« Nos 8 doléances » : Michel Onfray approuve le « programme politique » des Gilets jaunes

, par  DMigneau , popularité : 0%

« Nos 8 doléances » : Michel Onfray approuve le « programme politique » des Gilets jaunes

Michel Onfray est très actif depuis le début du soulèvement des " Gilets jaunes ". Il a pris leur défense lorsque Bernard-Henri Lévy les a attaqués.

Puis, il a dénoncé la désinformation des médias et le soutien du gouvernement aux casseurs.

Le 6 décembre, il a proposé une méthode « girondine » et « libertaire » pour déjouer les récupérateurs et les provocateurs.

Ce samedi 8 décembre, il a publié coup sur coup deux textes très offensifs, « populistes » - au sens noble du terme - qui valent vraiment la peine d’être lus.

Dans le premier, il met à jour les différentes stratégies du pouvoir pour disqualifier le mouvement des " gilets-jaunes ".

Dans le second, il nous fait découvrir ce qui pourrait devenir le " programme politique " des " Gilets jaunes " (un simple tract ramassé dans une rue de Paris...), véritable " feuille de route de la démocratie directe ", dixit le philosophe, qu’il approuve des deux mains.

https://twitter.com/MichelOnfrayTv

LE POUVOIR AUX ABOIS

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/le-pouvoir-aux-abois

Le pouvoir a usé et abusé de plusieurs stratégies pour disqualifier le mouvement des " gilets-jaunes ".

Il y a d’abord eu le traitement par le mépris : « Ca leur passera, c’est un genre " d’éruption cutanée ", ils finiront par rejoindre le rang ! Il suffit de laisser pourrir, d’attendre, de tabler sur la fatigue. »

Un genre de variations sur le thème du : " Salauds de pauvres ! "

Mais ça n’a pas suffi. Ce " petit peuple " qui dit " n’en plus pouvoir d’être étranglé " par le pouvoir de l’État maastrichtien n’a plus rien à perdre : strangulé depuis des années, fatigué, épuisé, exsangue, harassé, éreinté, qu’a-t-il désormais à perdre ?

Plus rien...

Il y a eu, ensuite, le traitement par le mensonge.

Le ministre de l’Intérieur, ancien joueur de poker naguère très au fait des habitudes du " milieu marseillais ", y est allé fort : il a livré à « la presse », qui s’est empressée de les reprendre et de les diffuser largement, des chiffres fantaisistes concernant les participations aux manifestations à la décimale près en expliquant que ce n’était rien, peu de chose, pas grand-chose.

Les images avaient beau montrer le contraire à jet continu, rien n’y faisait : le pouvoir disait que c’était quantité négligeable - donc gens négligeables.

Dans la foulée, il y a eu le traitement par la criminalisation.

On a ainsi vu ce fameux Castaner posant dans un « PC sécurité », avec des fonctionnaires aux ordres, en leur demandant devant les caméras de confirmer qu’il y avait bien eu un mort.

La conversation ressemblait à ça :

" Un mort, oui, c’est ça, j’ai bien entendu, il y a eu un mort, vous pouvez me confirmer qu’il y a donc bien eu un mort à cause des " gilets-jaunes " ? C’est bien ça ? "

Or, s’il y a bien eu des morts, ils ne l’ont pas été du fait des " gilets-jaunes ", mais du fait de ceux qui, comme Castaner, refusaient les " gilets-jaunes ", et fonçaient dans le tas...

Puis il y a eu le traitement par la diabolisation : on a parlé de fascisme, de " vichysme ", de " poujadisme ", de " lepenisme ", de " populisme ", de " peste brune ", " d’antisémitisme ", " d’homophobie ", de racisme.

" Libération " et " Le Monde ", " France-Inter " et le service public audiovisuel dans sa totalité, ainsi que les journaux subventionnés par l’argent du contribuable, y sont allés comme un seul BHL !

Mais cette technique " qui a fait mouche " pendant quelques années ne marche plus. Le peuple a compris les ficelles. Depuis qu’il en fait lui-même les frais et qu’il sait qu’il n’est ni fasciste, ni antisémite, ni nazi, ni homophobe, il comprend que ces éléments de langage sont préparés et distillés par les médias du système afin de le maintenir en place, et de n’y rien changer.

