" Pouvoir absolu et arbitraire " : La mise à mort de " Extinction Rebellion " et de Julian Assange

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Pouvoir absolu et arbitraire " : La mise à mort de " Extinction Rebellion " et de Julian Assange

Les citations abusives des vérités énoncées par George Orwell sont si répandues que nous pouvons facilement passer à côté de leur signification. Par exemple, avec une ironie parfaite (orwellienne), la BBC a placé une statue d’Orwell à l’extérieur de la Broadcasting House, portant l’inscription :

" Si la liberté signifie quelque chose, c’est le droit de dire aux gens ce qu’ils ne veulent pas entendre. "

De belles paroles, mais suffisamment ambiguës : la BBC pourrait prétendre qu’elle ne fait qu’exercer sa " liberté " en canalisant sans cesse la vision du monde des « puissants » - une propagande grossière que beaucoup de gens " ne veulent certainement pas entendre ".

La véritable intention d’Orwell est plus claire dans ce deuxième commentaire :

" Le journalisme, c’est imprimer ce que quelqu’un d’autre ne veut pas voir imprimé : tout le reste, ce sont des relations publiques ".

Dans cette phrase qui lui est attribuée - bien qu’il y ait un certain débat sur son origine - Orwell parlait du « pouvoir » ; le vrai journalisme défie les « puissants ». Et c’est là la différence essentielle entre le travail vital de " WikiLeaks " et le rôle de propagande joué par les " médias officiels " comme la BBC, chaque jour, sur pratiquement tous les sujets.

Le 6 septembre, le " Mail on Sunday " a publié deux éditoriaux, côte à côte.

Le premier s’intitulait : " Une sinistre et honteuse attaque contre la liberté d’expression ". Il décriait l’action de " Extinction Rebellion " de vendredi dernier visant à bloquer les imprimeries de trois journaux appartenant à " UK News " de Rupert Murdoch.

Le deuxième éditorial - comme nous le verrons plus loin - était un timide appel à ne pas envoyer Julian Assange aux États-Unis, à la veille de son audience d’extradition cruciale à Londres.

La protestation de " Extinction Rebellion ", qui n’a duré que quelques heures, a temporairement empêché la distribution des journaux de Murdoch, tels que le " Sun " et le " Times ", ainsi que d’autres titres imprimés par les presses de Murdoch, notamment le " Daily Mail ", le " Mail on Sunday " et le " Daily Telegraph ".

L’éditorial du " Mail on Sunday " a condamné - comme on pouvait s’y attendre - la prétendue tentative de " censure " par des manifestants, en la déclarant :

" Un retour aux pires années de militantisme syndical, qui a failli étrangler une presse libre et qui n’a été vaincu que par l’action déterminée de Rupert Murdoch ".

Le journal s’est enflammé : " Le blocus des journaux était une tentative honteuse et dangereuse d’écraser la liberté d’expression, qui ne doit jamais se reproduire ".

C’est le message de propagande qui a été répété dans la plupart des " médias traditionnels ", incarné par la rhétorique creuse du « Premier ministre », Boris Johnson : " Une presse libre est essentielle pour que le gouvernement et d’autres institutions puissantes rendent des comptes sur des questions cruciales pour l’avenir de notre pays, notamment la lutte contre le changement climatique. Il est tout à fait inacceptable de chercher à limiter ainsi l’accès du public aux informations ".

Les commentaires de Johnson auraient pu être une pure satire écrite par Chris Morris, Mark Steel ou feu Jeremy Hardy. Plus près de la vérité, un autre Johnson - Samuel - a décrit la " presse libre " comme " des gribouillis au dos de publicités ".

Comme " Media Lens " l’a démontré à plusieurs reprises au cours des 20 dernières années, ce sont les médias officiels, dont " BBC News ", qui ont sans cesse limité l’accès du public aux informations en lui refusant toute la vérité sur :

- la dégradation du climat,

- le bellicisme du « Royaume-Uni » et des États-Unis, y compris les guerres en Irak, en Afghanistan et en Libye,

- l’armement de l’Arabie saoudite et la complicité de ce régime brutal dans la destruction du Yémen,

- le soutien du gouvernement britannique à l’État « d’apartheid » d’Israël alors même qu’il écrase le peuple palestinien,

- l’ouverture insidieuse du NHS [" Système de santé " en GB - Ndt] aux intérêts privés et de nombreuses autres questions d’importance publique.

