Pourquoi Julian Assange doit être libéré d’urgence

, par  DMigneau , popularité : 0%

Pourquoi Julian Assange doit être libéré d’urgence

Je veux que mes enfants croient qu’un traitement inique n’est pas toléré dans les démocraties bien avancées.

La vie de mon compagnon, Julian Assange, est gravement menacée. Il est en « détention préventive » à la prison de « haute sécurité » de Belmarsh et le " Covid-19 " se répand dans ses murs.

Julian et moi avons deux petits garçons. Depuis que je suis devenue mère, je réfléchis à ma propre enfance.

Mes parents sont « européens », mais quand j’étais petite, nous vivions au Botswana, à huit kilomètres de la frontière avec l’Afrique du Sud de « l’apartheid ». Beaucoup d’amis de mes parents venaient de l’autre côté de la frontière : écrivains, peintres, objecteurs de conscience. C’était un centre improbable de créativité artistique et d’échanges intellectuels.

Les livres d’Histoire décrivent « l’Apartheid » comme une ségrégation institutionnelle, mais c’était bien plus que cela. La ségrégation se produisait en plein jour.

Les enlèvements, les tortures et les meurtres se produisaient la nuit.

Les fondements du système de « l’Apartheid » étaient précaires, le régime a donc affronté les idées de réforme politique avec des munitions réelles.

En juin 1985, des escadrons d’assassins sud-africains ont franchi la frontière armés de mitraillettes, de mortiers et de grenades. Dès que les coups de feu ont éclaté dans la nuit, mes parents m’ont enveloppé dans une couverture. Je dormais dans la voiture pendant que mes parents roulaient à toute vitesse pour se mettre à l’abri. Les explosions ont retenti dans la capitale pendant l’heure et demie qu’il a fallu pour tuer douze personnes.

La première personne tuée était un ami très proche de la famille, un peintre exceptionnel. L’Afrique du Sud a affirmé que le raid avait visé la branche armée de l’ANC, mais en réalité, la plupart des victimes étaient des civils innocents et des enfants tués alors qu’ils dormaient dans leur lit.

Nous avons quitté le Botswana quelques jours plus tard.

J’ai absorbé les souvenirs vifs du raid chez mes parents. Si cette terrible nuit a façonné ma vision du monde, l’incarcération du père de mes enfants marquera sûrement la leur.

Former une famille avec Julian dans ces circonstances allait toujours être difficile, mais nos espoirs ont éclipsé nos craintes.

Au départ, Julian et moi avons réussi à créer un espace pour une vie privée. Notre premier-né a rendu visite avec l’aide d’un ami. Mais quand Gabriel a eu six mois, un agent de sécurité de l’ambassade m’a confié qu’on lui avait dit de voler l’ADN du bébé à l’aide d’une couche.

A défaut, ils prendraient la tétine du bébé.

Le dénonciateur m’a averti que Gabriel ne devait plus venir à l’ambassade. Ce n’était pas prudent. Je me suis rendu compte que toutes les précautions que j’avais prises, de l’empilage de couches pour masquer ma bosse au changement de nom, ne nous protégeraient pas. Nous étions totalement exposés. Ces forces opéraient dans un vide juridique et éthique qui nous engloutissait.

Je pourrais écrire des volumes sur ce qui s’est passé dans les mois qui ont suivi. Au moment où j’étais enceinte de Max, la pression et le harcèlement étaient devenus insupportables et je craignais que ma grossesse ne soit en danger. Lorsque j’ai été enceinte de six mois, Julian et moi avons décidé que je ne devais plus me rendre à l’ambassade.

La fois suivante où je l’ai vu, c’était à la prison de Belmarsh.

L’image de Julian sortant de l’ambassade en a choqué plus d’un. Elle a asséné un coup, mais elle ne m’a pas choquée. Ce qui s’est passé ce matin-là était une continuité de ce qui s’était passé à l’intérieur de l’ambassade pendant dix-huit mois.

Après l’arrestation de Julian - il y a un an - la « Haute Cour espagnole » a ouvert une enquête sur la société de sécurité qui opérait à l’intérieur de l’ambassade. Plusieurs dénonciateurs se sont manifestés et ont informé les « forces de l’ordre » d’activités illégales contre Julian et ses avocats, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’ambassade.

Ils coopèrent avec les « forces de l’ordre » et ont fourni aux enquêteurs un grand nombre de données.

L’enquête a révélé que l’entreprise avait travaillé " au noir " pour une société américaine étroitement liée à l’administration américaine actuelle et aux « agences de renseignement » américaines et que les instructions de plus en plus inquiétantes, comme suivre ma mère ou la directive sur l’ADN des bébés, provenaient de leur client américain, et non de l’Équateur.

À peu près au même moment où j’ai été approché pour le ciblage de notre bébé, la société a mis au point des plans encore plus sinistres concernant la vie de Julian. Leurs plans allégués pour empoisonner ou enlever Julian ont été soulevés dans le cadre d’une procédure d’extradition au Royaume-Uni.

Une perquisition au domicile du directeur de la société de sécurité a permis de découvrir deux armes de poing dont les numéros de série avait été effacés.

Aucune de ces informations ne me surprend, mais en tant que parent, je me demande comment les gérer.

Je veux que nos enfants grandissent avec la même clarté de conviction que j’avais quand j’étais petite fille. Le danger s’étendait au-delà de la frontière sud-africaine. Je veux qu’ils croient qu’un traitement inique n’est pas toléré dans les démocraties avancées. À l’université d’Oxford, j’étais fière d’être au cœur intellectuel de la démocratie la plus avancée de toutes.

Il n’y a pas que notre famille qui souffre de la violation des droits de Julian.

Si même notre famille et les avocats de Julian peuvent être pris pour cibles, alors tout peut l’être. Le commanditaire présumé du vol de l’ADN de Gabriel est Mike Pompeo, qui a menacé le mois dernier les membres des familles des avocats travaillant à la « Cour Pénale Internationale ».

Pourquoi ?

Parce que la « Cour » avait eu la témérité d’enquêter sur les crimes de guerre américains présumés en Afghanistan. Les mêmes crimes que Julian a exposés par le biais de " WikiLeaks " et pour lesquels les Etats-Unis veulent l’emprisonner.

Julian doit être libéré maintenant. Pour lui, pour notre famille et pour la société dans laquelle nous voulons tous que nos enfants grandissent.

Stella Moris

Traduction " Julian n’est pas devant la " justice ", mais entre les mains des criminels qu’il a dénoncés " par VD pour " le Grand Soir " avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : https://english.elpais.com/spanish_news/2020-05-01/why-julian-assange-...

Le Grand Soir