Qatar : violée, une Néerlandaise de 22 ans jugée coupable... " d’adultère "

, par  DMigneau , popularité : 37%

Qatar : violée, une Néerlandaise de 22 ans jugée coupable... " d’adultère "

Un tribunal qatari a jugé coupable d’adultère, ce lundi 13 juin, une Néerlandaise de 22 ans victime de viol, en mars dernier, après avoir été droguée. Une double peine prononcée dans la quasi indifférence de la communauté internationale...

Doha au Qatar, image d’illustration. - Kamran Jebreili/AP/SIPA

Violée mais coupable. Laura, une Néerlandaise de 22 ans, condamnée ce lundi 13 juin par un tribunal qatari pour " adultère " à un an de prison avec sursis, a été jugée coupable... de s’être fait violée, au mois de mars dernier, dans un hôtel. C’est en se rendant au commissariat pour porter plainte que la touriste a été placée en détention. Car au Qatar, pays ultra conservateur du Golfe, où la charia – la loi islamique - est rigoureusement appliquée, " les relations sexuelles en dehors des liens du mariage ", considérées comme un adultère, sont interdites a déclaré son avocat, Brian Lokollo à l’AFP.

Encore aurait-il fallu que ledit rapport sexuel ait été consenti. La jeune femme, en vacances au Qatar après s’être rendu en France pour le mariage d’un ami, a en effet expliqué être allée dans un hôtel où la consommation d’alcool est autorisée, pour " danser. " Mais quand " elle est revenue à sa table ", poursuit son avocat, " après la première gorgée de sa boisson, elle s’est rendue compte que quelqu’un avait ajouté quelque chose dans son verre. "

Laura fait alors un malaise. " Elle ne se souvient plus de rien jusqu’au matin, quand elle se réveille dans un appartement complètement inconnu et qu’elle réalise, à sa plus grande horreur, qu’elle a été violée ", a expliqué Brian Lokollo, toujours à l’AFP.

L’auteur du viol, jugé lui aussi coupable, a été condamné à cent coups de fouets pour adultère et à quarante coups supplémentaires pour avoir consommé de l’alcool. Il accuse la jeune femme de s’être prostituée.

Ce n’est pas tout. Laura devra s’acquitter d’une amende de 3000 riyals, (un peu plus de 700 euros), pour pouvoir bénéficier d’une procédure d’expulsion qui lui permettra de quitter le pays et de retrouver sa famille. Une double peine prononcée dans la quasi indifférence, notamment de la France, partenaire commercial privilégié du Qatar...

Magazine Marianne