Mais il y a eu " mithridatisation " : ce poison inoculé depuis des années ne produit plus aucun effet. C’est tout juste devenu " l’eau bénite " des " maastrichtiens " avec laquelle ils essaient en vain de conjurer ce qu’ils prétendent être le diable...

Ajoutons aux forfaits déjà listés le traitement par l’attaque ad hominem : les journaux du système sont allés " chercher des poux dans la tête " de tel ou tel dont on cherchait le spécimen le plus à même de servir de repoussoir.

Il y eut cette femme qui avait fait " un tabac " avec sa vidéo, tout au départ du mouvement, et " dont on a vidé les poubelles " afin de savoir s’il n’y avait pas chez elle quelque chose qui réjouirait la basse police intellectuelle.

On a trouvé de l’hypnose (comme chez Freud...), de la croyance à des propos assez peu scientifiques (comme chez Freud...), du " complotisme " (comme chez Freud...), mais comme elle ne se réclamait pas du docteur viennois, les journalistes parisiens qui habituellement souscrivent aux fictions de la psychanalyse trouvaient que, chez elle qui vivait en province et n’était pas diplômée en pensée magique " freudienne ", il n’y avait aucun crédit et que, de ce fait, c’est tout le mouvement qui cessait d’être crédible - chez ceux-là même qui, soit dit en passant, n’avaient jamais estimé une seule seconde qu’il fut ou crédible ou défendable...

Il fallut également compter avec le traitement par « l’essentialisation ».

De sorte qu’un propos raciste tenu ici par un " gilet-jaune " qui bloque une voiture conduite par un " non-blanc " - on ne sait plus comment dire sans risquer la prison... - bien décidé à forcer le barrage, et voilà que c’est tout le mouvement qui est raciste !

Et l’on fait de même avec un " gilet-jaune " qui a tenu un propos homophobe après avoir estimé que le conducteur énervé d’un autre véhicule ne lui semblait pas « hétérosexuel » (toujours la crainte de la prison...), et voilà que tout le mouvement devient homophobe !

Il est bien évident qu’il n’y a aucune espèce de tolérance à avoir à l’endroit de qui est raciste ou homophobe, antisémite ou phallocrate, mais, sur les millions d’électeurs de Macron, on pourrait également trouver des racistes et des homophobes : personne n’en conclurait, surtout pas les journalistes du système, que Macron lui-même l’était ou bien, pire encore, la totalité du mouvement " En Marche ! ".

Pour suivre, il y a eu aussi le traitement par la déconsidération : il fallait absolument assimiler le mouvement aux casseurs.

Consignes furent donc données aux « forces de l’ordre » de laisser casser : sinon, pourquoi aurai-je vu pendant si longtemps sur BFM des manifestants desceller des pavés de l’avenue des Champs-Élysées ?

Ce que les journalistes pouvaient filmer sans problème, en prenant leur temps, ce que les téléspectateurs pouvaient voir, bien assis dans leur fauteuil, les services de police pouvaient - eux-aussi - le voir.

Ils pouvaient donc agir, donner des ordres et empêcher que les pavés soient descellés. Auquel cas, sans pavés descellés, il n’y aurait pas eu de forces de police attaquées, pas de vitrines de magasins défoncées, et rien de ce qui a permis " aux journalistes " de s’apitoyer longuement sur le spectacle déplorable, sur la violence des " gilets-jaunes ", sur leur vandalisme, sur leur sauvagerie...

Qui était sauvage ?

Qui était vandale ?

Le président de la République, le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur qui avaient les moyens d’empêcher la violence et qui s’y sont refusés afin de pouvoir ensuite l’instrumentaliser à des fins de déconsidération.

De même a-t-on eu droit à un traitement par la dramatisation.

Avec l’un d’entre les " gilets-jaunes " qui disait qu’il fallait " marcher sur l’Élysée " afin de pouvoir y être reçu pour présenter ses doléances, on fit une scène médiatique formidable : les " gilets-jaunes " voulaient faire un " putsch " fut-il dit.

Un " coup d’État " ont ajouté d’autres !

Il a suffi qu’on sorte le propos d’un autre qui voulait qu’on confie Matignon au général de Villiers pour que « la presse » effectue une nouvelle variation sur le thème du fascisme des " gilest-jaunes ".

