« Près de 2 milliards de personnes souffrent d’insécurité alimentaire » — Entretien avec José Graziano da Silva (ex-directeur de la FAO)

, par  DMigneau , popularité : 0%

« Près de 2 milliards de personnes souffrent d’insécurité alimentaire » — Entretien avec José Graziano da Silva (ex-directeur de la FAO)

José Graziano da Silva a été « directeur général » de la FAO (organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) de 2012 à 2019, dont le programme alimentaire mondial est lauréat du dernier « prix Nobel de la paix ».

En 2001, il a coordonné l’élaboration du " Programa fome zero " (" programme zéro faim "), l’un des principaux axes de l’agenda proposé par Lula lors de sa campagne présidentielle.

Entre 2003 et 2004, il a officié comme ministre extraordinaire de la « Sécurité alimentaire ».

Le programme " zéro faim ", selon les données officielles, a permis de sortir 28 millions de Brésiliens de la pauvreté et de réduire la malnutrition de 25 %.

Il est actuellement directeur de « l’Institut zéro faim ».

Entretien réalisé par Pierre Lebret, traduit par Marine Lion, Lauréana Thévenet, Adria Sisternes et Marie M-B.


LVSL : Le nombre de personnes qui souffrent de la faim a augmenté ces dernières années, provoquant des déséquilibres au niveau mondial. Plus qu’un manque de ressources, c’est - nous le savons - une mauvaise redistribution de ces dernières.

Ce retour en arrière démontre clairement qu’il faut agir plus fort et de manière urgente si l’on prétend atteindre " l’Objectif de développement durable " et la " faim zéro " pour 2030.

Quelle est votre point de vue sur cette évolution ?

José Graziano da Silva : Nous sommes sans aucun doute revenus en arrière. Malheureusement, c’est depuis 2016 que nous avons pu voir un nombre croissant de personnes souffrant de la faim dans le monde.

Ce sont, selon les dernières estimations de la FAO, 690 millions de personnes si l’on prend en considération l’indicateur de malnutrition - la mesure traditionnelle de la FAO - qui s’appelle POU (" Prevalence Of Undernourishment ").

Mais il y a un autre indicateur plus sophistiqué qui est la mesure de « l’insécurité alimentaire grave », qui concerne la situation des personnes qui ne mangent pas trois fois par jour ou qui ne mangent pas assez pour rester en vie et de manière saine.

À cette situation des 750 millions de personnes qui souffrent « d’insécurité alimentaire grave », le monde a vu en 2019 - avant, donc, la pandémie - une autre augmentation encore plus forte de personnes qui souffrent d’insécurité alimentaire " modérée " et cela rajoute 1 250 millions de personnes.

Et si on y rajoute les 750 millions de personnes souffrant de faim, nous avons presque 2 milliards de personnes qui souffrent « d’insécurité alimentaire » modérée ou grave, ce qui contrevient à un des axes fondamentaux de " l’Objectif pour le développement durable " (ODD) connu comme " zéro faim ".

Il faut également prendre en compte les personnes qui ont une alimentation malsaine — beaucoup de graisse, de sel ou de sucre —, et cela est ma plus grande inquiétude concernant la pandémie.

La pandémie accentue, pour les pays riches et pauvres, pour des secteurs sociaux avec des revenus faibles et des secteurs sociaux à hauts revenus, une tendance à l’obésité que l’on voyait déjà auparavant.

Aujourd’hui, il y a dans le monde davantage d’obèses que de victimes de la faim, et l’obésité augmente encore plus rapidement dans toutes les couches sociales. C’est un aspect qui peut aggraver les résultats de cette pandémie, car comme nous le savons tous l’obésité est une forme de maladie non transmissible qui accentue les effets d’autres maladies non transmissibles comme le diabète, les maladies cardiaques etc…

LVSL : En octobre, le « prix Nobel de la paix » a été décerné au " Programme alimentaire mondial " (PAM). Vous avez été directeur de la FAO jusqu’en 2019 et créateur de l’un des plans d’action les plus emblématiques au monde pour éradiquer la faim avec le programme " zéro faim " au Brésil à partir de 2003.

Comment avez-vous reçu cette nouvelle ?

Que représente pour vous cette reconnaissance du PAM ?

José Graziano da Silva : C’était une reconnaissance de la relation entre la faim et la paix, c’est-à-dire entre l’insécurité alimentaire et les conflits.