Quand la mythique " presse libre " a-t-elle jamais demandé des comptes à Boris Johnson ou à l’un de ses prédécesseurs au « 10 Downing Street » [bureau du « Premier Ministre »] ?

Qui peut oublier que Tony Blair, qui a " baigné dans le sang " de tant d’Irakiens, est toujours tenu en estime comme un « homme d’État » âgé dont les opinions sont recherchées par les médias " traditionnels ", notamment la " BBC News " et le " Guardian " ?

Comme l’a récemment écrit John Pilger :

« Mettez toujours Julian Assange en contraste avec Tony Blair. L’un se battra pour sa vie au tribunal le 7 septembre pour le " crime " de révéler des crimes de guerre, tandis que l’autre se soustrait à la justice pour le crime suprême qu’est l’Irak ».

Le ministre de la santé, Matt Hancock, qui a présidé à une catastrophe nationale de « santé publique » avec des taux de mortalité en forte hausse pendant la pandémie de " coronavirus ", a eu l’affront de " tweeter " une photo de lui avec un paquet de journaux de droite sous le bras, déclarant :

" Il est totalement scandaleux que " Extinction Rebellion " tente de supprimer la liberté d’expression en entravant la sortie des journaux. Ils doivent être traités avec toute la force de la loi ".

C’est Hancock lui-même, ainsi que ses collègues et conseillers du gouvernement - notamment Johnson et son protecteur, Dominic Cummings - qui devraient " être traités avec toute la force de la loi ".

Comme l’a dit Richard Horton, rédacteur en chef de la revue médicale " The Lancet ", à propos de Boris Johnson en mai :

" Vous avez foiré, M. le Premier ministre. C’était criminel. Et vous le savez. "

" Extinction Rebellion " (XR) a expliqué succinctement via " Twitter " les raisons de son action " totalement scandaleuse " :

" Chers journalistes, nous sommes désolés pour les perturbations causées à vos affaires ce matin.

Cher Monsieur Murdoch, nous ne sommes absolument pas désolés de continuer à perturber votre ordre du jour ce matin. @rupertmurdoch #FreeTheTruth #ExtinctionRebellion #TellTheTruth’. "

Un article sur le site web de XR, simplement intitulé " Nous n’avons pas de presse libre ", disait :

" Nous sommes dans une situation d’urgence sans précédent et les journaux que nous avons ciblés ne reflètent pas l’ampleur et l’urgence de ce qui arrive à notre planète. "

L’un des manifestants de XR était " Steve ", un ancien journaliste qui a travaillé pendant 25 ans pour le " Sun ", le " Daily Mail ", le " Telegraph " et le " Times ".

Il a été filmé sur place pendant la manifestation. Il a expliqué qu’il participait, en partie, parce qu’il s’inquiétait de voir ses enfants sans avenir. Et l’une des principales raisons pour lesquelles nous en sommes arrivés là, c’est que les journalistes sont " coincés dans un système toxique où ils n’ont pas d’autres choix que de raconter les histoires que ces journaux veulent raconter ".

Il a poursuivi :

« Chaque personne qui travaille pour " News International " ou un journal du " Mail " sait quelle histoire est - ou n’est pas - acceptable pour son patron. Et leurs patrons le savent parce qu’ils savent ce qui est acceptable pour Murdoch ou Rothermere ou pour les autres milliardaires qui contrôlent 70 % de nos médias ».

Steve a dit qu’il avait quitté ce système parce qu’il " ne supportait pas la façon dont il fonctionnait ".

Le dernier rapport de " Media Reform Coalition " sur la propriété des médias britanniques, publié en 2019, a révélé l’ampleur du problème de la propriété extrêmement concentrée des médias.

Trois entreprises seulement - " News UK " de Rupert Murdoch, " Daily Mail Group " et " Reach " (éditeur des titres du " Mirror ") - dominent 83 % du marché national des journaux contre 71 % en 2015. Si l’on tient compte des " lecteurs en ligne ", seules cinq entreprises - " News UK ", " Daily Mail Group ", " Reach ", " Guardian " et " Telegraph " - dominent près de 80 % du marché.

