Mouvement des gilets jaunes

, par  DMigneau , popularité : 0%

Mouvement des gilets jaunes

En réponse à l’arnaque du gouvernement Macron pour faire payer aux français les cadeaux fiscaux offerts aux patrons du CAC40.

Samedi prochain, 17 novembre, le mouvement des " gilets jaunes " appelle à un blocage total des routes de France, en réponse à l’augmentation surréaliste et scandaleuse du prix des carburants, soi-disant pour " financer la transition écologique ".

Une fois de plus, sous couvert de " lutter contre le réchauffement climatique ", on va aller chercher l’argent des " sans-dents " pour le donner aux sangsues.

Dans les faits, il s’agit surtout de combler les trous d’un budget largement déficitaire, notamment en raison des largesses du gouvernement Macron pour ses amis les milliardaires du " CAC40 ".

La hausse de 23 % en un an, ne servira pratiquement qu’à financer le budget de l’État en grevant lourdement le budget des ménages les plus fragiles.

Ajoutant l’outrage à l’insulte, ce même gouvernement n’hésite pas à montrer qu’il a " des dents " - lui - et qu’il n’hésitera pas à mordre :

- Blocages du 17 novembre : la mise en garde de Laurent Nuñez aux Gilets jaunes

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Intérieur, en visite ce lundi matin en Seine-et-Marne, a rappelé qu’aucun blocage total ne sera toléré.

Interrogé sur les blocages du samedi 17 novembre, annoncés partout en France par les automobilistes mécontents de la hausse du prix du carburant, il a rappelé que « les manifestations doivent être déclarées et encadrées. Elles ne peuvent pas produire un blocage total » (…)

- Six mois de prison et 7 500 euros d’amende pour les organisateurs

Les organisateurs d’une manifestation non autorisée sur la voie publique encourent six mois de prison et 7 500 euros d’amende d’après l’article 431-9 du code pénal.

Les participants peuvent - eux - faire l’objet d’une contravention de première classe (38 euros maximum) par « manquement aux obligations édictées par arrêté de police ». Mais en cas d’entrave à la circulation, cela devient un délit passible de deux ans d’emprisonnement et 4 500 euros amende.

Source : " Le Parisien "

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/blocages-du-17-novembre-la-mise-en-garde-de-laurent-nunez-aux-gilets-jaunes-12-11-2018-7940679.php

Donc en gros, " les gueux " peuvent bien s’égosiller sur " Facebook " et " Youtube ", mais sont instamment priés de rester chez eux et de laisser " les grandes personnes " s’occuper de la gestion de l’État.

En parlant de " colère des gueux " à la suite d’une énième augmentation du prix du plein pain :

Madam’ Veto avait promis (bis) / De faire égorger tout Paris (Bis)
Mais son coup a manqué / Grâce à nos canonniers
Dansons la carmagnole / Vive le son, vive le son
Dansons la carmagnole / Vive le son du canon !

Monsieur Veto avais promis / D’être fidèle à son pays
Mais il y a manqué / Ne faisons plus quartier

Amis restons toujours unis / Ne craignons pas nos ennemis
S’ils viennent nous attaquer / Nous les ferons sauter.

Antoinette avait résolu / De nous faire tomber sur le cul
Mais son coup a manqué / Elle a le nez cassé

Son mari se croyant vainqueur / Connaissait peu notre valeur
Va, Louis, gros paour / Du temple dans la tour

Les Suisses avaient promis / Qu’ils feraient feu sur nos amis
Mais comme ils ont sauté / Comme ils ont tous dansé !

Quand Antoinette vit la tour / Elle voulut faire demi-tour
Elle avait mal au coeur / De se voir sans honneur.

Lorsque Louis vit fossoyer / A ceux qu’il voyait travailler
Il disait que pour peu / Il était dans ce lieu.

Le patriote a pour amis / Tout les bonnes gens du pays
Mais ils se soutiendront / Tous au son du canon.

L’aristocrate a pour amis / Tous les royalistes de Paris
Ils vous le soutiendront / Tout comme de vrais poltrons !

La gendarmerie avait promis / Qu’elle soutiendrait la patrie.
Mais ils n’ont pas manqué / Au son du canonnier

Oui je suis sans-culotte, moi / En dépit des amis du roi
Vivent les Marseillois / Les bretons et nos lois !

Oui nous nous souviendrons toujours / Des sans-culottes des faubourgs A leur santé buvons / Vive ces francs lurons !

Ce que je me demande, moi, c’est si ces hausses de carburants s’appliquent aussi au fuel lourd consommé quotidiennement par les machines des gigantesques navires qui s’approvisionnent dans les ports français ?

Ça représente quand même la consommation de cinquante mille bagnoles par unité, plus ou moins…

Ah ? On me glisse dans l’oreillette que pour les gros bateaux qui vont sur l’eau et les gros navions qui volent très haut, ce n’est pas d’application parce que cela « nuirait à l’économie ».

Évidemment, on ne voudrait pas que l’économie " en souffre ", ce qui forcerait le gouvernement à se tourner à nouveau vers le bon peuple de France et de Navarre (mais aussi de Corse, de Bretagne et du 93).

Laissez-les faire et ils rétabliront la gabelle.

Pour le " droit de cuissage ", c’est déjà fait, le charriage aussi.

La question n’est pas de savoir s’il y a une limite à la privatisation des ressources tout en " communautarisant " les charges sous formes d’une véritable rage taxatoire. On voit bien que la vergogne n’est pas inscrite dans le logiciel " macronien ".

Seule la froide logique de l’usurier y a sa place.

Philippe Huysmans

AgoraVox