Popularité : Macron atteint son plus bas en pleine crise des " gilets jaunes " [SONDAGE EXCLUSIF]

, par  DMigneau , popularité : 0%

Popularité : Macron atteint son plus bas en pleine crise des " gilets jaunes " [SONDAGE EXCLUSIF]

Avant même la journée chaotique de samedi dernier, le président de la République a vu sa cote de popularité passer sous la barre des 20 %.

Et dire que cette enquête de popularité a été effectuée avant les événements de samedi dernier !!

Réalisé entre le 28 et le 29 novembre, à l’avant-veille de la journée de mobilisation des " gilets jaunes " du 1er décembre qui a donné lieu à de violentes scènes d’émeutes, le baromètre mensuel " YouGov " pour " Le HuffPost " et " CNews " marque une nouvelle chute brutale de l’image du président de la République et de son premier ministre.

Pour la première fois depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron voit sa popularité passer sous la barre symbolique des 20 % d’approbation.

Dans cette enquête en ligne réalisée auprès de 1 006 personnes, dans un contexte déjà fortement marqué par la crise sociale et politique des " gilets jaunes ", le verdict est sans appel pour " le couple exécutif ".

Avec seulement 18 % d’opinions favorables, Emmanuel Macron perd 3 points de confiance, enregistrant une baisse pour le troisième mois consécutif.

A l’inverse, le chef de l’Etat subit une hausse de 10 points d’avis défavorables (76 %) en un mois.

" Emmanuel Macron se voit sanctionné par toutes les franges de l’opinion ", constate l’institut " YouGov ". De fait, le chef de l’Etat perd 6 points dans " son coeur de cible électoral " au centre (69 % d’opinions favorables), 5 points auprès des " sympathisants de droite " (12 % d’opinions favorables) et 1 point auprès des " sympathisants de gauche " (21 % d’opinions favorables).

En première ligne dans ce conflit, le premier ministre n’échappe pas à cette vague de désapprobation.

Edouard Philippe, qui avait jusqu’ici évité les chutes brutales, voit son image dégringoler de 6 points, à 21 % d’opinions favorables.

Un " record à la baisse " depuis son arrivée à Matignon.

Notons que ce sondage ne tient pas compte des récents " gestes d’apaisement " effectués par le chef du gouvernement, et notamment le moratoire sur les hausses des taxes sur les carburants.

Un mouvement " justifié " même pour " les macronistes "

Signe que les très vives tensions sociales qui traversent le pays ne sont pas étrangères à cette double chute du couple exécutif, la " protection sociale " (20 %, + 1 point), le " chômage et l’emploi " (19 %, + 1 point) et les " impôts " (12 %, + 3 points) se classent en tête des sujets de préoccupation des Français.

Parallèlement, les personnes sondées par " YouGov " affichent un impressionnant niveau de soutien à la mobilisation des " gilets jaunes ".

Avant la journée de violences de samedi et les événements qui en ont découlé, 83 % des Français interrogés jugeaient le mouvement justifié, 70 % déclaraient le soutenir et 69 % affirmaient se reconnaître dans ses revendications.

Seule nuance à cet " unanimisme " rare : seules 58 % des personnes interrogées cautionnaient les modes d’action (blocages, opérations escargots...) des " gilets jaunes ", sans se prononcer sur les violences.

Même les sympathisants d’ " En Marche " affichent une " distance respectueuse " à l’endroit des " gilets jaunes ". Si 65 % des " sympathisants macronistes " ne soutiennent pas le mouvement, 61 % jugent la mobilisation justifiée.

Ni droite, ni gauche, " gilet jaune "

La popularité du mouvement très hétéroclite des " gilets jaunes " s’explique-t-elle par son absence de coloration " partisane " ?

Aux yeux de près de 7 Français sur 10 (68 %), ce mouvement de contestation n’obéirait à aucune idéologie particulière et échapperait au traditionnel clivage " gauche-droite ".

C’est en tout cas ce que pensent 78 % des sympathisants " de droite " tout comme 68 % des sympathisants " de gauche ".

Difficile de percevoir, à la lumière de ces constats, quel responsable politique saura incarner une réponse aux questions que soulèvent les " gilets jaunes ".

Une chose semble d’ores et déjà acquise : cette crise sociale et politique pèsera lourdement sur les prochaines échéances électorales.

A la question " Ce mouvement des gilets jaunes influencera-t-il votre vote aux élections européennes ? ", 43 % des personnes interrogées répondent par l’affirmative.

Geoffroy Clavel

huffingtonpost.fr