Il n’est pas venu à l’esprit de ces " journalistes " qu’un réel putsch a vraiment eu lieu en France, il y a quelques années : c’était le 29 mai 2005 et on le devait aux « libéraux maastrichtiens », de droite et " de gauche ", quand ils ont jeté aux ordures le référendum par lequel 54,68 % des Français ont fait savoir qu’ils ne voulaient plus de cette « Europe maastrichtienne libérale » qui a créé la paupérisation générant ce mouvement des " gilets-jaunes ".

Mépris, mensonge, criminalisation, diabolisation, attaque ad hominem, essentialisation, déconsidération, dramatisation : Emmanuel Macron ne recule devant rien quand il s’agit d’attaquer le peuple afin de défendre « l’Europe maastrichtienne ».

L’image des blindés de la gendarmerie stationnés en haut des Champs-Élysées renseigne bien sur ce qu’il en est désormais du pouvoir personnel d’Emmanuel Macron...

Mais " ce ne sont pas des véhicules militaires ", a dit une crétine de BFM le samedi matin parce qu’ils n’étaient pas équipés de mitraillettes - des " sulfateuses " a même surenchéri un consultant " expert " de la chaîne !

Il y avait presque un regret chez ces gens-là qu’on ne sulfate pas le peuple qui se contente de " demander du pain ".

Michel Onfray

https://twitter.com/MichelOnfrayTv/status/1071475723112726532/photo/1

GRANDEUR DU PETIT PEUPLE

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/grandeur-du-petit-peuple

J’ai dit quels moyens le pouvoir utilisait pour salir et discréditer le mouvement des " gilets-jaunes " - mépris, mensonge, criminalisation, diabolisation, attaque ad hominem, essentialisation, déconsidération, dramatisation.

On peut en ajouter un autre : le procès en immaturité politique - la dévalorisation.

Ces gens-là sont trop bêtes, trop provinciaux, trop incultes, trop illettrés, trop débiles, trop " beaufs ", fut -il dit un peu partout, ils sont trop sous-diplômés.

On n’a pas dit : " affreux, sales et méchants ", mais il s’en est fallu de peu.

Depuis Maastricht (1992), ce sont les mêmes éléments de langage avariés qui sont servis par les dominants afin de discréditer quiconque ne souscrit pas à « l’Europe libérale », non pas parce qu’elle est " Europe ", ce que personne ne refuse plus, mais parce qu’elle est " libérale ", ce que beaucoup repoussent.

Ce sont les mêmes insultes qui ont été sorties pour les partisans du " Brexit " - qui n’a toujours pas eu lieu car, méditons cette belle leçon de démocratie, pour sortir de « l’Europe maastrichtienne », il faut l’autorisation de « l’Europe maastrichtienne » !

C’est ainsi que fonctionnent toutes les dictatures : on ne peut en sortir légalement ce que les " gilets-jaunes " ont compris...

Le « système maastrichtien » a son clergé. Il est formé à « l’École nationale d’administration », à " Sciences-Po ", dans les " écoles de journalisme ", à " Polytechnique ", à " l’École normale supérieure ".

Pendant leurs années d’études, on gave les impétrants d’une idéologie qu’ils rabâchent, répètent, réitèrent, reproduisent, ressassent ensuite dans tous les endroits où ils sont embauchés : grands " corps d’État ", " haute administration ", université, journalisme, édition, direction des médias, " Conseil d’État ", sans oublier la politique politicienne qui est le prolétariat de ces gens-là.

Tout ce petit monde a la tête " extrêmement bien pleine ", mais très mal faite.

Cette engeance est formée comme des commandos de rhéteurs et de sophistes, de " beaux-parleurs " et " d’enfumeurs ", de " dialecticiens " et de " casuistes ", " d’orateurs " et " d’ergoteurs ".

Elle produit son meilleur effet dans un « Conseil d’administration », dans un « Comité de rédaction » ou de lecture, dans un amphithéâtre, dans les colonnes « d’un éditorial » ou dans les réunions des patrons de médias, à l’Assemblée nationale ou au Sénat, dans un « Conseil des ministres » ou dans les palais de la République, sur un plateau de télévision ou comme " consultants " ou " experts " sur les chaînes d’information continue ou dans " Le Siècle ", un club très fermé où l’on mange du " gilet-jaune " à tous les repas...