Cette question a été soulevée pour la première fois au « Conseil de sécurité » par moi-même, en tant que « Directeur général » de la FAO en mars 2016.

À cette occasion, nous avons présenté une série de chiffres très convaincants indiquant qu’il y avait une relation directe entre l’intensification des conflits et l’augmentation de « l’insécurité alimentaire », c’est-à-dire de la faim dans les pays touchés.

Mais nous avons aussi proposé une lecture du lien de " cause à effet " dans un sens inverse : la faim produit et suscite des situations de conflit.

Il y avait des évidences, dans plusieurs pays africains - comme la Somalie, par exemple - où la faim était l’une des causes sous-jacentes, pour le moins, du déclenchement de conflits armés.

En plus du prix accordé au PAM, je serais davantage satisfait s’il avait également été décerné à la FAO, car le PAM circonscrit ses actions aux pays qui sont en conflit déclaré et sont surveillés par le « Conseil de sécurité » des Nations unies.

Je crois que la résolution numéro 2417 du « Conseil de sécurité », sur la relation entre la faim et les conflits, adoptée en mai 2018, a clairement mis en évidence cette double relation : la faim comme conséquence du conflit — à l’époque, deux personnes sur trois qui souffraient de la faim étaient dans des pays ou zones de conflit armé — et la faim en tant que cause potentielle de conflits internes et de l’exacerbation des conflits dans les pays.

LVSL : Le monde doit faire face à différentes crises, de la crise climatique à la crise sanitaire du " Covid-19 ", en passant par les crises économiques et démocratiques.

Elles affectent toutes, d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement, à l’un des droits fondamentaux des êtres humains : le droit à l’alimentation.

En tant qu’ex-ministre de la « Sécurité alimentaire » du gouvernement de l’ex-président Lula da Silva, quelles sont selon vous mesures les gouvernements devraient prendre d’urgence pour éviter un recul conséquent dans la lutte contre la faim ?

José Graziano da Silva : Je pense que les mesures urgentes que doivent prendre les gouvernements sont, dans un premier temps, un transfert de revenus vers des programmes - comme la " Bolsa familia " [bourse mise en place sous la présidence de Lula, N.D.L.R] - ou d’autres mécanismes de transfert, pour les personnes qui ont perdu leurs emplois et qui n’ont par conséquent aucune source de revenus pendant cette période pandémique.

Dans un deuxième temps, il faut prendre en compte les cantines scolaires. Elles sont vitales, surtout dans les pays " en développement " ou dans les pays les plus pauvres. Pour la plupart des enfants, c’est à l’école qu’ils peuvent manger leur unique repas de la journée.

Il est donc vital de maintenir ce réseau de sous-traitants alimentaires pour les enfants, non seulement parce que les enfants seront compromis dans leur avenir s’ils souffrent de la faim, mais aussi parce qu’ils représentent les générations futures et nous ne voulons pas qu’elles soient affaiblies par le manque de nourriture adéquate.

Enfin, il faut également faire preuve d’une attention particulière à l’augmentation de l’obésité.

L’augmentation en raison de l’épidémie de la consommation de produits transformés - et surtout " ultra-transformés " - comme, par exemple, la charcuterie est une " porte ouverte " à l’aggravation de la pandémie d’obésité dont souffre surtout le monde " en développement ", pire encore dans les pays " développés ".

Du point de vue de la « Sécurité alimentaire », je pense que ces trois mesures sont les mesures les plus urgentes et nécessaires à prendre pendant cette pandémie de " Covid-19 ".

LVSL : La mondialisation est critiquée pour l’abandon des formes traditionnelles du travail de la terre, la rupture des liens familiaux et les formes culturelles de solidarité qu’elle a initiées.

Qu’en pensez-vous ?

José Graziano da Silva : L’abandon des formes traditionnelles du travail de la terre, surtout les formes collectives ou les formes qui se basent sur les liens familiaux, et l’abandon des formes culturelles de solidarité, par exemple pendant les récoltes, ont sans aucun doute un effet négatif.

Mais cette situation ne va pas rester telle quelle, puisque des moyens de reprendre ces activités traditionnelles et ces formes culturelles sont en train d’être mis en place, surtout chez les petits producteurs.

LVSL – Au Sud comme au Nord, nous constatons que les États rencontrent de grandes difficultés pour garantir les droits fondamentaux de la population, y compris le droit à l’alimentation.

En complément de l’action de l’État, on trouve le " tissu associatif ".

