Nous voulons rebattre les cartes et nous investir dans un mouvement nouveau

, par  DMigneau , popularité : 52%

Nous voulons rebattre les cartes et nous investir dans un mouvement nouveau

Les Révoltés lance le mouvement – MAINTENANT – pour un sursaut humain et citoyen. Ambre Le Guilly, porte-parole de l’association, invite tous les citoyens à lire son manifeste dans le but de « réconcilier les générations par l’art et la culture... » et à rejoindre « un mouvement humaniste prônant la tolérance et l’ouverture d’esprit, un mouvement qui ne soit l’objet d’aucune récupération politique ».

Pourquoi les choses n’ont-elles pas changé dès le soir du 11 Janvier ? Dans un élan citoyen, les Français venaient de descendre par millions dans la rue pour exprimer leur désir d’une société plus tolérante et plus fraternelle. Après cette formidable réaction de rejet des amalgames et des divisions, nul ne doutait à ce moment-là que les français aspiraient à mieux vivre ensemble. Mais au fil des semaines, les espoirs, confrontés aux réalités se sont délités et l’attente d’un pays enfin réconcilié avec lui-même se fait longue.

Neuf mois après les événements tragiques de janvier, c’est vers l’éducation et la culture que les regards se portent, comme si une solution miraculeuse devait en sortir. Cette attente est compréhensible : dans notre histoire, elles ont su bousculer les consciences et interpeller les individus. Et quel plus beau levier que la culture pour fédérer, pour rassembler ?

Au fait de tout cela, nous ne voulions plus rester les bras croisés en nous disant : « quelqu’un devrait faire quelque chose », expression tant serinée, ritournelle désemparée. L’initiative est née de jeunes anonymes âgés de 20 à 30 ans qui veulent dire à leurs aînés que la jeunesse est là et qu’elle veut construire la France de demain avec eux.

Nous nous appelons " Les Révoltés " car nous nous réclamons des humanistes, qui, par le passé, ont permis de faire de la France un pays d’ouverture, porteur de messages universels. Parmi eux - et peut-être le premier d’entre eux - Voltaire, dont le nom est issu du mot « révolté ». Nous nous appelons également " Révoltés " car si nous ne prenons pas la défense de l’ordre établi, nous voulons surtout dire oui à une société plus juste et plus fraternelle et dans « révolté », il y a rêve.

Nous voulons rebattre les cartes et nous investir dans un mouvement nouveau, capable de réconcilier les générations par l’art et la culture, un mouvement humaniste prônant la tolérance et l’ouverture d’esprit, un mouvement qui ne soit l’objet d’aucune récupération politique.

À l’heure où les Français s’interrogent sur leur avenir en tant que peuple, nous ne demandons à personne de choisir un camp mais bien de bâtir ensemble la France du XXIe siècle.

Écrire cela, c’est défendre l’idée que l’humanisme et la culture appartiennent à tous et doivent être placés au dessus des querelles de clochés ou des disputes partisanes. Il en va de la nécessité de construire un pays où chaque individu compte : peu importe ce qu’il a voté hier, peu importe son lieu de naissance, peu importe sa couleur de peau, peu importe son orientation sexuelle et peu importe ce en quoi il croit ou ne croit pas.

Nous avons donc voulu inscrire dans le temps notre première action en rédigeant un " manifeste du monde de la culture pour un sursaut humain et citoyen ".

Nous souhaitons rassembler tous ceux qui font vivre la culture au quotidien, depuis l’artiste le plus illustre jusqu’à l’intermittent le plus anonyme et, ainsi, agréger autour d’eux tous, les citoyens, dans ce mouvement nouveau.

Il y a urgence à agir, ce qui se joue « maintenant » aura des conséquences pour les décennies à venir. C’est l’intitulé du manifeste des Révoltés. Bien entendu, il ne suffit pas de rédiger cela pour que les jours à venir deviennent un long fleuve tranquille, mais tant que nous serons nombreux et de plus en plus nombreux à croire sincèrement que « demain sera plus beau qu’aujourd’hui », nous n’aurons pas deux genoux à terre. C’est ainsi que nous proposons, dans un premier temps, à tous les citoyens de lire le manifeste et de le signer.

Signez à votre tour le manifeste sur : www.lesrevoltes.fr/manifeste

Les invités de Mediapart