Comme les sophistes grecs, cette caste peut soutenir n’importe quelle cause parce que leur formation met le paquet sur la forme, rien que la forme, tout sur la forme, et qu’elle se contente pour tout fond de l’idéologie dominante.

Ces " gros cerveaux de compétition " sont ceux de petits perroquets.

Bien sûr, ces gens-là estiment que les " gilets-jaunes " ne sont pas habilités à faire de la politique sous prétexte qu’il faut laisser ces choses-là, trop sérieuses pour le peuple, aux " experts " que sont les instances dirigeantes des syndicats et des partis qui sont de mèche avec les autres puissants contre leur base..., et aux élus de tous les échelons de la politique politicienne.

La démocratie doit être " représentative ", disent-ils, et non pas directe.

Nous, oui ; eux, non.

Or, chacun a pu voir comment le référendum sur le « Traité européen » qui était l’expression de la démocratie directe, bien que largement gagné, a été jugé comme nul et non avenu par les députés et les sénateurs qui étaient l’expression de la démocratie indirecte.

Réunis à Versailles, lieu symbolique s’il en est un, il fut dit « au Congrès » qu’on se moquait de ce que le peuple pensait après qu’on lui eut tout de même demandé son avis.

Ce coup d’État fut une leçon que le peuple a mis dans un coin de sa tête : avec lui, la démocratie indirecte a joué au grand jour un jeu contraire à celui de la démocratie véritable qui est « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » et non par ses seuls délégués.

Les " représentants du peuple " ont dit au peuple qu’ils n’avaient que faire de son avis et que, d’ailleurs, ils iraient contre lui.

Les " gilets-jaunes " sont dans la rue parce qu’ils savent que l’Assemblée nationale et le Sénat sont leurs ennemis puisqu’ils ne les représentent pas sociologiquement ni politiquement.

Le système " représentatif ", tant qu’il ne sera pas intégralement proportionnel, générera une oligarchie, une aristocratie, une caste, une tribu qui disposera de tous les pouvoirs : ce ne sera jamais une démocratie.

Le pouvoir des élus n’est pas autre chose que la résultante d’un calcul tordu avec « découpages électoraux » effectués par le ministère de l’Intérieur et l’Élysée afin de déboucher sur une bipolarisation de la société : non plus entre "droite " et " gauche ", mais entre " maastrichtiens libéraux de droite " et " de gauche " et " anti-maastrichtiens de droite " et de gauche.

Aux « maastrichtiens libéraux de droite » et " de gauche " sont réservés tous les pouvoirs - économiques, médiatiques, politiques, sociaux, universitaires, journalistiques ; aux « anti-maastrichtiens de droite » et de gauche, les premiers abandonnent le pouvoir verbal de l’opposant avec pour seule perspective de " parler à vide " indéfiniment...

Avec les " gilets-jaunes " dans la rue, toute cette aristocratie maastrichtienne se trouve mise à mal, critiquée, menacée. Certes, elle dispose de tous les pouvoirs, y compris celui d’insulter, de mépriser, de calomnier, de salir le peuple sur lequel s’exerce son pouvoir et ne s’en prive pas.

Mais elle voit d’un très mauvais œil ce surgissement de velléités de démocratie directe.

" Ça n’a jamais marché ", pérore Christophe Barbier sur BFM le samedi 8 décembre : ça marche pourtant en Suisse...

La notice " Wikipédia " de ce normalien pas agrégé ayant fait une école de journalisme nous apprend ceci : En 2017, il déclare notamment au " Journal du dimanche " :

" Se confronter au terrain pollue l’esprit de l’éditorialiste. Son rôle est de donner son opinion, d’affirmer ses certitudes, par essence improuvables. Afficher avec force ses convictions permet aux lecteurs de s’y frotter pour former les leurs. "

Et plus loin : " L’éditorialiste est comme un tuteur sur lequel le peuple, comme du lierre rampant, peut s’élever. "

On comprend qu’il n’ait pas besoin de " se confronter au terrain " des " gilets-jaunes " - ce " lierre rampant " - afin d’éviter de se polluer l’esprit et de pouvoir affirmer en " toute objectivité " ses certitudes improuvables !

En passant, on apprend également qu’il a composé un rap en l’honneur d’Emmanuel Macron... Christophe Barbier est l’un des personnages emblématiques de cette " aristocratie " qui enjambe le peuple.