Comme nous l’avons relevé à propose de l’action de XR :

« Arrêtez de dénoncer cela comme une attaque contre la " presse libre " ; il n’y a pas de presse libre. Il y a une presse commerciale, milliardaire, qui maximise les profits et dépend de la publicité, qui a sciemment supprimé la vérité sur l’effondrement du climat et la nécessité d’agir pour sauvegarder leurs profits  ».

Zarah Sultana, députée " travailliste " de Coventry South, a également exprimé son soutien :

" Un petit nombre de milliardaires possède de vastes pans de notre presse. Leurs journaux font sans relâche campagne pour la politique de droite, défendant les intérêts de la classe dirigeante et faisant des minorités des boucs émissaires.

Une presse libre est essentielle à la démocratie, mais une trop grande partie de notre presse n’est pas libre du tout ".

En revanche, le leader " travailliste " Keir Starmer a une fois de plus démontré qu’on pouvait " compter sur lui " en condamnant la protestation de XR.

Craig Murray a commenté :

« Au moment où le gouvernement propose de désigner " Extinction Rebellion " comme un " grave crime en bande organisée ", le marionnettiste de droite Keir Starmer condamne religieusement le groupe, en déclarant : " La presse libre est la pierre angulaire de la démocratie et nous devons faire tout notre possible pour la protéger ". »

Starmer avait également fait un commentaire :

« Refuser aux gens la possibilité de lire ce qu’ils choisissent est une erreur et ne fait rien pour lutter contre le changement climatique.

Mais refuser aux gens la possibilité de lire ce qu’ils choisiraient - la vérité défavorable aux entreprises - sur le changement climatique, c’est exactement ce que font les médias commerciaux, faussement appelés " médias grand public ". »

Justin Schlosberg, activiste des médias et conférencier, a fait un certain nombre d’observations judicieuses sur la " liberté de la presse " dans un fil de discussion sur " Twitter " (à partir d’ici) :

" 9 fois sur 10, lorsque les Britanniques parlent de protéger la liberté de la presse, ils veulent en fait dire protéger le pouvoir de la presse ".

Il a souligné " l’énorme mythe " promulgué par les médias commerciaux, qui tentent sans cesse de résister à toute tentative de limiter leur pouvoir, à savoir que :

« La presse traditionnelle britannique est un pilier essentiel de notre démocratie, couvrant une diversité de points de vue et respectant les normes professionnelles du journalisme... mais la réalité est plus proche de l’inverse de ces affirmations.

Plus de 10 millions de personnes ont voté pour un parti " socialiste " lors des dernières élections (13 millions en 2017) et les sondages ont constamment montré que la majorité du public britannique s’oppose à l’austérité  ».

Schlosberg a poursuivi :

« La " diversité " de notre presse nationale [...] couvre le spectre politique allant du " libéral/centre " à la droite dure et a soutenu massivement l’économie d’austérité pendant la majeure partie des quatre dernières décennies... [de plus] la presse britannique jouit d’une réputation internationale inégalée pour produire une diatribe de discours haineux faux, racistes et misogynes contre tout ce qui peut être qualifié de journalisme  ».

Il a conclu à juste titre :

" Ironiquement, l’une des plus grandes menaces pour la démocratie est une presse qui continue à tisser des mythes pour soutenir ses intérêts et une BBC qui continue à les assimiler sans esprit critique ".

Assange dans le collimateur américain

Outre l’attaque d’extrême droite contre les militants climatiques, le " Mail " on " Sunday ", qui appartient à un milliardaire et qui met en évidence l’absence d’une " presse libre ", le journal a publié un éditorial qui évoque brièvement le danger que représenterait pour tous les journalistes l’extradition du cofondateur de " WikiLeaks ", Julian Assange, du « Royaume-Uni » vers les États-Unis :

" Les accusations portées contre M. Assange, en vertu de la loi américaine sur l’espionnage, pourraient être utilisées contre des journalistes légitimes dans ce pays ".

L’implication est que M. Assange ne doit pas être considéré comme un " journaliste légitime ". En effet, le « journal d’opinion » du milliardaire Rothermer - une description plus précise que " journal " - a clairement exprimé son antipathie à son égard :

" Les révélations de M. Assange sur les fuites ont causé un grave embarras à Washington et sont également accusées d’avoir causé des dommages matériels. "

Le terme " embarras " fait référence à la révélation d’actions criminelles américaines menaçant la capacité du grand « État voyou » à commettre des crimes similaires à l’avenir : pas " embarrassant " - Washington est sans honte - mais potentiellement limitatif.

