Nuit blanche

, par  DMigneau , popularité : 0%

Nuit blanche

Trump et ses soutiens affirment que Biden a un programme d’extrême-gauche !

Les " Démocrates " anti-armes à feu redoutent les milices et groupes para-militaires et, du coup, achètent des armes.

AOC est élue et, avec elle, " The Squad ", au grand dam des machos racistes du « Congrès ».

Traduction du mot « Trump » en français…

- Far West

C’était important de savoir au plus vite si une partie de l’électorat américain allait donner quitus à un homme qui a frayé avec la mafia, a enrichi les plus riches, a quasiment supprimé " l‘Obamacare ", a compulsivement produit 52000 tweets, souvent mensongers, en 4 ans de présidence, a encouragé l’extrême-droite fascisante et soutenu la " liberté " des armes, a introduit le " créationnisme " dans l’enseignement, a contesté le " changement climatique ", tenu des propos insultants sur les femmes et racistes sur les migrants.

Du coup, j’ai veillé jusqu’à 5h30 du matin, moins dans l’espoir d’une victoire de Biden que d’une défaite de Trump.

Chaque fois que je voulais me déconnecter, je grignotais en vain du temps sur le sommeil au cas où une dernière information révèlerait la victoire de Biden en Floride, dans l’Ohio ou au Texas (vers 2h30, il en avait été presque question).

A 8h00, je rallumais les écrans.

Dans la soirée, on avait eu droit à des représentants du " Parti républicain " américain stupéfiants qui répétaient sans cesse que Joe Biden était le " candidat de l’extrême-gauche ", prêt à installer le communisme aux USA.

Les journalistes de " France Info " ainsi que leurs collègues de la RTBF (belge) et de la RTS (suisse), médusés, apprenaient ainsi que « l’Obamacare » avait été un " désastre total " et que Trump avait été efficace dans la lutte contre le " Covid ".

Autant de mauvaise foi, c’en était presque comique.

Puis il a fallu entendre Trump ce matin faire sa déclaration semi-putschiste et lire dans " Le Figaro " que les " Démocrates " anti-armes se sont résignés à en acheter pour se protéger de la menace des groupes para-militaires (dont les " Proud Boys ") et des milices " trumpistes " qui ont bloqué des autoroutes et rôdé près des bureaux de vote pour intimider des électeurs (" New York Times " du 2/11).

Comme le papier de toilette en mars, les rayons d’armes à feu ont été dévalisés. Le " Canard enchaîné " d’aujourd’hui : " le spectre de la guerre civile resurgit dans un pays qui n’a jamais été aussi divisé depuis la guerre de Sécession ".

[4 novembre]

" Le Monde " du 3/11 a décrit les " Oath Keepers " qui ont sorti les fusils d’assaut AR-15 prêts à " prendre position " et à " bloquer les rues " si Donald Trump n’est pas élu, à cause des " marxistes ".

On se souvient du soutien du Président des États-Unis aux " suprémacistes blancs ", les " Prouds boys ", demandant à ces militants fascisants de " se préparer ".

Vient de sortir en librairie le livre stupéfiant de Fabrizio Calvi qui décrit par le menu les accointances de Trump avec la mafia au cours de son ascension dans " l’immobilier " et jusqu’à la « Maison Blanche » (voir également " Trump face au FBI ", documentaire sur " France 5 " réalisé par David Carr-Brown avec Fabrizio Calvi).

[3 novembre]

Alexandrie Ocasio-Cortez, élue au « Congrès », a été réélue (14ème district de New York).

Ainsi que Rashida Tlaib, d’origine palestinienne, Ilhan Omar, arrivée à 10 ans de Somalie, et Ayanna Pressley, élue " noire " (dites " The Squad ").

Je ne peux me priver du plaisir de ré-entendre AOC clouer au pilori un élu " Républicain " qui l’a odieusement insultée sur les marches du Capitole.

Dans son propos (juillet 2020), elle se prononce fermement contre les violences faites aux femmes et rappelle que Donald Trump, président, s’était permis de dire à ces 4 femmes, légalement et démocratiquement élues, de " retourner dans leur pays ".

[4 novembre]

https://youtu.be/w4tXt_6BqxM

" Fucking bitch " : insultée par un membre du Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez répond © Brut

- ATOUT !

Bon sang, je ne comprenais pas pourquoi sur les sites américains donnant les résultats des élections américaines (dont le NYT), en demandant le texte en français, le nom de Biden apparaissait normalement mais pour Trump il était indiqué " Atout " comme si, pour lui, on indiquait ses chances d’obtenir tel score.

Vérification faite, le mot " trump " signifie " atout ", tout simplement !

On-ne-nous-dit-rien. Mais, est-ce que Biden n’est pas défavorisé avec un tel nom (to bide = attendre), alors que Trump a manifestement plus de chances.

Qu’en pense la « Cour suprême » ?

Je note qu’en France plusieurs médias ont fait des titres avec le mot " atout " à propos de Trump : " les filles de Trump : son atout charme ", " Mike Pence, atout conservateur de Trump ", et " Le Monde " avant hier : " être président sortant est un très gros atout ".

Message subliminal, " gros Trump " ?

A noter que si l’on tape " Trump " sur le traducteur " Google ", il propose " vrai ", quand il traduit les premières lettres : " Tru " !

Damned, faut avouer que Donald a du bol !

[4 novembre]

Additif le 4 novembre en soirée :

- Trumpiste à la louche !

Ce soir, Joe Biden semble avoir gagné, il se rapproche des 270 grands électeurs, il faut attendre les derniers comptages des bulletins arrivés par correspondance et à majorité " Démocrates ".

Le fils de Trump déclare à l’instant [vers 23 h] qu’il y a fraude sur les votes.

L’avocat des basses œuvres de Trump, Giuliani, dit la même chose, contestant le déroulement des votes par correspondance et traitant les " Démocrates " d’ " imbéciles " et de " ploucs ", selon le traducteur de BFM.

Et dans le journal de " France 2 " de 20 h00, une invitée " Républicaine ", représentant l’équipe de Trump, déclare tout de go que " Joe Biden a annoncé lui-même dans une vidéo qu’ils étaient prêts à la plus grande fraude que les États-Unis n’ont jamais connue ".

Elle ajoute : " Nous nous attendions à avoir une fraude ".

Elle précise à Anne-Sophie Lapix, éberluée, que " dans le Wisconsin, il y a plus de votants que de gens inscrits sur la liste des électeurs, ça commence à être un petit peu louche ! "

Le culot des " Trumpistes " n’a pas de limite. Il faut dire tout de même que le système électoral américain est particulièrement (et légalement) compliqué et désorganisé.

Les heures qui viennent vont être " chaudes ", très chaudes : les deux camps vont monter au créneau.

[les chiffres des résultats dans le Wisconsin sont les suivants (selon la « Commission des élections » de cet état) : 3 684 726 inscrits, 3 240 272 votants. Ce qui en dit long... sur la bêtise des fans de Trump et sur la participation électorale extrêmement élevée.]

Yves FAUCOUP

MediaPart