Or, quand on va sur le terrain, non content de ne pas s’y polluer l’esprit, on se l’éclaire et l’on peut obtenir un certain nombre de certitudes susceptibles d’être prouvées.

J’en veux pour preuve ce tract ramassé dans une rue de Paris et envoyé par un ami. Il dit ceci :

Titre : Nos 8 doléances

" Nous rentrerons chez nous quand ces mesures seront appliquées

1 . Nous voulons de la démocratie directe à tous les niveaux.

Nous voulons un gouvernement « d’union nationale » avec une régence d’exception pour éviter que les partis politiques, qui sont disqualifiés, n’instrumentalisent notre détresse et notre colère.

2 . Nous voulons une baisse de 20 % de toutes les taxes et les charges touchant « la classe moyenne », les « travailleurs pauvres » et les entrepreneurs.

Baisser ces taxes, c’est monter nos salaires.

Nous voulons une action immédiate pour taxer ce qui vaut la peine d’être taxé : les GAFA et les transactions financières.

3 . Nous voulons que la France arrête " de vivre au-dessus de ses moyens " et arrête " d’accueillir la misère du monde " parce qu’elle et déjà dans la misère avec ses millions de personnes qui vivent sous « le seuil de pauvreté ».

Nous voulons une immigration choisie, qui ne nous détruise pas culturellement. Nous demandons ainsi un retrait du pacte de l’immigration de l’ONU.

4 . Nous voulons une relocalisation de toutes les décisions dans les régions, les villes et les communes. L’Etat et ses fonctionnaires à Paris ne sont pas qualifiés pour décider de l’avenir de nos communes.

5 . Nous voulons une sortie de la PAC qui corrompt nos agriculteurs en n’allouant ses aides qu’aux productivistes et aux empoisonneurs répandant le cancer en France.

Nos impôts ne doivent en aucun cas servir à financer Bayer-Monsanto.

6 . Nous voulons la création de barrières commerciales pour empêcher l’Allemagne de nous vendre des produits fabriqués en Roumanie, sous le label " Deutsche Qualität " et d’ainsi détruire nos emplois.

7 . Nous voulons le retrait de toutes les aides à la presse pour une vraie séparation des pouvoirs médiatiques et politiques.

8 . Nous voulons une action immédiate pour arrêter l’intégration dans « l’Europe » car elle ne se construit que sur la ruine des petites gens.

Qui dira qu’il n’y a pas là d’intelligence pratique ?

C’est un véritable programme politique. Il est anonyme, aucune signature, aucune de ces propositions ne ressemblent à quoi que ce soit de connu chez les jacobins. Il est débarrassé du verbiage technocratique ou qui relèverait de « la politique politicienne ».

C’est simple, clair, net, direct et programmatique :

- la démocratie directe ;

- un « gouvernement d’union nationale » constitué en dehors des partis politiques parce qu’ils sont discrédités et qu’ils guettent la récupération ;

- une baisse des taxes et des charges pour la population la plus éprouvée ;

- une augmentation des salaires ;

- une taxation des GAFA et de ceux qui " font de l’argent " avec l’argent ;

- une politique migratoire rationnelle qui ne soit ni celle " de la passoire " ni celle " du mur " ;

- un « communalisme » et un régionalisme effectifs ;

- une autre politique agricole que celle du productivisme qui fait le jeu des multinationales, détruit la planète et intoxique les consommateurs ;

- l’instauration de barrières commerciales qui empêcheraient la concurrence entre " les États de droit " et les États voyous en matière de protection sociale ;

- le retrait des aides à la presse, subventionnée par le contribuable afin de l’endoctriner et de le mépriser quand il refuse l’endoctrinement ;

- une séparation des pouvoirs médiatiques et politiques ;

- l’arrêt de l’intégration dans « l’État maastrichtien »...

J’aurais pu écrire ce tract auquel je ne retranche rien !

Il est « la feuille de route » de la démocratie directe. C’est sur ce projet positif, concret, dynamique, qu’il faut désormais travailler.

En écrivant mon éloge de la « démocratie proudhonienne », il y a quelques jours, j’ai craint un temps avoir placé la barre " un peu haut ".

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/michel-onfray-l-insurrection-et-210464

Avec ce tract sans nom ramassé dans la rue, je suis désormais bien convaincu que non.

Michel Onfray

AgoraVox