Portrait d’une héroïne qui ne sait pas qu’elle l’est.

, par  DMigneau , popularité : 0%

Portrait d’une héroïne qui ne sait pas qu’elle l’est.

Depuis novembre 2018, pour mater la rue, pour éborgner, amputer, défigurer, briser les os, les policiers disposent de LBD, matraques, " Tasers ", « gazeuses », lanceurs de grenades " Cougar ", grenades lacrymogènes à main ou tirées (CM6, PLMP, MP7), grenades GLI F4, grenades " de désencerclement ", pistolets automatiques et fusils.

François Sureau, ami de Macron et co-rédacteur en 2016 des statuts de " La République En Marche ", est aujourd’hui " horrifié " par ce qu’il a vu aux mains des « forces de l’ordre » : des fusils d’assaut capables de tirer « 750 coups minutes par rafale ».

En face, Farida, une infirmière (50 ans, 1 mètre 55), lança des cailloux à ces " Robocops ", barbares géants caparaçonnés et sur-armés.

Les « hommes de Neandertal » l’ont traînée par les cheveux. Du genou, ils lui ont écrasé le visage sur le gravier pour qu’elle saigne.

En vérité, je vous le dis, pour ce qu’elle a fait et pour ce qu’elle a subi, Farida mérite d’entrer dans l’Histoire des luttes des opprimés contre les oppresseurs.

Ah, que vienne le temps des T-shirts avec la photo qui illustre cet article !

Ah, que viennent les pancartes noires aux lettres blanches : « Je suis Farida » !

Théophraste R.,

Admirateur du tag soixante-huitard « Sous les pavés, la plage ».

Le Grand Soir

PS : En 2019, les manifestants ont essuyé 10 785 tirs de LBD et 3 244 de grenades (source IGPN).