" Pouvoir d’achat " : le PS va déposer une proposition de loi pour obliger Macron " à se positionner "

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Pouvoir d’achat " : le PS va déposer une proposition de loi pour obliger Macron " à se positionner "

Valérie Rabault, députée " Nupes-PS " du Tarn-et-Garonne.Alain ROBERT/SIPA

Afin de contraindre « l’exécutif » à définir l’orientation de sa politique, le groupe " socialiste " à « l’Assemblée nationale » va déposer une proposition de loi sur le " pouvoir d’achat ", qui comprendra notamment la hausse du Smic à 1 500 euros.

Les " socialistes " renvoient à leur tour Emmanuel Macron à ses responsabilités.

Le groupe PS à « l’Assemblée nationale » va déposer une proposition de loi sur le " pouvoir d’achat " avec " cinq ou six " mesures clés, notamment " le Smic à 1 500 euros ", pour obliger le gouvernement à " se positionner ", a annoncé ce vendredi 24 juin la députée " Nupes-PS " du Tarn-et-Garonne Valérie Rabault.

« Nous allons déposer une proposition de loi avec cinq ou six propositions clés en disant : " voilà ce que nous pensons important et indispensable pour faire en sorte d’améliorer la situation et notamment celle du " pouvoir d’achat ", ce qui permettra aussi au gouvernement de se positionner  », a-t-elle déclaré sur " France 2 ".

https://twitter.com/infofrance2/status/1540212184533409792?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1540212184533409792%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.marianne.net%2Fpolitique%2Fgauche%2Fpouvoir-dachat-le-ps-va-deposer-une-proposition-de-loi-pour-obliger-macron-a-se-positionner

Il s’agit de « dire au gouvernement : " on ne peut pas continuer ce blocage, voici ce que nous vous proposons, qu’est-ce que vous en pensez ? " » a ajouté la députée du Tarn-et-Garonne réélue ce dimanche 19 juin.

Elle a souhaité « que la " Première ministre " fasse un discours de politique générale clair, avec dix propositions charpentées, qu’elle aurait l’occasion d’aborder avec les uns et les autres, et qu’elle engage sa responsabilité là-dessus  ».

" Pas grand-chose " dans le programme présidentiel

Après la perte par les " macronistes " de leur majorité absolue au Parlement, « le président de la République ne peut pas " renvoyer la balle " aux différents groupes parlementaires et ne pas engager un dialogue », a insisté Valérie Rabault, affirmant " ne pas avoir vu grand-chose " dans le programme présidentiel " à part la retraite à 65 ans ".

Elle a refusé l’idée d’une " coalition de gouvernement ", une des pistes proposées par Emmanuel Macron pour sortir de la crise.

" En revanche, voter des projets de loi, la réponse est oui, on l’a toujours fait ", a fait valoir Valérie Rabault, candidate pour prendre la tête de la " commission des Finances " de la nouvelle « Assemblée ».

La députée du Tarn-et-Garonne a refusé de dire si elle voterait - ou pas - une motion de censure, préférant attendre de voir quelles mesures le gouvernement " propose ".

Emmanuel Macron a demandé mercredi 22 juin aux partis d’opposition de " dire en toute transparence jusqu’où ils sont prêts à aller " pour " bâtir des compromis " : " entrer dans une coalition de gouvernement et d’action (ou) s’engager à voter simplement certains textes, notre budget ".

Les partis ont commencé à répondre jeudi, en " renvoyant la balle " dans le camp présidentiel, refusant l’idée d’un gouvernement de coalition et souhaitant redonner au « Parlement » tout son rôle dans l’examen de textes " au cas par cas ".

La Rédaction

Marianne.fr