendrons jamais nos principes à l’ennemi.

Le PCF usurpe le nom de " communiste " et donne à manger à la classe exploiteuse.

Le PCF a trahi la classe " ouvrière " et la laisse sans défense. Après ce que nous avons démontré plus haut, il y a une certitude : c’est qu’il faut un parti véritablement communiste afin de mettre en pratique une politique fiable et juste.

Pour cela, il faut un parti qui soit doté d’une analyse dialectique juste et, en tout cas, détaché de l’idéalisme et mettant en pratique la dialectique sur la base de la connaissance juste du matérialisme dialectique et historique.

L’objectif est que les masses fassent la révolution et que le prolétariat s’émancipe et mette en place la " dictature du prolétariat ". Mais, quand on parle de " la révolution ", on parle d’une véritable révolution, pas d’une « révolution par les urnes » telle que la revendiquent des partis sociaux réformistes, traître à la classe " ouvrière ".

Mais qu’est-ce que la révolution ?

Existe-t-il des « mouvements » de masses qui ne seraient pas une révolution ?

Oui. En fait, il existe plusieurs degrés dans la conscience des masses. Il y a donc plusieurs degrés à prendre en considération pour le parti du prolétariat, dans son travail de conscientisation.

Les masses peuvent avoir des moments dans leurs vies où elles ressentent le besoin d’exprimer leur colère. Par exemple, quand leurs conditions de vie matérielle se dégradent. Mais quand le prolétariat n’est plus doté d’un parti communiste, il y a alors un ralentissement dans le travail de conscientisation des masses.

Il en dépend donc que si le travail de conscientisation est erroné, de par le fait qu’il n’y a pas de parti communiste en France, chaque « mouvement » de masses sera alors promis à une impasse.

Il pourrait y avoir des modifications dans la superstructure, en raison de la colère des masses, mais les racines resteront toujours en place. Il s’ensuivra que ce que les gouvernements « donneront » aux masses, après que ces dernières aient été dans la rue - dans des manifestations, par exemple - ne changera rien aux conditions d’existence des masses.

Elles resteront toujours soumises à l’exploitation du capital et ce qu’elles auront « gagné » dans des manifestations, sera simplement repris ailleurs.

Il n’y a pas d’autres solutions que la révolution.

Mais, dans ce cas, qu’est-ce qui différencie une révolution d’une manifestation, par exemple ?

Suivisme, mouvement spontané et révolution

Vers 1882, il y avait les " possibilistes " qui étaient réformistes, ils constituèrent le parti " socialiste " français en 1902.

Au début du XXème siècle, il y avait une lutte entre les Lassaliens et les Eisenachiens.

Les Lassaliens étaient " réformistes ", alors que les Eisenachiens" étaient les défenseurs de la révolution. Au début du XXème siècle, il y eut une partie de la " social-démocratie " révolutionnaire qui bascula dans la " social-démocratie " bourgeoise.

En 1900, la France avait adhéré aux idées de Bernstein qui avait refusé la DDP (dictature du prolétariat) et présenté « l’addition de réformes » qui pouvait briser le capitalisme.

Le mouvement des masses se présentent sous trois formes :

1 – Il y a « la spontanéité » dans les émeutes, comme la casse des machines pendant les émeutes, etc

2 – Il y a ensuite le « mouvement spontané » qui est la forme embryonnaire du conscient : l’embryon de la lutte de classe. Le degré de conscience est un peu plus élevé, mais ce degré suffit pour engendrer les luttes syndicales, le trade-unionisme, etc.

3 – Vient ensuite « la révolution », quand les masses dotées de leur avant-garde ont décidé d’agir sur les rapports de productions pour changer le mode de production lui même.

Point important pour le parti : Il ne faut pas confondre la naissance d’une nouvelle tendance et le manque de préparation de militant ou d’un parti.

En effet, le " suivisme ", c’est suivre le mouvement social, être à la queue du mouvement.

Le « suivisme » est la négation du rôle avant-garde du parti du prolétariat. Sans un niveau de conscience développé, les mouvements spontanés, encerclés par le " trade-unionisme ", resteront bloqués dans le cadre du réformisme.

C’est pourquoi les véritables révolutionnaires seront toujours attaqués par " les légaux " - les " légaux " sont des faux Marxiste-Léniniste - et les " sociaux-réformistes " bourgeois, car ces derniers veulent « conserver » les masses dans ce cadre " trade-unioniste ", réformiste.

Selon les opportunistes, mais aussi les " légaux ", l’agitation politique doit suivre l’agitation économique (lutte trade-unioniste).

En réalité, l’agitation politique est liée aux révélations politiques. Il faut donc donner aux travailleurs la passion des révélations politiques. Attention au " Brentannisme " : Pour Brentano, un économiste bourgeois allemand, la lutte de classe est possible sans révolution, car il peut y avoir une " harmonie " des intérêts ouvriers et bourgeois.

Les " opportunistes " diront que la lutte économique, syndicale, est le moyen le plus applicable " d’agitation politique ".

La croissance du mouvement ouvrier ne doit pas dépasser la croissance de l’organisation révolutionnaire, car cela serait le risque d’un travail artisanal. Toute attaque doit être proportionnée par rapport aux forces. Mais la lutte doit être en cohérence du pays dans lequel elle se développe et explose. Les luttes sont inévitablement différentes selon les pays et le « copié-collé » ne peut en aucun cas fonctionner pour le processus révolutionnaire.

Jimmy DALLEEDOO

Le Grand Soir