Que pensez-vous de la nécessité d’une participation plus active de la « société civile » pour pouvoir renforcer la protection des droits fondamentaux des individus ?

José Graziano da Silva : Sans aucun doute, le rôle de la société, surtout de la société civile organisée, est fondamental dans le combat contre la faim et « l’insécurité alimentaire ».

Je répète toujours que ce n’est pas un gouvernement qui éradique la faim, c’est une société qui décide d’éradiquer la faim, et pour cela les acteurs de tous les secteurs sociaux doivent participer : le gouvernement, le secteur « privé », les ONG, les syndicats, tous ceux qui ont quelque chose à faire et à dire sur la faim.

C’est une activité très simple, par exemple, la mobilisation actuelle, surtout pendant les premiers mois de la pandémie pour aider les personnes qui étaient à la rue, qui n’avaient aucune source de revenus, les personnes qui avaient perdu leur emploi, cette forme de solidarité qui est plus que nécessaire, encore plus avec la pandémie actuelle, c’est fondamental pour une société afin de pouvoir combattre les maux comme la faim et « l’extrême pauvreté ».

LVSL : Dans ce contexte de crise mondiale et de remise en cause du multilatéralisme de certains leaderships, croyez-vous que les capacités de la coopération internationale pour le développement soient en péril pour lutter contre la faim ?

José Graziano da Silva : Face à la remise en cause croissante de l’efficacité de la coopération internationale, surtout de la part des pays " numéros un " dans le monde, ces dernières années, la coopération internationale pour le développement a beaucoup réduit ses activités.

Le monopole des États-Unis sous le gouvernement de Trump fut " un coup dur " pour l’ensemble du système multilatéral.

Je crois que le changement peut être important avec le nouveau président des États-Unis, notamment si le président Biden réussit à donner une orientation différente à son « Département de l’Agriculture », qu’il cesse d’être un représentant des grands producteurs de céréales du Midwest américain.

Il y a un mouvement interne aux États-Unis pour faire que le « Département de l’Agriculture » réoriente ses priorités concernant la défense des consommateurs, pour des programmes comme les labels sur les aliments et d’autres sujets et qu’il ne se préoccupe pas tant des exportations de produits primaires des grands propriétaires terriens étasuniens mais de la santé de la grande majorité des habitants des États-Unis.

Si cela se concrétise et que nous avons une personne plus sensible aux sujets de « Sécurité alimentaire » nutritionnelle au « Département de l’Agriculture », je crois qu’il y aura une impulsion bien plus importante pour que la coopération internationale pour le développement puisse avoir à nouveau un rôle important dans la lutte contre la faim.

LVSL : En Amérique Latine, plus de 80 % de la population est concentrée dans les zones urbaines.

Comment réussir à renforcer le secteur et le tissu de la " petite agriculture " pour consolider la « Sécurité alimentaire » et lutter contre le changement climatique ?

Quels mécanismes innovateurs qui devraient être consolidés, mis en place, et parfois copiés vous semblent pertinents ?

José Graziano da Silva : C’est une situation très difficile en particulier en ce moment durant la pandémie et ce sera encore pire après.

Les États latino-américains sont endettés. Ils se sont endettés encore plus durant la pandémie avec certains programmes de transferts de revenus et d’autres programmes pour soutenir un minimum la « Sécurité alimentaire » de la population.

Étant donné qu’une deuxième vague de " coronavirus " approche, je pense que la récupération sera lente. De nombreuses personnes ont parlé d’une récupération rapide, moi, je ne la vois pas.

Par conséquent, il faut penser à deux, trois années de plus à vivre avec cette pandémie, avec la possibilité d’une deuxième voire d’une troisième vague. Avoir prochainement les vaccins est une chose, mais faire que les vaccins soient distribués et administrés à toute la population, et notamment aux groupes à haut risque en est une autre.

De fait, il n’y a pas de " remèdes miracles ", mais il faut insister sur le soutien de la petite production, de l’agriculture familiale de manière durable et des initiatives existantes.

Ici, au Brésil, par exemple, le développement de " l’agro-écologie " est une réalité. Il existe des entités et des associations qui promeuvent ces nouveaux moyens technologiques et de substitution des technologies traditionnelles de la « Révolution verte » qui, a entrainé une destruction environnementale sans précédent dans le pays.

Le but est d’avoir notamment la possibilité de préserver les forêts, le sol et les eaux qui sont des variables fondamentales si nous souhaitons que la récupération " post-pandémie " soit durable.

La Rédaction

LeVentseLève.fr