Pédophilie : des milliers d’enfants abusés par des prêtres catholiques en Allemagne

, par  DMigneau , popularité : 0%

Pédophilie : des milliers d’enfants abusés par des prêtres catholiques en Allemagne

L’évêque Stephan Ackermann a déclaré que l’Eglise catholique allemande était " honteuse " après les révélations de pédophilie. - HARALD TITTEL / DPA / AFP

Un rapport démontre que 3 677 enfants ont été victimes de sévices sexuels commis par des membres du clergé de 1946 à 2014 en Allemagne. Les faits ont longtemps été dissimulés par l’Eglise catholique, et les prêtres coupables protégés.

Les scandales s’accumulent pour l’Eglise catholique. Une vingtaine de jours seulement après que le pape François a appelé la communauté religieuse toute entière à dénoncer les abus sexuels commis par des membres du clergé, de nouveaux faits accablants ayant eu lieu en Allemagne viennent d’être révélés ce mercredi 12 septembre.

Les hebdomadaires " Der Spiegel " et " Die Zeit " ont pu consulter un rapport préparé par un consortium de chercheurs depuis 3 ans et demi. Les universitaires ont pu travailler sur 38 000 dossiers et manuscrits provenant de 27 diocèses, fournis par l’Eglise catholique allemande dans une volonté inédite de " clarté et de transparence ".

L’étude démontre qu’entre 1946 et 2014, au moins 3 677 enfants,
généralement des garçons de moins de 13 ans, ont été victimes d’abus sexuels de la part de 1 670 prêtres allemands.

Elle montre également que le clergé a sciemment dissimulé ces crimes : d’après les auteurs, l’Eglise catholique a " détruit ou manipulé " de nombreux documents, minimisé à dessein la gravité et l’ampleur des faits, et les coupables n’ont généralement pas été inquiétés.

Les clercs accusés étaient ainsi fréquemment transférés sans avertir les fidèles de leur danger potentiel. Dans un tiers des cas, les prêtres ont été punis par le « droit canonique », mais les sanctions étaient dérisoires, selon le rapport.

" Page sombre de l’histoire de l’Eglise "

Si le président de la « Conférence épiscopale » doit présenter lui-même les résultats de l’étude le 25 septembre, le clergé germanique s’est toutefois montré " pris de court " par les révélations, puisque l’évêque Stephan Ackermann a déploré dans un communiqué que le rapport ait " fuité dans la presse " avant la date prévue.

Il a également affirmé que les membres de l’Eglise catholique allemande étaient " accablés et honteux " à propos de cette " page sombre de l’histoire de l’Eglise ".

Ces révélations sont les dernières d’une série très rapprochée : fin juillet, la justice chilienne a révélé 158 cas d’abus sexuels autour de l’Eglise catholique.

Mi-août, un archevêque australien a échappé de peu à la prison pour avoir été reconnu complice d’abus pédophiles.

Aux Etats-Unis, une enquête menée en Pennsylvanie a mis au jour des sévices commis par plus de 300 prêtres prédateurs.

L’accumulation de ces éléments, qui n’épargne d’ailleurs pas la France, a poussé le pape François à prononcer un discours inédit dans lequel il appelle l’ensemble des fidèles catholiques à dénoncer les faits de pédophilie, tranchant avec « la culture du silence » longtemps érigée en dogme par l’Eglise.

En Allemagne, le dernier scandale était récent : un rapport de 2017 a révélé qu’au moins 547 enfants du chœur de Ratisbonne avaient été victimes d’abus sexuels entre 1945 et 1992.

Outre-Rhin, les Eglises occupent une place très importante dans la société. Plus d’un quart de la population est de confession catholique, et les clergés chrétiens captent 8 à 10 % de l’impôt sur le revenu de toutes les personnes baptisées, ce qui rapporte plus de 6 milliards d’euros par an à l’Eglise catholique allemande !

En vertu du principe de subsidiarité en vigueur là-bas, les Eglises gèrent en outre de très nombreux hôpitaux, " jardins publics ", foyers et écoles, employant plusieurs centaines de milliers d’Allemands.

C’est dire si les révélations de pédophilie massive y ont un impact sur toute la société.

Hadrien Mathoux

Marianne