" The Mail on Sunday " a poursuivi :

" M. Assange a été une nuisance spectaculaire pendant son séjour dans ce pays, violant la liberté sous caution et faisant perdre du temps à la police en se réfugiant à l’ambassade d’Équateur.

Le " Mail on Sunday " désapprouve une grande partie de ce qu’il a fait, mais nous devons également nous demander si son traitement actuel est juste, correct ou équitable ".

Les insinuations et les calomnies subtiles contenues dans ces quelques lignes ont été démolies à plusieurs reprises et il n’a pas été fait mention du fait que Nils Melzer, le « Rapporteur spécial » des Nations unies sur la torture, ainsi que de nombreux médecins, « experts en santé » et organisations de défense des « droits de l’Homme », ont fermement condamné les terribles abus commis par le « Royaume-Uni » à l’encontre d’Assange et ont exigé sa libération immédiate.

Melzer a accusé le gouvernement britannique d’avoir torturé Assange :

" Le but premier de la torture n’est pas nécessairement l’interrogatoire, mais très souvent la torture est utilisée pour intimider les autres, pour montrer au public ce qui se passe si vous ne vous soumettez pas au gouvernement.

C’est le but de ce qui a été fait à Julian Assange.

Il ne s’agit pas de le punir ou de le contraindre, mais de le réduire au silence et de le faire en plein jour, en rendant visible au monde entier que ceux qui dénoncent les abus des puissants ne bénéficient plus de la protection de la loi, mais seront essentiellement anéantis.

Il s’agit d’une démonstration de pouvoir absolu et arbitraire ".

Melzer a également parlé du prix qu’il devra payer pour avoir défié « les puissants » :

" Je ne me fais pas d’illusions sur le fait que ma carrière aux Nations unies est probablement terminée.

Après avoir affronté ouvertement deux États du P5 (membres du Conseil de sécurité des Nations unies) comme je l’ai fait, il est très peu probable qu’ils m’acceptent à un autre poste de haut niveau.

On m’a dit que mon engagement sans compromis dans cette affaire avait un prix politique ".

Telle est la réalité du monde de plus en plus autoritaire dans lequel nous vivons.

La mollesse de la défense d’Assange que l’on constate actuellement y compris dans les médias de droite, comme le " Mail on Sunday ", révèle une véritable crainte que tout journaliste puisse à l’avenir être visé par le gouvernement américain pour avoir publié des documents susceptibles " d’irriter " Washington.

Dans une interview accordée cette semaine, Barry Pollack, l’avocat américain de Julian Assange, a mis en garde contre le précédent " très dangereux " qui pourrait être créé avec l’extradition d’Assange vers les États-Unis :

" La position que les États-Unis adoptent est très dangereuse. La position adoptée par les États-Unis est qu’ils ont une juridiction dans le monde entier et qu’ils peuvent engager des poursuites pénales contre tout journaliste n’importe où sur la planète, qu’il soit citoyen américain ou non.

Mais s’ils ne sont pas citoyens américains, non seulement les États-Unis peuvent les poursuivre, mais cette personne ne pourra pas se défendre en vertu du premier amendement ".

En contraste frappant avec les faibles protestations du " Mail on Sunday " et du reste des médias de " l’establishment ", Noam Chomsky a souligné la simple vérité dans une récente interview sur RT.

Notez la rareté des interviews de Chomsky sur " BBC News " et considérez pourquoi ses opinions ne sont pas recherchées :

" Julian Assange a commis le crime de faire savoir à la population des choses qu’elle a le droit de savoir et que les États puissants ne veulent pas qu’elle sache. "

De même, John Pilger a lancé une mise en garde :

" Cette semaine, l’une des luttes pour la liberté les plus importantes de ma vie touche à sa fin. Julian Assange, qui a révélé les crimes d’une grande puissance, risque d’être enterré vivant dans l’Amérique de Trump, à moins qu’il ne gagne son procès en extradition.

De quel côté êtes-vous ? "

Pilger a recommandé un excellent :

https://www.legrandsoir.info/en-applaudissant-pendant-des-annees-les-violences-contre-assange-les-journalistes-ont-ouvert-la-voie-vers-le-goulag-americain.html

Article de fond de Jonathan Cook, un ancien journaliste du " Guardian/Observer ", dans lequel il constate :

" En applaudissant pendant des années les violences contre Assange, les journalistes ont ouvert la voie vers le goulag américain ".

