" Où est Steve ? ", d’accord, mais prière de ne pas embêter Castaner

, par  DMigneau , popularité : 0%

" Où est Steve ? ", d’accord, mais prière de ne pas embêter Castaner

Christophe Castaner a répondu aux interpellations de ceux qui lui demandent " Où est Steve ? ". - Capture d’écran BFMTV

En déplacement dans le Centre-Val de Loire ce vendredi 19 juillet, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a mis les choses au point : la disparition de Steve Caniço, le 21 juin dernier à Nantes après une charge de la police, " ne doit pas faire l’objet de polémiques ".

Circulez, y a rien à dire.

Lors d’un déplacement dans l’Eure-et-Loir (Centre-Val de Loire) ce vendredi 19 juillet, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré que la disparition de Steve Caniço à Nantes, le 21 juin dernier après une charge de la police, " ne doit pas faire l’objet de polémiques ", rapporte BFMTV.

Le jeune homme, introuvable depuis ce soir de la « Fête de la musique », est présumé avoir fait partie des personnes tombées dans la Loire lors d’une charge policière.

Pas de quoi interpeller publiquement le " premier flic de France ", comme le font la maire de Nantes, qui a exigé des explications sur les circonstances de l’intervention policière, et les députés « Insoumis » qui ont brandi une pancarte " Où est Steve " dans une vidéo, auxquels il a répondu ceci : " Je crois que c’est un sujet qui ne doit pas faire l’objet de polémiques parce qu’il y a des contrôles, parce qu’il y a des enquêtes et que dans notre pays, c’est l’état de droit justement qui doit toujours primer ".

" de nombreuses questions restent sans réponse "

Dans la nuit du 21 au 22 juin, quatorze personnes avaient été repêchées dans la Loire par les secours après l’intervention des « forces de l’ordre » sur le quai Wilson, à un endroit sans parapet de l’île de Nantes, vers 4h30.

Des gaz lacrymogènes avaient notamment été utilisés pour disperser la foule et faire cesser la musique. Comme l’a confirmé sa famille, Steve Maia Caniço, 24 ans, était bien présent sur les lieux ce soir-là.

Mardi dernier, des vidéos de la charge policière, authentifiées par " Libération ", révélaient que l’opération de dispersion s’était poursuivie alors que la proximité de la Loire et la chute de plusieurs participants à la soirée avaient été signalées aux « forces de l’ordre ».

Dans une lettre adressée ce vendredi à Christophe Castaner et transmise à l’AFP, la maire " socialiste " de Nantes, Johanna Rolland, estime que " de nombreuses questions restent sans réponse " quant au déroulement des faits et exige " des explications précises et publiques ".

Les députés LFI annoncent quant à eux, dans un communiqué également publié ce vendredi, vouloir déposer " une proposition de résolution demandant l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur les opérations de dispersion ".

Enquête de l’IGPN

Ces offensives ne semblent pas faire douter " Casta ", qui répond : " Moi, je fais toute confiance à la justice et évidemment le ministère de l’Intérieur, ses femmes, ses hommes, sont à l’entière disposition du ministère de la Justice pour que nous allions vite ".

Le ministre de l’Intérieur assure faire en sorte qu’ " en même temps ", les recherches soient " du meilleur niveau " : " Hier encore, il y avait une opération de police judiciaire à Nantes pour travailler sur cette enquête ", fait-il valoir, rappelant que plusieurs enquêtes sont en cours, dont une " déclenchée par moi-même, avant même - d’ailleurs - que nous n’apprenions la disparition de ce jeune homme, sur les conditions dans lesquelles l’opération et l’intervention policières ont eu lieu ".

Tandis que les parents de Steve se sont portés « partie civile » dans l’enquête sur la disparition de leur enfant, une plainte collective de participants à la soirée a été déposée pour " mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ", confiée ce mardi à « l’Inspection générale de la police nationale » (IGPN).

Parallèlement, la police judiciaire mène l’enquête sur le déroulement de la soirée après une plainte de dix policiers blessés lors de ces échauffourées.

https://www.dailymotion.com/video/x7do10g

Louis Nadau

Marianne