Présidentielles au Chili : " Gabriel Boric s’apprête à transformer le pays " – Entretien avec Daniel Jadue

, par  DMigneau , popularité : 0%

Présidentielles au Chili : " Gabriel Boric s’apprête à transformer le pays " – Entretien avec Daniel Jadue

Daniel Jadue © Marielisa Vargas

Ce dimanche 21 novembre, les Chiliens éliront un nouveau président de la République, à l’occasion des élections générales. Nous avons interviewé Daniel Jadue, candidat « communiste » défait aux " primaires " et actuel soutien de la coalition de gauche portée par le favori Gabriel Boric.

À quelques heures du scrutin, il revient sur les enjeux de cette campagne.

Entretien réalisé par Pierre Lebert et Keïsha Corantin.

- LVSL : Le « Parti communiste » a été très actif pendant la campagne du candidat Gabriel Boric. Le parti a notamment insisté sur le fait qu’il veillerait à ce que le programme soit respecté. Vous sentez-vous préoccupé par la possibilité d’un accord plus large entre Gabriel Boric et d’autres forces de gauche qui pourrait affecter le programme actuel à l’approche du second tour ?

Daniel Jadue : En effet, nous avons participé très activement à l’ensemble de la campagne. Il est bon de noter qu’avant " la primaire ", les programmes avaient un pourcentage élevé de similitudes, puisque les deux proviennent des mêmes revendications, concrétisées le 18 octobre 2019

[ndlr : Le 18 octobre 2019, les étudiants descendent dans la rue pour protester contre l’augmentation du prix du ticket de métro, marquant le début du mouvement social au Chili].

Au-delà des différences de rythmes et de profondeur, dans l’idée générale, je pense qu’il y avait 70 % de convergence.

Après la " primaire ", il y a eu un travail commun pour arriver à un programme qui soit globalement convergent à plus de 90 %. C’est pourquoi le programme " Apruebo Dignidad " [ndlr : " Je suis pour la dignité ", nom de la coalition de gauche] est en grande partie le même que celui que le « Parti communiste » avait proposé pour notre candidature et nous pensons que ces programmes doivent être appliqués.

Il ne s’agit pas de devoir assurer une exécution " au pied de la lettre " du programme, mais d’être garant de la volonté constante de le réaliser, depuis le premier jusqu’au dernier jour de notre gouvernement.

Nous n’avons pas peur de débattre avec toutes les forces politiques. Lors des précédentes élections présidentielles, le « Parti Communiste » avait déjà entrepris des discussions au second tour, soutenant toujours des candidats venant d’autres partis. Cela avait permis l’incorporation des éléments centraux de notre programme.

Nous sommes donc disposés à ce que les autres forces politiques nous indiquent quelles seraient les ajouts au programme qui leur permettraient de contribuer à l’appel au vote, ainsi nous pourrions discuter de la possibilité d’intégrer au futur gouvernement ceux qui auraient le plus de convergences.

Voilà des négociations que va devoir diriger Gabriel Boris après le premier tour de ce dimanche.

- LVSL : Les derniers sondages indiquent un second tour entre Gabriel Boric et José Antonio Kast, le candidat « d’extrême droite » défenseur de la dictature de Pinochet.

Dans un Chili de tradition « conservatrice », ce dernier exprime la réaction d’une frange de la population qui s’oppose aux revendications du mouvement social et profite de la perte de crédibilité du candidat de droite Sebastian Sichel, " dauphin " du président sortant éclaboussé par des affaires de corruption.

Qui sont les électeurs de Kast ?

Pensez-vous que cette polarisation de la société chilienne sera un obstacle pour la mise en place des réformes ?

Daniel Jadue : Tout d’abord, je ne crois pas aux sondages. Les sondages chiliens ne sont plus fiables depuis de nombreuses années. La priorité accordée à la rentabilité sur la qualité technique de l’enquête a fait qu’ils adoptent tous aujourd’hui des méthodologies douteuses.

Je ne pense pas que Kast aura les résultats que les sondages lui prédisent. Aujourd’hui, toutes les enquêtes d’opinion sont réalisées " en ligne ", et cela représente un biais évident car seuls ceux qui ont accès à « Internet » y participent.

Dans notre pays, l’accès à « Internet » est étroitement corrélé à la classe sociale. Je pense donc que les résultats de Kast seront bien inférieurs. Il est possible qu’il n’arrive pas au second tour.