Peter Oborne est un exemple rare de journaliste de droite qui s’est exprimé avec force pour défendre Assange.

Oborne a écrit la semaine dernière dans " Press Gazette " que :

" Les générations futures de journalistes ne nous pardonneront pas si nous ne luttons pas contre l’extradition ".

Il a présenté le scénario suivant :

« Imaginons qu’un dissident étranger soit détenu dans la prison de Belmarsh à Londres, accusé de délits d’espionnage présumés par les autorités chinoises.

Et que son véritable délit soit de révéler des crimes commis par le Parti communiste chinois - y compris la publication d’images vidéo d’atrocités commises par les troupes chinoises.

En d’autres termes, son véritable délit était de commettre le crime de journalisme.

Supposons - en outre - que le " Rapporteur spécial " des Nations unies sur la torture ait déclaré que ce dissident présentait " tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique " et que les Chinois aient fait pression sur les autorités britanniques pour qu’elles extradent cet individu, où il pourrait encourir jusqu’à 175 ans de prison.

L’indignation de la presse britannique serait assourdissante.  ».

Oborne poursuit :

" Il y a une différence cruciale. Ce sont les États-Unis qui tentent d’extrader le co-fondateur de " Wikileaks ".

Pourtant, les principaux médias britanniques n’ont pratiquement rien dit pour le défendre. "

En fait, comme nous l’avons souligné à plusieurs reprises, Assange a fait l’objet d’une campagne de propagande de la part des médias britanniques, qui l’ont attaqué et sali, à maintes reprises, souvent dans les pages du " progressiste " " The Guardian ".

Au moment où nous écrivons ces lignes, ni le rédacteur politique d’ITV, Robert Peston, ni la « rédactrice politique » de " BBC News ", Laura Kuenssberg, ne semblent avoir rapporté le cas d’extradition d’Assange.

Ils n’ont même pas " tweeté " une seule fois à ce sujet, bien qu’ils soient tous deux très actifs sur " Twitter ".

En fait, la dernière fois que Peston a mentionné Assange sur son flux " Twitter ", c’était en 2017. Le bilan de Kuenssberg est encore pire : son silence sur " Twitter " remonte à 2014.

Ces " journalistes " de renom sont censés être les meilleurs exemples des meilleurs diffuseurs d’informations britanniques de " haute qualité " qui perpétuent les valeurs d’une " presse libre ", demandent des comptes aux hommes politiques et " informent " le public.

Le 7 septembre, John Pilger a prononcé un discours devant " l’Old Bailey " à Londres, juste avant le début de l’audience d’extradition de Julian Assange. Ses paroles ont constitué un puissant reproche à ces soi-disant " journalistes " qui ont maintenu un silence lâche, ou pire encore.

Les " rapporteurs officiels de la vérité " des médias - les " sténographes " qui collaborent avec le pouvoir, aidant à vendre leurs guerres - sont, selon Pilger, des " journalistes de Vichy ".

Il poursuit :

« On dit que quoi qu’il arrive à Julian Assange au cours des trois prochaines semaines, cela va affaiblir sinon détruire la liberté de la presse en Occident.

Mais quelle presse ? " The Guardian " ? La BBC, le " New York Times ", le " Washington Post " de Jeff Bezos ?

Non, les " journalistes " de ces organisations peuvent dormir tranquilles. Les Judas du " Guardian " qui ont flirté avec Julian, exploité son œuvre phare, qui en ont bien profité puis qui l’ont trahi, n’ont rien à craindre. Ils sont en sécurité parce qu’on a besoin d’eux.

La liberté de la presse est désormais l’apanage d’un petit nombre " d’honorables " : les exceptions, les dissidents sur Internet qui n’appartiennent à aucun club, qui ne sont ni riches ni couverts de Prix, mais qui produisent un journalisme fin, rebelle et éthique - comme celui de Julian Assange. »

DC & DE

Traduction " à bas la liberté de la presse, vive notre droit de savoir " par VD pour " le Grand Soir " avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : https://www.medialens.org/2020/absolute-and-arbitrary-power-killing-ex...

Le Grand Soir