Onze prouesses scientifiques et techniques de la Chine en 2017

, par  DMigneau , popularité : 69%

Onze prouesses scientifiques et techniques de la Chine en 2017

La Chine s’est éveillée pendant que nos médias anesthésiaient la France

Bien au-delà des préjugés attardés d’une Chine seulement capable de copier les techniques occidentales voici quelques exemples des réalisations de la Chine dans les domaines scientifiques et techniques qui témoignent de ses progrès remarquables.

Le 18 janvier, le premier satellite expérimental de science quantique du monde « Mo Zi » (Micius) a été officiellement livrée à son unité utilisatrice.

Quelques mois plus tard, le 16 juin, une importante réalisation scientifique a été annoncée : des scientifiques chinois sont arrivés au premier plan sur la scène internationale en réussissant à envoyer des particules quantiques aléatoires intriquées d’un satellite à des stations au sol séparées par 1 200 kilomètres et de façon bidirectionnelle.

Peu de temps après, « Mo Zi » a publié des résultats de téléportation stellaire quantique expérimentale. Pour la première fois dans le monde, « Mozi » a réussi la distribution de clés quantiques à haute vitesse du satellite vers le sol, posant ainsi les bases solides pour l’établissement d’un réseau de communication quantique mondial le plus sûr et le plus sécurisé qui soit. C’est aussi l’une des expériences les plus difficiles à laquelle a procédé le satellite qui rappelle souvent la transmission dans « l’espace-temps » que l’on voit dans le célèbre film de science-fiction " Star Trek ".

Le 10 mars, la revue scientifique de renommée internationale « Science » a rapporté dans son histoire de couverture que des scientifiques chinois ont, à partir de substances chimiques, réussi la synthèse de quatre chromosomes synthétiques de levure (Saccharomyces cerevisiae, la levure de boulanger), marquant un nouveau pas en avant dans la recréation de la vie par l’Homme.

Cela signifie aussi que la Chine est devenue le deuxième pays au monde après les États-Unis à avoir la capacité de concevoir et de construire des génomes eucaryotes.

Le 22 avril à 12h23, à 393 kilomètres de l’orbite du sol, le vaisseau-cargo « Tianzhou 1 » et le laboratoire spatial « Tiangong 2 » ont achevé avec succès leur rendez-vous et leur amarrage automatique. C’était le premier rendez-vous et le premier amarrage de « Tiangong 2 » avec un vaisseau cargo depuis sa mise en orbite le 15 septembre 2016, mais aussi la première « livraison » et le premier « stationnement » du premier vaisseau-cargo de la Chine avec la « Maison de l’espace ».

Le 3 mai, le premier ordinateur quantique au monde surpassant un ordinateur classique a vu le jour à Shanghai. Pour donner une idée de sa vitesse de fonctionnement une métaphore rendra la chose plus claire : si l’ordinateur traditionnel est un vélo, l’ordinateur quantique ressemble à un avion.

Là où le super-ordinateur « Tianhe-2 » aurait besoin de 100 ans pour résoudre des équations d’un milliard de milliards de variables, un ordinateur quantique d’un térahertz n’a besoin que de seulement 0,01 secondes pour faire le même travail.

Le 5 mai, le premier grand avion de ligne chinois C919 a entrepris son premier vol avec succès : c’est le premier avion de ligne à passagers chinois bénéficiant de normes grand public internationales. Du projet « Yun-10 » développé en 1970, au premier vol réussi du C919, le « rêve de gros avion » des Chinois, 47 printemps et automnes se sont succédé.

Le 18 mai a été officiellement annoncé la réussite menée par la Chine du premier test de production d’énergie à partir de la « glace combustible » du fond des mers dans le secteur de Shenhu, dans le Nord de la mer de Chine méridionale.

Ce résultat montre également que la Chine est devenue la première au monde à obtenir une production de gaz continue et stable dans le cadre d’une exploitation minière expérimentale de glace combustible en mer.

Le 3 novembre, la glace combustible a été formellement approuvée comme le 173e type d’exploitation minière en Chine.

Le 26 juin, le train à grande vitesse « Fuxing » de conception technique entièrement chinoise a quitté pour la première fois dans les deux sens les deux extrémités de la ligne à grande vitesse « JingHu » (Beijing-Shanghai), l’un partant de la Gare du Sud de Beijing et l’autre de la gare de Shanghai Hongqiao, marquant l’entrée de la Chine dans l’ère de l’EMU (unité multiple électrique) standard.

Le 21 septembre, le « Fuxing » a atteint la vitesse de 350 km/h entre Beijing et Shanghai, dépassant le " Shinkansen " japonais et le TGV français, et faisant de la Chine le pays possédant les trains à grande vitesse mis en service commercial les plus rapides du monde.

Le 10 octobre, l’Observatoire astronomique national de Chine, a annoncé que le télescope à ouverture sphérique de 500 mètres (FAST), également connu sous le nom d’« œil céleste de la Chine », a confirmé la découverte d’un certain nombre de nouveaux pulsars, marquant la première découverte de pulsars par un télescope astronomique chinois.

Le 16 octobre, des scientifiques ont annoncé la détection réussie de la première vague d’ondes gravitationnelles à deux neutrons dans de nombreux pays.

Quatre télescopes à rayons gamma et rayons X seulement dans le monde ont pu la suivre avec succès dans le ciel. Lancé le 15 juin, et encore au stade expérimental, le télescope spatial « Huiyan » chinois était l’un d’entre eux. Le télescope AST3 2 de l’Antarctique, également installé à la station Kunlun, a également « vu » les ondes gravitationnelles dans les coordonnées attendues avec environ 70 télescopes terrestres et spatiaux à travers le monde.

Le 13 novembre, la 50e édition du Top 500 mondial des super-ordinateurs a été publiée. Les super-ordinateurs chinois « Sunway TaihuLight » et « Tianhe-2 » ont été pour la quatrième fois consécutive classés premier et deuxième, et le nombre total des super-ordinateurs chinois figurant sur la liste a une nouvelle fois dépassé celui des États-Unis, la Chine se classant à la première place mondiale.

Le 30 novembre enfin, la revue scientifique de renommée internationale « Nature » a annoncé en ligne que le satellite de détection de particules de matière noire chinois « Wukong » a mesuré dans l’espace un rayonnement cosmique anormal.

C’est la première observation de ce signal mystérieux par les humains, ce qui signifie que les scientifiques chinois ont fait une découverte révolutionnaire. Selon Bai Chunli, président de l’Académie chinoise des sciences, si des études ultérieures confirment cette constatation liée à la matière noire, cela sera une réussite scientifique historique, et même si elle n’a rien à voir avec la matière noire, elle pourrait tout de même constituer une percée dans les théories scientifiques existantes.

Valet MATTI

D’après un article du " Quotidien du Peuple " du 26/12/2017.

Le Grand Soir