Ce que révèlent les sondages, ce n’est pas que les soutiens de Kast augmentent, mais que, dans la mesure où le candidat de la droite Sébastien Sichel dégringole, ceux qui arrêtent de croire en lui se replient sur la candidature de « l’extrême droite », la seule à défendre leurs intérêts et privilèges.

Lors de cette élection, les deux candidats de droite ne devraient pas dépasser les 40 %. Par conséquent, au second tour, le candidat du " camp des réformes " s’approchera au moins d’un 60 %.

- LVSL : Les élections de mai pour la formation de la « Convention constitutionnelle » ont surpris à deux égards : le score relativement fort des candidats " indépendants " et la haute abstention.

Ces dernières années, l’abstention a été largement analysée comme le reflet d’une méfiance du peuple envers les élites et les institutions politiques.

Au Chili cependant, le mouvement social a donné lieu à l’émergence de nouvelles figures, comme le montre le poids des candidats " indépendants " élus dans la « Convention constitutionnelle ».

Malgré ce renouveau et dans cette période historique d’émulation politique, comment expliquez-vous une abstention aussi élevée ?

Daniel Jadue : Je crois qu’elle n’est pas seulement synonyme de méfiance, elle est aussi synonyme d’absence de « contrat social », c’est-à-dire d’une relation adéquate entre la société et « l’État ».

La participation au scrutin fait partie d’une transaction, d’un contrat où « l’État » protège la citoyenneté en échange de loyauté et d’impôts.

Quand « l’État » n’offre aucune protection, il est difficile d’attendre en retour de la loyauté et des impôts.

On ne peut trouver de logique à ce qu’un tel « État » demande votre participation lors des élections. Donc, je pense que pour le moment, il n’y a aucun antécédent concret dans l’évolution du Chili qui nous permette de nous attendre à une augmentation de la participation.

- LVSL : Le rapport du « Parti communiste » avec Gabriel Boric a été un peu tendu ces dernières semaines, particulièrement en ce qui concerne les contextes cubain, vénézuélien et nicaraguayen.

Quelle politique extérieure imaginez-vous pour un possible gouvernement dans lequel participera le « Parti communiste » ?

Quel chemin prendre pour éventuellement consolider " l’intégration régionale " ?

Daniel Jadue : Quand il y a violations des « droits humains » n’importe où dans le monde, nous le condamnons. La tension se situe plutôt où l’on est disposé à aller quant à l’intervention dans les affaires internes des autres États ; si l’on doit - ou non - appeler à invalider les élections d’un pays qui est géré par ses propres lois.

Par exemple, personne n’aurait pensé à invalider l’élection qui a porté Bolsonaro au pouvoir au Brésil car Lula était en prison selon les lois brésiliennes, ce qui lui empêchait d’être candidat.

Personne n’a jamais dit, en Amérique latine, qu’ayant mis Lula en prison avant l’élection, le Brésil avait cessé d’être une démocratie ou que l’élection pouvait être invalidée.

Le « double standard » explique ces tensions internes.

Nous attendons que le futur gouvernement " désidéologise " les relations internationales et qu’il encourage la mise en œuvre et le respect des « droits humains » dans le monde entier, mais que ceci se fasse d’une manière absolument transversale.

Qu’il respecte - en outre - le « droit international » et ne se plie pas devant n’importe quelle tentative d’intervention étrangère et, moins encore, à la politique extérieure américaine qui a fait tant de tort dans le monde.

Il faut promouvoir des relations internationales " désidéologisés ", qui font primer le multilatéralisme et se refusent à l’adoption de sanctions unilatérales, pour permettre au monde de résoudre les problèmes par la voie pacifique et le dialogue.

Je suis partisan de l’intégration " latino-américaine ". Je crois que la dynamique mondiale est allée vers une consolidation des blocs régionaux qui permettent une meilleure insertion dans un monde global très compétitif.

Si le Chili ne s’associe pas avec ses voisins, il lui sera très difficile de s’imposer dans le cadre de cette économie globale.

- LVSL : Le Chili est l’une des économies les plus " extraverties " du monde. Il a signé de nombreux traités de " libre-échange ". À gauche, la révision de ces accords a été sujette à débat lors de la campagne.

Vous soutiendriez une renégociation de certains traités ?

Daniel Jadue : Gabriel Boric et moi sommes d’accord sur les mêmes points. Tous les traités peuvent être révisés, aucun " n’est gravé dans le marbre ".

L’idée est de renégocier les éléments qui feraient obstacle au programme " Apruebo Dignidad " : je pense à la deuxième phase du modèle " exportateur ", aux programmes " d’industrialisation verte "…


[ndlr : par " deuxième phase " est entendue l’orientation progressive vers des produits à plus forte " valeur ajoutée " et à plus fort contenu technologique afin de prendre position sur des segments dynamiques du commerce international.].


Les traités de " libre-échange " ont des aspects négatifs. Ils sont à l’origine d’une désindustrialisation précoce du modèle de production chilien. Je suis d’avis qu’il faille les réviser et l’équipe économique de Gabriel Boric a la même conviction.

Il ne s’agit pas de " fermer le pays " ou d’arrêter les échanges, mais de faire en sorte que ces échanges soient mutuellement favorables pour toutes les parties.

Ce n’est pas le cas actuellement.

- LVSL : La situation des Mapuche en Araucanie est critique et a empiré depuis la militarisation de la région par le gouvernement de Sebastián Piñera. Vous êtes pour « l’auto-détermination » du peuple mapuche.

Selon vous, quelle est la meilleure manière de sortir de ce conflit ?

Daniel Jadue : Je suis partisan de « l’auto-détermination » des peuples n’importe où dans le monde et pas seulement dans le cadre de « l’État » national comme instrument de domination de classe.

Car beaucoup de personnes parlent « d’auto-détermination » des peuples mais dans le cadre stricte de « l’État » national. Je pense à la situation de la Catalogne, des Arméniens, des Kurdes… où l’on rencontre desdits partisans de « l’auto-détermination » des peuples, pourvu que leurs États nationaux ne s’en trouvent pas affectés.

Je crois que « l’auto-détermination » des peuples est une valeur universelle absolue qui ne peut être restreinte par « l’État » national. Or – et c’est une conviction personnelle que je n’impose à personne – dans le monde actuel, il n’existe aucun « État » national ; tous les États sont " pluri-nationaux ", tous les États sont " inter-culturels " et tous les États sont " plurilingues ".

La seule solution, pour le sud du Chili, est le début d’un chemin vers la formation d’un État " pluri-national ", " inter-culturel " et " pluri-lingue ". Cela implique de cesser de rendre hommage au génocide des peuples autochtones et d’abandonner la tentative de subordonner l’organisation sociale des peuples autochtones à l’organisation administrative de « l’État ».


NDLR : Au Chili, le 12 octobre célèbre l’arrivée des espagnols sur le continent américain. Les mouvements autochtones s’opposent à cet hommage, vécu comme un affront aux souffrances de la colonisation.

Commémoré sur l’ensemble du continent, la fête du 12 octobre revêt un sens différent selon les pays, certains se sont orientés davantage vers un travail de mémoire pour répondre aux revendications autochtones.

Pour approfondir ces questions, lire sur " LVSL " notre entretien avec Elisa Loncón, présidente de « l’Assemblée constituante » chilienne : " Le Chili ne sera plus le même après la nouvelle Constitution "

https://lvsl.fr/elisa-loncon-antileo-le-chili-ne-sera-plus-le-meme-apres-la-nouvelle-constitution/


- LVSL : Pensez-vous que l’élection d’Elisa Loncón, femme mapuche, à la présidence de la « Convention constitutionnelle » marque un tournant pour le Chili ?

Daniel Jadue : Avant même la formation de la « Convention constitutionnelle » et sous la pression des citoyens ainsi que des partis politiques qui ne l’avaient pas signé, il faut rappeler que le « Congrès » a corrigé l’accord du 15 novembre 2019, qui n’imposait pas la parité et la participation des peuples aborigènes.


[ndlr : cet accord de " sortie de crise " fut signé au Parlement avec le soutien des principaux partis du pays. Il fixa la tenue d’un référendum pour une nouvelle Constitution en avril 2020.

Ce texte fut rejeté par les partis « d’extrême gauche » qui y voyait une forme " d’amnistie " pour Sebastián Piñera et son gouvernement.].


L’édification d’une « Assemblée constituante » paritaire, avec les peuples autochtones, représente une avancée très significative couronnée par l’élection d’Elisa Loncón à sa présidence.

Ces avancées ne sont qu’un début. Le gouvernement de Gabriel Boric s’apprête à transformer le Chili.

Keïsha CORANTIN,

Pierre LEBRET

LeVentseLève.fr